Russie
Tokarev obr.1935
Page Précédente

En mars 1930 a lieu la troisième compétition pour un fusil automatique à laquelleparticipe cinq fusils Degtyarev avec magasin interne de cinq cartouches et cinq fusils Tokarev avec chargeur amovible de cinq ou dix cartouches. Ces deux fusils prése ...

Tokarev obr.1935

En mars 1930 a lieu la troisième compétition pour un fusil automatique à laquelleparticipe cinq fusils Degtyarev avec magasin interne de cinq cartouches et cinq fusils Tokarev avec chargeur amovible de cinq ou dix cartouches.

Ces deux fusils présentent les mêmes caractéristiques que leurs prédécesseurs et devant le nombre de défauts constatés et de problèmes de fiabilité, il est déclaré qu’ils ne sont pas adaptés  à un usage militaire.

A partir de 1930, les soviétiques abandonnent leurs travaux autour d’un fusil à canon mobile et se concentrent sur un système à emprunt de gaz à partir d’un canon fixe.

Un nouveau fusil à chargement automatique est alors développé par Tokarev avec un mécanismede tir permettant le tir au coup par coup ou automatique.

Le sélecteur de tir est placé juste à l’arrière du pontet.

L’extraction et l’éjection des étuis vides s’effectuent au moyen d’un éjecteur monté sur ressort et le réflecteur est monté de manière rigide dans le bas de la carcasse.

L’arme est approvisionnée par un chargeur de dix coups en colonnes intercalées et le levier libérateur du chargeur est placé sur le côté droit de la carcasse.

La visée est fixe et calibrée jusqu’à 1500m et un frein de bouche qui sert aussi de compensateur améliore la stabilité du fusil.

A la base de l’équipement de visée avant  et sous le frein de bouche, il y a un ergot support de baïonnette.

En 1933, le fusil Tokarev est perfectionné selon la méthode développée par Simonov avec un cylindre des gaz qui est désormais installé au-dessus du canon et des modifications au niveau du capot de carcasse et de l’équipement de visée arrière.

L’arme est désormais approvisionnée par un chargeur amovible de quinze cartouches

Une compétition oppose entre août et septembre 1938 les fusils présentés par F.V Tokarev, S.G. Simonov et N.V Rukavishnikov.

Tous ces fusils sont basés sur la récupération des gaz de poudre avec un éjecteur monté de façon rigide dans la base de la carcasse.

L’arme est alimentée par chargeur avec une graduation de portée jusqu’à 1500m

Sur le fusil Tokarev les gaz s’échappent via un trou dans le tube, agissent sur une tige de piston des gaz avec un court mouvement longitudinal.

Un régulateur de gaz permet  de calibrer la quantité récupérée et assure la fiabilité de l’arme sous toutes les conditions.

Le verrouillage du canon est coulissant et l’arme est approvisionnée par un chargeur de dix cartouches.

Le fusil peut être équipé d’une baïonnette sabre détachable

Le fusil Simonov a un chargeur de quinze coups de capacité. La tige du ressort de recul est localisée dans une fente de la carcasse et heurte le fond de la culasse.

Le fût du fusil est raccourci et la partie avant du tube avec le cylindre des gaz est chemisée avec des trous de ventilation.

Le fusil Rukavishnikov se verrouille par la gauche. L’avant du canon est doté d’un frein de bouche avec un ergot support de baïonnette. Un support de lunette de visée est monté sur le côté gauche de la carcasse.

Le levier d’armement est déconnecté de la culasse et demeure immobile lors du tir.

Le fusil est équipé d’un court garde-main en bois et le cylindre des gaz est chemisé avec des trous de ventilation

Tokarev 1935