Russie
SU-85-I
Page Précédente

La mise en service du Tigre allemand entraîne une réaction d’urgence de la part des soviétiques. En effet les canons F-34 des T-34/76 et ZIS-5 des KV-1 tous les deux de 76.2mm ne sont pas capable de percer le blindage des Tigre et si l’obusier M-30 d ...

SU-85-I

La mise en service du Tigre allemand entraîne une réaction d’urgence de la part des soviétiques. En effet les canons F-34 des T-34/76 et ZIS-5 des KV-1 tous les deux de 76.2mm ne sont pas capable de percer le blindage des Tigre et si l’obusier M-30 des SU-122 peut le faire, la trajectoire courbe de ses tirs et sa faible cadence de tir en fait une cible facile pour le char allemand. Les seules armes efficaces sont le canon antiaérien de 85mm obr.1939, l’obusier ML-20 de 152mm et le canon A-19 de 122mm, mais la charge séparée de ces pièces d’artillerie entraîne une faible cadence de tir.

Un ordre est alors donné pour installer un canon antiaérien de 85mm obr.1939 sur un SU-122 tout en développant en parallèle l’idée d’installer un canon de char KV S-18 de 85mm toujours sur un châssis de SU-122. Cette dernière tentative se solde par un échec en raison de la difficulté d’installer la culasse importante du canon à l’intérieur de la casemate du canon automoteur. Deux prototypes sont cependant livrés.

SU-85-ILe premier, désigné SU-85-I utilise une caisse standard de SU-122 avec un nouveau masque et un nouveau support pour le canon D-5S, dérivé de l’obr.1939 de 85mm. A l’origine il doit être équipé d’une mitrailleuse de caisse, mais son encombrement entraîne son retrait. Le deuxième est désigné SU-85-IV, il est toujours basé sur le SU-122 mais avec un avant modifié et un canon S-18 produit par UZTM soit Uralmashzavod. Initialement c’est ce deuxième canon qui, une fois les problèmes initiaux corrigés devait être installé en série, mais, lors des tests le D-5S révèle de meilleures performances et une plus grande efficacité et d'autres parts la culasse du S-18 est beaucoup trop importante et empêche d’emporter les munitions nécessaires voire même l’ensemble de l’équipage. Une lunette de visée télescopique doit être développée pour l’installation sur l’engin, elle porte la désignation TSh-15.

Ce nouvel engin porte la désignation SU-85-II et c’est lui qui est choisi pour la construction en série. L’engin standard est donc basé sur un châssis de SU-122 avec un blindage frontal de 45mm et armé d’un canon D-5S de 85mm. L’engin est construit en deux mille trois cent vingt neuf exemplaires, principalement par Uralmash entre août 1943 et juillet 1944 lorsqu’il est remplacé par le SU-100 plus puissant.

SU-85-I