Russie
ZSU-23/4
Page Précédente

Le canon antiaérien automoteur ZSU-23/4 a été développé au début des années soixante et a été présenté officiellement en novembre 1965. Le système est désigné Shilka et son châssis est un dérivé de celui du PT-76 et il est presqu’identique à celui du ...

ZSU-23/4

Le canon antiaérien automoteur ZSU-23/4 a été développé au début des années soixante et a été présenté officiellement en novembre 1965. Le système est désigné Shilka et son châssis est un dérivé de celui du PT-76 et il est presqu’identique à celui du SA-6 Gainful.

Pendant la Guerre du Kippour de 1973, le ZSU-23/4 s’est révélé très efficace et il a été crédité d’u grand nombre des pertes israéliennes, il a aussi été utilisé au Vietnam et pendant la guerre entre l’Iran et l’Iraq par les deux belligérants.

Il a pris la place du ZSU-57/2 uniquement destiné à la lutte par temps clair dans la plupart des unités de première ligne au niveau de quatre engins par batterie de défense antiaérienne de régiment de chars et de régiment de fusiliers motorisés aux côtés de quatre SA-9 ou SA-13, ce qui donne un total de seize ZSU par division. Il est aussi affecté au niveau de huit ZSU par batterie antiaérienne de bataillon SA-4 Ganef. Ils opèrent habituellement par paire avec 150m à 200m entre chaque véhicule.

Pays utilisateurs, près de deux mille cinq cents engins sur les six mille cinq cent produits ont été exportés dans pas moins de vingt trois pays :

Afghanistan, vingt engins livrés par l’URSS

Allemagne de l’Est, cent trente et un engins livrés par l’URSS

Algérie, entre deux cent dix et deux cent vingt cinq auraient été livrés en 1995, trois cent dix engins auraient de leurs côtés été livrés par l’URSS

Angola, plus de vingt engins ont été livrés par l’URSS

Arménie, des engins sont en service

Azerbaïdjan, des engins sont en service

Bielorussie, des engins sont en service

Bulgarie, vingt sept en gins sont en service sur les trente livrés

Cameroun, deux cents engins ont été commandés en Russie et cent vingt huit livrés mais un nouveau contrat a été passé en 2011 pour trois cents à trois cent cinquante engins

Congo, huit engins seraient en service

Corée du Nord, plus de cent engins ont été livrés par l’URSS

Cuba, trente six engins ont été livrés par l’URSS en 1995

Egypte, trois cent cinquante engins ont été livrés par la Russie en 1995, ils prennent la suite de trois cent trante engins livrés par l’URSS et un nouveau contrat a été signé avec la Russie en 2005

Equateur, trente quatre engins nt été achetés au Nicaragua en 1997

Ethiopie, soixante engins en service

Georgie, trente huit engins en service

Guinée-Bissau, seize engins livrés par l’URSS

Hongrie, vingt engins ont été achetés en 1995, quatorze avaient été livrés par l’URSS

Inde, cent engins ont été livrés par l’URSS

Iran, plus de cent ont été livrés

Irak, plus de deux cent ont été livrés

Israel, soixante sont en service, capturés sur les armées arabes

Jordanie, seize ont été achetés en 1995 à la Russie et quarante cinq en 2008

Laos, dix engins en service

Liban, d’anciens engins de l’OLP ont été réutilisés par l’armée libanaise, deux, les Forces Libanaises, trois, Al-Mourabitoun, trois, le Mouvenment Amal, trois et le Parti Socialiste Progressif

Libye, deux cent cinquante engins ont été livrés

Mali, des engins ont été livrés

Maroc, des engins ont été livrés ou capturés sur les Sahraoui

Mongolie, des engins ont été livrés

Mozambique, des engins ont été livrés

Nigéria, trente véhicules en service

Pérou, cent trente six engins livrés

Pologne, de quarante quatre à quatre vingt sept engins en service, cent cinquante ont été livrés par l’URSS, la plupart sont convertis au standard ZSU-23/4MP Biala

République démocratique Arabe Sahraoui, cinquant engins livrés

Somalie, quatre engins en service

Syrie, quatre cent engins livrsé par l’URSS

Russie, toujours cent trente trois engins en service en 2011 et utilisés par les troupes de marine

USA, des engins sont en service pour tests

Turkmenistan, des engins sont en service

Ukraine, des engins sont en service

Vietnam, cent engins en service

Yémen, trente à quarante engins en service en 1995, livrés au Sud-Yémen par l’URSS

Zimbabwe, des engins sont en service

D’autres pays auraient reçu des ZSU-23/4 comme la Yougoslavie, la Tchécoslovaquie, le Cambodge, Oman, et la Roumanie.

ZSU-23/4Description

La caisse entièrement soudée du ZSU-23/4 est divisée en trois compartiments, le chauffeur à l’avant, le compartiment de combat au centre et le compartiment moteur à l’arrière.Le châssis est désigné GM-575 et il utilise de nombreux composants du PT-76.

Le chauffeur est assis à l’avant de l’engin sur le côté gauche et il dispose d’une trappe d’accès en un seul morceau au-dessus de lui qui s’ouvre vers le dessus à l’extérieur. Lorsque la trappe est relevée, un pare-brise avec essuie-glace peut être installé devant le chauffeur. Lorsque la trappe est fermée, l’observation vers l’avant est réalisée grâce à un périscope BM-130 qui peut être remplacé par un périscope infrarouge TVN-2 pour la conduite de nuit. Un bloc de vision est installé de chaque côté de la position du chauffeur.

Dans la partie inférieure de la plaque de glacis il y a une plaque, soudée à 90° pour stopper l’eau lors des franchissements de gué.

Les trois autres membres d’équipage, chef de char, opérateur radar de recherche/tireur et opérateur de portée sont tous assis dans la grande tourelle carrée. Le canon avec ses munitions sont dans la partie avant de la tourelle et séparés de l’équipage par une paroi blindé et imperméable aux gaz. L’accès au canon et aux munitions s’effectue par deux grandes trappes sur le dessus du toit de la tourelle, qui ont une charnière sur l’intérieur et s’ouvrent verticalement. Le chef de char est installé sur le côté gauche de la tourelle avec une coupole qui peut tourner sur 360°. Cette coupole a une trappe d ‘accès en un seul morceau qui ouvre vers l’arrière et a dans sa partie avant trois périscopes, celui du centre un TPKU-2 peut être remplacé par un périscope infrarouge TKN-1T pour une utilisation nocturne. Ce périscope a une portée de 200 à 250m. Le chef de char dispose aussi d’un projecteur infrarouge installé dans la partie avant de sa coupole. A la droite du chef de char il y a une grande trappe d’accès qui ouvre sur l’arrière et qui dispose dans sa partie avant de deux périscopes BM-190.

Le moteur et la transmission sont à l’arrière de la caisse ainsi que la turbine à gaz DGChM-1 de 70cv à 6000 tours/min. La suspension à barre de torsion consiste en six roues de route enveloppées de gomme avec poulie de tension à l’avant et barbotin à l’arrière. Il n’y a pas de galets presseurs et des amortisseurs hydrauliques sont installés sur les premières et dernières roues de route. Les chenilles de 93 patins font 11.904m de long et 382mm de large.

L’engin pèse 19 tonnes pour les premiers modèles et jusqu’à 21 tonnes pour les dernieres versions, il a une autonomie de 450km et peut atteindre la vitesse de 50 km/h. Il peut franchir des obstacles verticaux de 0.7m de haut, des tranchées de 2.50m de large gravir des pentes de 30°, avec une capacité de passage à gué de 1m.

L’équipement standard sur tous ces véhicules comprend un système de protection NBC par surpression, des feux de route infrarouge FG-125 et un système de navigation pour le véhicule qui permet à la fois au chauffeur et au chef de char de connaître leur position exacte à tout moment. Une radio R-123 est utilisée pour les communications externes et R-124 pour les communications internes..

L’armement comporte quatre canons AZP-23 Amur/2A27 de 23mm, qui est la réplique du canon utilisé sur l’affût antiaérien ZU-23 avec une élévation comprise entre -4° et +85 et une capacité de rotation sur 360°. Le canon de 23mm fonctionne par gaz avec un système de blocage de culasse par cale à glissement vertical qui tourne pour se libérer. Le canon a une cadence de tir de 800 à 1000 coups/min par tube qui donne une cadence pour le système de 3400 à 4000 coups/min. Le ZSU-23/4 peut engager des cibles en utilisant seulement un ou deux ou quatre canons.

Normalement des rafales de trois à cinq, cinq à dix ou une rafale maximale de cinquante coups sont ZSU-23/4tirées. Les canons sont refroidis par air et sont équipés de cache-flamme. L’arme a une portée effective maximale en tir antiaérien de 2500m et une portée effective en tir terrestre de 2500m aussi. Un total de deux mille munitions sont transportées sur des bandes qui se désintègrent à raison de cinq cent vingt par canon supérieur et quatre cent quatre vingt par canon inférieur. Ces munitions se présentent par bande de cinquante ou sur de petites bandes. Les bandes normales sotn composées de quarante OFZT et dix BZT. Le canon tire le type suivant de munitions :

  • API-T, désignée BZT, avec un projectile de 0.189kg, une vitesse initiale de 970 m/sec qui peut pénétrer 25mm de blindage à la portée de 500m sous une incidence de 0° et 15mm à 100m sous une incidence de 30°. La traceuse dure cinq secondes
  • HE, désignée OFZ, avec un projectile de 0.184kg, une charge de 19g et une vitesse initiale de 980 m/sec. Cette munition contient une tête à fragmentation avec une fusée qui contient un mécanisme d’autodestruction
  • HEI-T, désignée OFZT, avec un projectile qui pèse 0.19kg, une charge de 13g et une vitesse initiale de 970 m/sec avec une charge à fragmentation réduite pour y incorporer le traceur qui dure cinq secondes
  • APDS-T, avec un projectile de 103g, une vitesse initiale de 1220 m/sec, munition développée par les polonais avec une capacité d epénétration de 30mm à 100m sous une incidence de 30°. Le traceur dure 2.5 secondes.

Les munitions employées par le canon 2A7 du ZSU-23/4 sont similaires à celle du 2A14 du ZU-23 en 23mmx152B. Une munition plus moderne, développée avec un projectile composite peut être utilisée à partir des ZSU-23/4M4 contre des missiles de croisière.

Chaque bande de cinq cents munitions contient un coup API-T/BZT et trois coups HEI-T/OFZT par séquence.

La portée de tir est de 7000m maximum avec un plafond de 5100m. La portée effective en tir vertical est de 1500m sur une cible à 2500m de distance et évoluant à 250 m/sec, 500 m/sec sur les engins équipés des derniers systèmes de contrôle du tir.

Les derniers engins livrés voient leur armement renforcé par des blocs de six SA-18 montés sur le toit ou SA-16 sur les côtés de la tourelle.

Le système de contrôle du tir consiste au radar, à l’équipement de visée, à l’ordinateur de bord et à l’unité de stabilisation de la ligne de mire et de la ligne d’élévation.

ZSU-23/4Le radar B-76/RPK-2 Tobol/1RL33 porte la désignation NATO de Gun Dish, il opère dans la bande J et il est monté à l’arrière de la tourelle, avec son antenne de un mètre de diamètre qui peut être repliée sur l’arrière de la tourelle pour réduire la hauteur totale du véhicule pour le transport aérien. Le radar réalise la recherche, la détection, la poursuite automatique et la détermination de la portée et de l’angle d’approche. La portée du radar en mode de recherche panoramique est donnée pour 20km et en mode de poursuite de cible pour 8000m. Un viseur optique permet d’utiliser l’arme dans un environnement de fortes présences électro-magnétiques. Le ZSU-23/4 peut tirer à l’arrêt ou en mouvement jusqu’à une vitesse de 25 km/h, ou bien sur une pente d’une inclinaison maximale de 10°. Cependant la précision du tir est réduite de moitié lorsque les tirs sont effectués en mouvement.

Un engagement de cible typique se passe comme suit : l’opérateur de recherche/tireur et l’opérateur de portée observent d’abord la cible sur leurs écrans lorsque le radar est utilisé pour la recherche par secteur ou la surveillance. Si la cible est confirmée comme hostile le radar est mis en mode de poursuite automatique et les données sur la cible sont introduite dans l’ordinateur pour déterminer l’angle d’élévation du canon. Lorsque la cible pénètre dans la zone de portée effective de l’armement, l’ordinateur prévient le chef de char ou l’opérateur radar et le canon est tiré. L’arme peut être pointée alors que le véhicule est en déplacement ou bien sans l’aide du radar, de l’ordinateur ou du système de stabilisation. L’acquisition, le blocage et le tir prennent entre vingt et trente secondes. Le ZSU-23/4 est dit être 50% plus précis que le Vulcan américain avec une portée effective de 66% supérieure à l’engin américain. Cependant l’absence de système IFF limite ses capacités par visibilité mauvaise. A partir de 1978, le ZSU-23/4 est souvent utilisé en relation avec le PPRU-1 sur châssis MT-LBu qui est équipé d’un radar Luk-23 avec système de contrôle du tir automatique associé au système de défense antiaérienne divisionnaire

Variantes

Plusieurs versions différentes ont été repérées :

ZSU-23/4 obr.64, prototype sans protection sur les prises d’air, engins de pré production et de production initiale

ZSU-23/4 obr.65, version de présérie avec prise d’air rectangulaire sur le côté droit de la tourelle

ZSU-23/4 obr.65, version de production initiale avec prise d’air modifiée

ZSU-23/4V obr.68, boîte de stockage sur les côtés de la tourelle agrandie, version modernisée, système de ventilation sur le côté droit de la caisse, équipement de visée du chef de char ajouté

ZSU-23/4V1 obr.72, tourelle modifiée avec nouveau système de contrôle du tir. La fiabilité du radar est renforcée, les coffres de ventilation sont déplacés sur les joues avant de la tourelle, l’ordinateur de guidage est amélioré ainsi que la capacité et l’efficacité du tir en mouvement jusqu’à 40 km/h. l’engin reçoit un moteur plus puissant V-6R-1.

ZSU-23/4V2, stockage des munitions modifié et nouvelle prise d’air à droite de la tourelle

ZSU-23/4M obr.1977, avec une porte d’accès supplémentaire, un blindage supérieur pour les canons, un radar amélioré et possibilité de couplage avec radars indépendants

ZSU-23/4M1 obr.85, deux barres sur la protection du radar qui est un modèle amélioré

ZSU-23/4M2, Version optimisée pour le tir contre les cibles civiles pendant la guerre en Afghanistan. L’engin n’a plus de radar mais emporte 3000 munitions ainsi qu’un système de visée nocturne. Cette version est développée à partir de 1978

ZSU-23/4M3, version avec système IFF, nouveau système de contrôle du tir, radar amélioré et télémètre laser. Cette variante a une probabilité de coup au but de 74% comparée aux 30% du modèle de base

ZSU-23/4-M4 Beryoza, version de 1973 avec canons modernisés 2A7M, chargement pneumatique remplacé par chargement pyrotechnique et retrait du compresseur d’air peu fiable, les tuyaux de refroidissement soudés sont remplacés par des tuyaux flexibles qui permettent d’augmenter la durée de vie des tubes de 3500 à 4500 coups

ZSU-23/4MZ Beryoza, version de 1977 équipée d’un système d’identification IFF Luk. Tous les ZSU-23/4M qui partent en atelier sont portés au standard ZSU-23/4MZ

ZSU-23/4M4 et ZSU-23/4M5, version russe de 1999 avec une paire de lance-missile Igla de chaque côté de la tourelle, lance-grenades fumigènes de 81mm, senseurs d’émission laser, équipement de vision électro-optique, dont un système TV pour le chauffeur et système radar d’armement amélioré. La transmission mécanique est remplacée par uen transmission hydrostatique. La mobilité est portée au niveau de celle des chars de bataille. Cette version est développée conjointement par Minotor Service Enterprise et Peleng Joitn Stock Company de Biélorussie et l’Ulyanovsk Mechanical Plant en Russie. Cet engin se distingue aussi par la présence de jupes latérales

ZSU-30/2, version armée avec un bitube de 30mm

ZSU-30/2 Mod.1, version équipée de deux canons de 30mm 2A38 et d’un contrôle du feu amélioré

Sangvin, arme laser

Engins est-allemands

23mm Flak-Vierling SF aussi désigné 23mm Fla-SFL, version en service dans la NVA

Engins polonais

Syzilka, version en service dans l’armée polonaise

Biaza, aussi désignée ZSU-23/4MP, variante polonaise modernisée, le radar est remplacé par un système passif israélien, l’équipage est réduit à trois hommes et l’engin est équipé de missiles Grom.

Engins ukrainiens

Donets, version du Biaza polonais avec deux jeux de missiles antiaérienx Grom ou Strela-10 à courte portée. L’installation de cette tourelle est réalisée sur un châssis de char T-80UD par la firme Malyshev à Kharkov. La capacité d’emport en munitions de 23mm est doublée. L’engin est développé en 1999

ZSU-23/4 SSTCARA, amélioration ukrainienne avec un nouveau radar, une camera jour/nuit, un télémètre laser et l’emplacement pour six missiles SA-18 Grouse

Engins indiens

ZSU-23/4 Bharat, engin modernisé par BEL Bharat avec une aide israélienne

Engins néerlandais

ZSU-23/4 Upgrade, version améliorée de 1998, développée sous fonds privés par Hollandse Signaalapparaten devenu depuis Thales Nederland. Ce projet s’appuie sur des engins est-allemands de type ZSU-23/4V1 qui reçoivent un ensemble d’amélioration, principalement au niveau du radar et du système de contrôle du tir. Le premier prototype est terminé en 1998 avec un radar de poursuite en bande-Ka ASADS et un radar de surveillance en bande-I PAGE

ZSU-23/4

Désignation : ZSU Zenitnaia Samokhodnaia Ustanovka, Shilka, désignation du châssis GM-575
 
Calibre  23mm x 152
 
Dimensions
Poids total  20.500kg
Longueur : 6.54m, largeur  2.95m, hauteur  3.8m avec radar, 2.25m sans radar
Hauteur de tir : 1.83m, garde au sol : 400mm, largeur de voie : 2.67m, longueur de chenilles au sol : 3.80m
 
Moteur : V6R-1 diesel de 280cv, turbine à gaz DG4M-1
Puissance spécifique : 20 cv/t, capacité du réservoir : 250 litres, consommation : 96 litres / 100km
Largeur de chenilles : 360mm
 
Performances
Vitesse maximale : 44 km/h, autonomie : 450km, passage à gué : 1.07m, pente : 60%, dévers : 30%, obstacle vertical : 1.1m, tranchée  2.8m
 
Armement : 4 canons de 23mm AZP-23 2A7/2A27/2A27M avec 2000 munitions dans 40 boites de 50 munitions sur bande, chaque bande contient 1 API-T puis 3 HEI-T en séquence.
                      Un camion porte munitions suit à 1.5 à 2.5km avec 3000 munitions supplémentaires
                      Mouvement de tourelle motorisé
                      Elévation : de –4° à +85°
                      Cadence de tir par tube : 800 à 1000 coups/mn, temps de rechargement  20mn
                      Portée effective antiaérienne et contre objectif terrestre de 2500m
                      Ce canon tire les munitions suivantes :
Type
API-T
TP
HE-I
HEI-T
Désignation
 
 
 
 
Modèle de l’amorce
BZT
 
 
MG-25
Poids du projectile
0.189 kg
0.18kg
0.18kg
0.19 kg
Poids de la charge explosive
 
 
 
 
Type de charge explosive
 
 
 
 
Vitesse initiale
970 m/sec
970 m/sec
970 m/sec
970 m/sec
Pénétration de blindage à 0°
25mm à 500m
 
 
 
 
Radar associé
Radar de contrôle du tir B-76 Gun Dish 1RL33M1
Radar de 1m de diamètre situé à l’arrière de la tourelle pour la recherche, la détection, le suivi automatique, l’évaluation des distances et de l’angle d’approche.
La portée du radar en recherche panoramique est de 20km, et de 8km en suivi de cible. Il peut être déconnecté et remplacé par un viseur optique en cas d’environnement ECM trop important. Bande J, fréquence de 14.8 à 15.6 GHz, calculateur de tir RPK-2
 
Blindage : avant de caisse 15mm à 55°, côté de caisse 15mm, arrière de caisse 10mm
                Avant de tourelle 9.2mm à 15°, côtés et arrière de tourelle 9.2mm
                Protection NBC par filtrage et surpression
 
Optique : périscope pour le chauffeur BM-130 et TVN-2 infra rouge, periscope pour le chef de char TPKU-2 et TKH-1TC infra rouge plus deux BM-190, lumière de conduite infra rouge FG-125
 
Radio  R-123
 
Equipage : quatre hommes
Constructeur : Manufacture d’état soviétique

ZSU-23/4

ZSU-23/4