Russie
Zaitsev PPS-1
Page Précédente

Au tout début de la Seconde Guerre Mondiale, le pistolet mitrailleur Shpagin PPSh-41, s’il remplit les besoins en termes de précision et de pénétration, présente néanmoins un certain nombre de défauts signalés par les utilisateurs. Parmi ceux-ci, ...

Zaitsev PPS-1

Au tout début de la Seconde Guerre Mondiale, le pistolet mitrailleur Shpagin PPSh-41, s’il remplit les besoins en termes de précision et de pénétration, présente néanmoins un certain nombre de défauts signalés par les utilisateurs.

Parmi ceux-ci, sa taille trop importante ainsi que son poids ce qui rend l’arme difficile d’utilisation dans des tranchées étroites et des espaces confinés en milieu urbain.

D’autres parts, en temps de guerre il s’est avéré nécessaire de réduire le coût de la production en série des pistolets mitrailleurs.

Aussi, en 1942, une compétition est lancée pour une arme plus légère, plus petite et moins chère à produire tout en conservant des performances identiques au PPSh.

Le nouveau modèle devait remplir les conditions suivantes :

- Un poids de 2.5kg à 3kg sans chargeur et avec un chargeur plein pas plus de 6.00kg à 6.50kg

- Une longueur de 700mm à 750mm et de 550mm à 600mm avec crosse repliée

- Utilisation des chargeurs de 30 ou 35 cartouches du PPS

- Une cadence de tir réduite à 400 à 500 coups/min de telle façon à ce que la diminution du poids du système ne nuise pas à la précision. Pour cela, un compensateur de bouche est installé qui protège le canon des poussières

- Être confortable d’utilisationZaitsev PPS-1

Les premiers essais ont lieu entre février et mars 1942 et près de trente constructeurs participent à la compétition dont V.A. Degtyarev, G.S. Shpagin, S.A. Korovin, N. G. Rukavishnikov, et d’autres moins connus comme  N.G. Menshikov-Shkvornikov, B.A.Goroneskul, Ye.G. Zaitsev et d’autres.

Dans les dessins de plusieurs des modèles, l’influence des pistolets mitrailleurs allemands MP-38 et MP-40 se fait sentir.

A la fin du mois de février et au début du mois de mars 1942 deux exemplaires du pistolet mitrailleur Zaitsev, construit à l’usine No.19, OJSC Usine de moteur de Perm sont proposés à la compétition.

Le premier modèle a déjà été construit en trois cents exemplaires et même distribué à une division de l’armée soviétique

Les structures des deux premiers modèles de Zaitsev sont pratiquement identiques.

Le second modèle est plus directement inspiré du MP-40 allemand.

Le PPS fonctionne sur le principe du retour de recul et utilise des chargeurs standards de PPSh-41.

Une sécurité bloque la détente lorsqu’elle est en place. La fonction d’éjection des étuis vides est réalisée par la tige guide du ressort de recul.

Un tampon en gomme absorbe l’énergie du recul en surplus au fond de la carcasse.

Le premier modèle dispose d’un viseur à dioptre gradué sur 100m avec une crosse métallique rigide qui se replie sur le côté droit de la carcasse.

Le second modèle dispose d’un viseur basculant gradué sur 200m avec une crosse pliante de MP-40, une poignée pistolet et un compensateur de type PPSh en bout du canon.

La conclusion des tests approuvent l’utilisation des aspects positifs des MP-40 capturés ainsi que la tendance générale à la simplification.

Pour la précision le choix se porte plutôt sur le Zaitsev PPS-2, en revanche en termes de cadence de tir les résultats sont comparables.

Pour le confort du tir aucun des deux engins ne remplit les besoins et dans le cadre de l’absence de problèmes de fonctionnement, seul le modèle de Bezruchko-Vysotsky remplit les besoins.

En conclusion, la commission approuve la poursuite des travaux sur les modèles Bezruchko-Vysotsky et Degtyarev.

Finalement il s’avère que les modèles présentés par Zaitsev sont différents des autres modèles présentés en compétition par la présence d’un tampon dans la carcasse, par le mécanisme de détente muni d’un cran de sécurité et ce sont précisément ces détails qui montrent des performances déficientes.