Russie
TM-2-12
Page Précédente

Les 305mm/40 obr.1895 sont les premiers canons lourds modernes de la marine russe et ils sont construits selon une conception Obukhov/Canet qui s’appuie sur un modèle Vickers. Le développement du canon commence en 1891 et il entre en service en 1895. ...

TM-2-12

Les 305mm/40 obr.1895 sont les premiers canons lourds modernes de la marine russe et ils sont construits selon une conception Obukhov/Canet qui s’appuie sur un modèle Vickers. Le développement du canon commence en 1891 et il entre en service en 1895. Après la guerre Russo-japonaise, ils sont modifiés pour réduire le temps de chargement.

En effet lors du conflit la cadence de tir atteint à peine 0.5 à 0.7 coup/min, après modification, cette cadence sera de 1.5 coup/min sur les bâtiments de la classe Borodino et de 2 coups/min sur ceux de la classe Andrey Pervozvanny. La mise à feu est réalisée à l’aide d’une lanière.

Soixante huit pièces au total sont construites initialement et en 1914, le gouvernement russe commande des pièces supplémentaires aux britanniques pour remplacer les tubes endommagés par le temps. Vingt pièces supplémentaires sont assemblées finalement par Obukhov.

Dans la marine russe ces canons équipent les bâtiments des classes Sevastopol, Tri Svyatitelya et Sisoy Velikii, ceux des classes Borodino, Retvisan et Tsesarevich,  et enfin ceux des classes Evstafii, Potemkin et Andrey Pervozvanny.

La portée de la pièce varie selon le type de munition et l’élévation de la pièce.

TM-2-12Avec une munition HE d’ancien modèle de 331.7kg, le projectile atteint 10.980m sous 10° d’élévation, 14.640m sous 15.9° d’élévation et 20.310m sous 35° d’élévation. Avec une munition HE obr.1911 de 470.9kg, le projectile atteint une portée de 15.550m sous 15° d’élévation, 24.300m sous 35.4° d’élévation et 25.880m sous 45° d’élévation. Avec un projectile HE obr.1928 de 314kg la portée est de 29.260m sous 40° d’élévation. Toutes ces portées sont de peu d’intérêt lors de la mise en œuvre des bâtiments car les systèmes de contrôle de tir et de détermination des distances de l’époque ne pouvaient permettre des tirs de précision au-delà de 9140m. D’ailleurs à cette époque, les russes estimaient qu’une volée de quatre canons tirant sous des conditions de tir optimales, de jour, avec une bonne visibilité et sur une cible à portée constante, avait 40% de probabilité de coup au but à 3600m et seulement 10% à 9100m.

La pénétration d’un obus AP de 331.7kg d’ancien modèle est la suivante

Elévation

Portée

épaisseur de blindage latéral

Vitesse initiale

Incidence

0m

381mm

792 m/sec

0.91°

1830m

311mm

687 m/sec

0.98°

3660m

251 mm

592m /sec

2.24°

3.36°

5490m

201mm

507 m/sec

4.53°

5.08°

7320m

159mm

436 m/sec

7.54°

7.26°

9140m

129mm

379 m/sec

18.90°

10.02°

10.970m

93mm

344 m/sec

17.53°

Utilisation terrestre

Lors du retrait des navires russes, les pièces d’artillerie sont retirées et mises en réserve. Six d’entres-elles sont plus tard utilisées sur affût ferroviaire et stationnées en Extrême-Orient. Ces pièces servent sous la désignation TM-2-12.

En effet les deux uniques batteries ferroviaires TM-1-14 construites, ne sont pas suffisantes pour créer un système de défense côtière dans la Baltique et en Extrême Orient sans parler de la Mer Noire. L’ordre a donc été donné de développer des batteries d e305mm à partir des pièces d’artillerie des bâtiments désarmés entre 1922 et 1925. Les premiers exemplaires de ce projet sont présentés par le TSKBS-3 entre mai et juin 1932 et construit par l’usine A. Marty de Nikolayev. Les premiers exemplaires sortent d’usine en 1933 et sont intégrés dans la marine sur le secteur de Leningrad en 1934.

La construction du TM-2-12 est très similaire à celle du TM-1-14 et repose sur le même système de poutre. La plate-forme ferroviaire est équipée de petits moteurs auxiliaires qui lui permettent de se déplacer par ses propres moyens à la vitesse de 2 à 2.5 km/h. la faible longueur du canon réduit le besoin en équipement auxiliaire et permet une mise en œuvre rapide de la pièce. Six pièces sont construites au total qui équipent les 7ème et 8ème batteries ferroviaires et sont déployées en Extrême Orient aux côtés d’une batterie de TM-1-14. Il semble que ces pièces passent toute la guerre sur ce front ou elles jouent un rôle dissuasif face au Japon. Pourtant, certaines sources annoncent que les allemands utilisent des exemplaires capturés sous la désignation 30.5cm H. (E).625 (r)

TM-2-12

Calibre : 305mm
 
Dimensions
Longueur du tube : 40 calibres, 14.157m, 68 rayures, longueur de l’âme : 12.192m, longueur de la partie rayée : 9.611m
Longueur totale : 32.5m
Poids du canon : 44.250kg (TM-2-12), 42.834 kg (obr.1895), poids du wagon complet : 280 tonnes
 
Performances
Elévation : jusqu’à 50°, azimut : 360° (TM-2-12)
Cadence de tir : 1.5 coups/min
 
 
AP ancien modèle
HE ancien modèle
AP obr.1907
HE obr.1907
Shrapnel obr.1907
AP obr.1911
HE obr.1911
HE obr.1928
Poids du projectile
331.7kg
331.7kg
331.7kg
331.7kg
331.7kg
470.9kg
470.9kg
314kg
Charge militaire
5.3kg
12.4kg
6.00kg
28.2kg
3.07kg
12.84kg
61.5kg
55.2kg
Longueur du projectile
80.8cm
85cm
82.9cm
96.3cm
94.5cm
118.9cm
152.4cm
152.4cm
Charge de propulsion
100kg
100kg
100kg
100kg
100kg
125kg
125kg
 
Vitesse initiale
792 m/sec
 
792 m/s
 
792 m/sec
700 m/sec
700 m/sec
823.5 m/sec