Russie
Tolochkov
Page Précédente

Projet d’automoteur de 152mm pour les missions de défense côtière, réalisé par l’usine N°37 entre 1933 et 1935. Dans l’histoire russe, il apparaît que l’ennemi possède souvent une flotte capable de débarquer des troupes à l’extérieur du rayon d’actio ...

Tolochkov

Projet d’automoteur de 152mm pour les missions de défense côtière, réalisé par l’usine N°37 entre 1933 et 1935. Dans l’histoire russe, il apparaît que l’ennemi possède souvent une flotte capable de débarquer des troupes à l’extérieur du rayon d’action des batteries côtières.

Les constructions du passé s’avèrent vaine car protéger l’étendue des côtes de l’Empire avec des batteries côtières n’est pas possible. Avec le développement des engins blindés, l’idée d’utiliser un châssis de char ou de tracteur pour emporter des pièces d’artillerie émerge.

En 1932, l’AANII développe le concept de points fortifiés préfabriqué de défense côtière pour former des batteries mobiles par rail ou par tracteur. Les premiers engins deviennent des monstres ferroviaires comme le TP-1 de 356mm ou le TG-1 de 500mm. Pour les tracteurs, le résultat est moins brillant.

A la fin de l’année 1932 une compétition est lance pour le développement d’un automoteur entre les usines Bolchevick et N°185. En décembre le vainqueur déclaré est le projet des ingénieurs Tolochkov et Syachintov de l’usine N°185. Pourtant une des exigences de l’armée est d’utiliser un châssis de chars de série pour standardiser la production. Le seul disponible à l’époque est celui du T-35 mais c’est plutôt celui du T-28 qui est retenu et le projet est arrêté.

Une version révisée voit le jour en mars 1934 qui partage les éléments basiques du T-28 au niveau de la mécanique, de la transmission et des composants du châssis. Celui-ci comprend douze galets assemblés par deux sur six boggies, avec six galets presseurs et barbotin à l’arrière. Il est prévu d’installer sur l’engin un moteur DB-1 de 800cv développé par Kharkov KB. Le blindage installé, est épais de 8mm à 20mm et il est surtout destiné à protéger l’équipage des armes légères d’infanterie et des éclats d’artillerie.

La pièce d’artillerie installée est un canon à longue portée B-10 de 12,4mm, sur son affût au centre de l’engin. Cette pièce est installée sur un affût circulaire qui a la particularité de descendre au sol en position de tir, de soulever les deux trains chenillés pour offrir une plate-forme de tir circulaire. La mise en place de cette plate-forme prend vingt minutes.

En position de transport, l’engin pèse jusqu’à cinquante tonnes et peut atteindre 18 à 22 km/h.

En 1937, l’arrestation d’un grand nombre d’ingénieurs et le changement abrupt de priorité en termes d’armement met un terme au projet.

 

Dimensions
Poids: 50.000kg
 
Motorisation : un moteur DB-1 de 800cv
 
Performances
Vitesse : 18 à 22 km/h
 
Armement : un canon de 152.4mm B-10
 
Blindage: 8 à 20mm