Russie
SU-85
Page Précédente

La mise en service du Tigre allemand entraîne une réaction d’urgence de la part des soviétiques. En effet les canons F-34 des T-34/76 et ZIS-5 des KV-1 tous les deux de 76.2mm ne sont pas capable de percer le blindage des Tigre et si l’obusier M-30 d ...

SU-85

La mise en service du Tigre allemand entraîne une réaction d’urgence de la part des soviétiques. En effet les canons F-34 des T-34/76 et ZIS-5 des KV-1 tous les deux de 76.2mm ne sont pas capable de percer le blindage des Tigre et si l’obusier M-30 des SU-122 peut le faire, la trajectoire courbe de ses tirs et sa faible cadence de tir en fait une cible facile pour le char allemand. Les seules armes efficaces sont le canon antiaérien de 85mm obr.1939, l’obusier ML-20 de 152mm et le canon A-19 de 122mm, mais la charge séparée de ces pièces d’artillerie entraîne une faible cadence de tir.

Un ordre est alors donné pour installer un canon antiaérien de 85mm obr.1939 sur un SU-122 tout en développant en parallèle l’idée d’installer un canon de char KV S-18 de 85mm toujours sur un châssis de SU-122. Cette dernière tentative se solde par un échec en raison de la difficulté d’installer la culasse importante du canon à l’intérieur de la casemate du canon automoteur. Deux prototypes sont cependant livrés.

SU-85Le premier, désigné SU-85-I utilise une caisse standard de SU-122 avec un nouveau masque et un nouveau support pour le canon D-5S, dérivé de l’obr.1939 de 85mm. A l’origine il doit être équipé d’une mitrailleuse de caisse, mais son encombrement entraîne son retrait. Le deuxième est désigné SU-85-IV, il est toujours basé sur le SU-122 mais avec un avant modifié et un canon S-18 produit par UZTM soit Uralmashzavod. Initialement c’est ce deuxième canon qui, une fois les problèmes initiaux corrigés devait être installé en série, mais, lors des tests le D-5S révèle de meilleures performances et une plus grande efficacité et d'autres parts la culasse du S-18 est beaucoup trop importante et empêche d’emporter les munitions nécessaires voire même l’ensemble de l’équipage. Une lunette de visée télescopique doit être développée pour l’installation sur l’engin, elle porte la désignation TSh-15.

Ce nouvel engin porte la désignation SU-85-II et c’est lui qui est choisi pour la construction en série. L’engin standard est donc basé sur un châssis de SU-122 avec un blindage frontal de 45mm et armé d’un canon D-5S de 85mm. L’engin est construit en deux mille trois cent vingt neuf exemplaires, principalement par Uralmash entre août 1943 et juillet 1944 lorsqu’il est remplacé par le SU-100 plus puissant.

Les premiers engins entrent en service en août 1943 et donnent très vite satisfaction. Cependant en décembre 1943 une série de modifications est demandée. Entre août 1943 et novembre 1944 deux mille six cent quarante quatre SU-85 sont construits dont trois cent quinze en version modifiée SU-85M produite entre septembre et novembre 1944.

Les allemands ont capturés et testés à Kummersdorf plusieurs SU-85. Ils sont réutilisés sous la désignation Jagd.Pz.85(r). A partir de mars 1944, les troupes polonaises engagées aux côtés des soviétiques ont reçues des SU-85. Soixante dix engins sont livrés avant la fin de la guerre. Ils ont été utilisés par l’armée polonaise jusqu’au début des années cinquante puis un certain nombre est modifié en engin blindé de dépannage WPT. L’armée tchèque en reçoit aussi quelques exemplaires mais ce sont les allemands de la nouvelle NVA qui en reçoivent en 1956 quarante six exemplaires. Ils restent en service jusqu’au début des années soixante avant d’être convertis en engin blindé de dépannage sous la désignation SU-85T. Ces machines servent alors encore au moins vingt ans avant d’être finalement ferraillées

DescriptionSU-85

L’engin utilise un châssis de SU-122 avec un canon D-5S de 85mm équipé d’une lunette TSh-15. Il emporte quarante huit munitions. Des sabords sont pratiqués sur les côtés et l’avant de l’engin pour utiliser les pistolets mitrailleurs de l’équipage. Ces sabords sont obturés par des coiffes coniques. Cet armement est complété par vingt quatre grenades F-1 et cinq grenades antichars.

La transmission, le moteur et la suspension demeurent similaires à ceux du SU-122 ce qui facilite l’entraînement des équipages et la maintenance des engins. Le SU-122 est lui-même basé sur un châssis de T-34 et le compartiment arrière de l’engin est identique à celui du char avec des performances dans le domaine de la mobilité similaires.

Le blindage est entièrement soudé et réalisé en plaques de 20mm à 45mm d’épaisseur. La partie avant du véhicule est réalisée par deux plaques de blindage durci homogène, inclinées et soudées par l’avant, la plaque supérieure fait 50mm d’épaisseur et l’inférieure 45mm.

Les parois latérales et arrière de l’engin sont épaisses de 45mm avec des angles d’inclinaison plus petits, respectivement 20° et 10°. Le masque du canon est épais de 52mm. Les plaques inférieures et celles de toit sont épaisses de 20mm

Une seule trappe pour le chef de char figure sur le dessus de l’engin, cette trappe est par la suite remplacée par une coupole MK-1U de commandement similaire à celle montée sur les T-34/76 obr.1943. La coupole a un blindage de 20mm d’épaisseur et sur les modèles à partir de 1944, cette épaisseur passe à 45mm. L’appareillage optique est installé sur la gauche de l’engin et d’autres instruments similaires seront par la suite installés pour permettre une vision circulaire à l’équipage. Sur le côté droit du toit de la casemate, il y a une ouverture pour le ventilateur sous cloche blindée. Le chauffeur dispose d’une trappe blindée sur l’avant de l’engin comme sur le SU-122. Sur le côté droit de la plaque frontale inférieure il y a une trappe rectangulaire fermée par des écrous qui donne accès au mécanisme de tension de la chenille droite.

SU-85Les parois arrière sont aussi inclinées, 48° pour la partie supérieure et 45° pour la partie inférieure avec une épaisseur constante de 40mm. Au centre du capot moteur, il y a une trappe circulaire qui donne accès à la transmission. Plusieurs trappes sur le dessus du compartiment moteur donnent accès aux éléments à maintenir et le dessous du char comporte en plus trois trappes, celle de l’avant sert de trappes d’évacuation et les deux arrières donnent accès à des éléments mécaniques.

Le véhicule est propulsé par un moteur diesel 12-cylindres en V V-2-34 de 500cv. Ce moteur est mis en marche par un starter ST-700 de 15cv ou par air compressé. Un filtre Cyclone filtre l’air qui pénètre dans le moteur. Le véhicule emporte 470 litres de carburant plus 360 litres dans des bidons externes. Par rapport au SU-122M, le réservoir de gauche du compartiment de combat est remplacé par deux réservoirs montés à droite. Les deux réservoirs externes cylindriques ne sont pas raccordés au circuit d’approvisionnement du véhicule. L’engin emporte 40 litres d’huile.

Le châssis du véhicule est strictement semblable à celui du T-34  obr.1943 construit par UZTM avec cinq roues de route, barbotin à l’avant et poulie de tension à l’arrière. Les chenilles comptent 74 éléments chacune.

Le circuit électrique est alimenté par quatre batteries rechargeables 6STE-128 connectées en parallèle et un générateur GT-4563-A

Le canon D-5S-85 a une longueur de 51.6 calibres et le D-5S-85A de 48.8 calibres. La hauteur de l’âme du canon est de 1.55m et la longueur normale de recul varie entre 270 et 310mm avec une longueur maximale de recul de 320mm. L’élévation du canon est comprise entre -5° et +25° et il dispose d’une capacité de pointage en site de 20° sur la droite et sur la gauche. La portée en tir direct est de 3800m et la portée maximale est de 13.600m. Dans les meilleures circonstances l’engin a une cadence de tir de six à sept coups/min.

Le canon D-5S-85A a une culasse modifiée qui augmente légèrement le poids de l’ensemble de 1230kg à 1370kg. L’engin emporte 48 munitions.

Il tire des munitions AP-T BR-365 de 9.02kg à la vitesse initiale de 792 m/sec avec une capacité de pénétration sous un angle de 60° de 90mm à 500m, 85mm à 1000m, 78mm à 1500m et 72mm à 2000m et sous un angle de 90° de 60° de 105mm à 500m, 100mm à 1000m, 92mm à 1500m et 85mm à 2000m, BR-365P de 4.90kg à la vitesse initiale de 1200 m/sec avec une capacité de pénétration sous un angle de 60° de 100mm à 500m et 85mm à 1000m et sous un angle de 90° de 140mm à 500m et 118mm à 1000m et enfin des BR-365K avec une capacité de pénétration sous un angle de 60° de 90mm à 500m, 78mm à 1000m, 72mm à 1500m et 66mm à 2000m et sous un angle de 90°  de 108mm à 500m, 102mm à 1000m, 90mm à 1500m et 82mm à 2000m. Les fusées des munitions perforantes sont des MD-5 ou des MD-8. Le canon peut aussi tirer des obus à fragmentation O-365K avec fusée KTM et pleine charge ou charge réduite ou des obus O-365 avec détonateur retard T-5. Les munitions sont rangées de la façon suivante, dix neuf obus sont placés dans des niches à gauche, dix huit dans un coffre sous la culasse, dix dans un support vertical sur la paroi du moteur et une dans un logement vertical à droite. L’engin emporte en outre, 1500 munitions de pistolets mitrailleurs, vingt quatre grenades F-1 et cinq grenades antichars.SU-85

L’engin utilise un viseur panoramique 10T-15 avec l’aide d’un viseur périscopique coudé TSh-15 pour les tirs directs et un viseur panoramique de ZIS-3 depuis des positions encaissées.

L’équipage est relié par un système de communication interne TPU-2, TPU-3bis ou TPU-F-3 et les communications externes sont assurées par une radio à bande courte 9P, plus tard remplacée par une 9RM ou une 9RS. La radio est reliée à une antenne fouet installée sur le côté droit de la casemate de l’engin

Variantes

SU-85M

Il s’agit d’une solution intérimaire pour palier au retard de production du SU-100, une version de ce dernier est armée du canon D-5S de 85mm et prend alors la désignation SU-85M. Son blindage frontal est dès lors plus épais, 75mm au lieu de 45mm, et le compartiment d’équipage est plus spacieux. L’engin est produit par Uralmash à partir de décembre 1944 en trois cent quinze exemplaires. Les autres modifications de l’engin comportent le changement du circuit d’approvisionnement en carburant pour en accélérer l’alimentation, le développement d’une gâchette électrique pour le canon, l’amélioration de l’épaisseur de blindage de la coupole si passe de 20mm à 45mm et l’installation de deux ventilateurs pour purifier plus rapidement l’air à l’intérieur de la casemate

SU-85BM :

A partir de l’automne 1944, l’état-major soviétique a demandé la production d’un chasseur de char capable d’engager les versions les mieux protégées des engins allemands. Un projet, proposé par le bureau d’étude de l’ingénieur Petrov, prévoit d’équiper l’engin avec un canon D-5S de 85mm modifié avec un tube plus long de 1.068m et désigné D-5S-85BM. Pour maintenir la balance du tube, il doit être reculé de 80mm sur son tourillon. Il utilise les mêmes munitions de 85mm mais avec d’avantage de poudre propulsive ce qui lui octroi une vitesse initiale de 950 m/sec et une pénétration supérieure d e20%. L’engin utilise une caisse standard de SU-85 mais porte désormais la désignation SU-85BM pour bol'shaya mosh'nost ou poudre spéciale. Il subit des tests entre janvier et mars 1944 mais n’est jamais accepté en service actif suite à l’adoption du SU-100.

SU-S-34-1

Cet engin est proposé par le bureau d’étude de Grabin au printemps 1944. Il est armé d’un canon de 85mm S-34-IB. L’engin possède une vitesse initiale de 1000 à 1050 m/sec mais demeure très instable. Il est testé durant l’été 1944 mais jamais accepté en service actif

SU-D-10-85

A l’automne 1944, un autre modèle armé du canon de 100mm B-34 recalibré en 85mm est proposé par le bureau de Petrov. Ce canon porte la désignation D-10-85PM et l’engin ainsi modifié SU-D-10-85. Cette arme tire des projectiles de 85mm avec des douilles de 100mm. L’engin présente les mêmes problèmes d’instabilité que le SU-S-34-1 et atteint lui aussi la vitesse initiale de 1050 m/sec. L’engin n’est jamais accepté pour le service.

SU-85T, conversion de canons d’assaut en véhicule blindé de dépannage, poids 27 tonnes, longueur 6m, largeur 3m, hauteur 2.35m, force de traction 12 à 15 tonnes

SU-85T Mod.1, véhicule de dépannage spécialement construit

SU-85

Dimensions :
Poids total en ordre de combat : 29.6 tonnes
Longueur : 8.15m, largeur : 3m, hauteur : 2.3m
 
Moteur : un diesel V-2-34 V12 de 500cv à 1800 tours/min
Puissance spécifique : 18.69 cv/t, capacité du réservoir : 420 litres et 4 réservoirs externes de 90 litres
Consommation  150 litres au 100 km sur route et 240 litres au 100 km en tout terrain
 
 
Performances
Vitesse maximale sur route : 55 km/h, 25 km/h en tout terrain, autonomie : 280 km de route ou 175 km en tout terrain, obstacle vertical : 0.8m, passage à gué  1.3m, tranchée 2.5m, pente 35°
 
Armement : Canon de 85mm D-5S-85 L/52 ou D-5S-85A Model 1943 avec 48 munitions
Portée maximale 16000 m, portée pratique antichar 1100m
Azimut 10° à droite et à gauche, élévation de –3° à +20°
                Viseur : TSh-15
Cadence de tir 15 coups/min
Type de munitions
Désignation
Type
Poids
Vitesse initiale
Pénétration à 100m
Pénétration à 500m
Pénétration à 1000m
Pénétration à 1500m
Pénétration à 2000m
BR-365
AP
9.2kg
792 m/sec
97mm
84mm
71mm
59mm
49mm
BR-365K
APC
9.2kg
792 m/sec
112mm
100mm
86mm
75mm
65mm
BR-365P
APCR
4.99 kg
1050 m/sec
140mm
107mm
76mm
54mm
39mm
 
Blindage :
Caisse avant haut : 45mm à 40°, caisse avant bas : 45mm à 30°, côtés haut : 45mm de 70° à 50°, côtés bas : 45mm à 90°, caisse arrière : 45mm à 42°, 45° et 70°, dessus : 20mm à 0°
 
Radio : 9R
 
Optique : viseur TSh-15
 
Equipage : quatre hommes
Pays utilisateurs :
Constructeur  UTZM ou Uralmash, Zavod N°9

SU-85

SU-85