Russie
SU-76, SU-15 M
Page Précédente

Le succès des canons automoteurs allemands entraînent les ingénieurs russes dans le développement d’engins équivalents. Sous la houlette d el’ingénieur Guinzburg c’est toute uen famille d’automoteur chenillé qui est prescrite avec pas moins de sept v ...

SU-76, SU-15 M

Le succès des canons automoteurs allemands entraînent les ingénieurs russes dans le développement d’engins équivalents. Sous la houlette d el’ingénieur Guinzburg c’est toute uen famille d’automoteur chenillé qui est prescrite avec pas moins de sept variantes dont une ambulance, un engin porte-mortier, un engin de dépannage, un automoteur antiaérien de 37mm et un canon automoteur de 76mm. Pour limiter les coûts de développement, l’effort se concentre sur les automoteurs de 37mm et de 76mm et à partir de la bataille de Stalingrad c’est sur l’automoteur de 76mm que ce concentrent tous les efforts

En octobre 1942, l’usine GAZ et l’usine N°38 sont mises en compétition pour la fabrication d’un automoteur léger armé d’un canon ZIS-3Sh sur un châssis de char léger T-70 allongé et avec un galet supplémentaire. Les deux prototypes sont présentés en novembre 1942 sous la forme du GAZ-71 pour la firme GAZ et du SU-12 pour l’usine N°38. Des tests comparatifs ont lieu en décembre 1942 et le GAZ-71 est rejeté car trop éloigné du résultat désiré particulièrement au niveau de la disposition de l’équipage. Le SU-12 est donc choisi pour la production en série sous la désignation SU-76 à partir de janvier 1943.SU-76, SU-15M

L’armée soviétique va utiliser les SU-76 jusque dans les années cinquantes.

Variantes

SU-12

Le SU-12 est propulsé par deux moteurs GAZ-202 montés en parallèle. Il dispose d’une protection composée de plaques de blindage de 10 à 35mm d’épaisseur assemblées par soudure.

Le compartiment du chauffeur est à l’avant, le moteur au centre et le compartiment de combat à l’arrière.

L’équipage est de trois hommes et l’armement est complété par une mitrailleuse DT de 7.62mm

SU-12M / SU-76M

L’installation des moteurs en parallèle sue le SU-12 pose un important problème de synchronisation, aussi la production est stoppée au trois cent cinquantième engins produits. En mai 1943, un engin amélioré est développé, testé puis mis en production en juin. Ce nouvel engin porte la désignation SU-12M ou SU-76M. Il reprend la caisse du SU-76 mais dispose désormais d’une transmission et de moteurs modernisés. Ces modifications ne corrigent pas totalement les problèmes rencontrés avec l’engin mais le SU-76M est tout de même construit entre mai 1943 et 1945 en onze mille trois cents exemplaires.

SU-15

Pendant l’été 1943, l’usine N°38 propose trois prototypes différents, tous armés du canon de 76mm S-15 et propulsés par des moteurs GAZ-203. Le SU-15 est basé sur un châssis de SU-12 avec un système de filtre à air amélioré et un compartiment de combat légèrement plus large.

SU-76, SU-15MLes tests comparatifs entre SU-15, SU-16 et SU-38 montrent que le meilleur des trois est le SU-16 même si l’emplacement de l’équipage n’est pas optimal. Les châssis des SU-15 et SU-38 sont trop chargés ce qui cause de nombreuses pannes. Pourtant c’est finalement le SU-15 qui est retenu pour la production en série en raison de son poids moins important que les deux autres modèles.

SU-16

Pendant l’été 1943, l’usine N°38 propose trois prototypes différents, tous armés du canon de 76mm S-15 et propulsés par des moteurs GAZ-203. Le SU-16 est basé sur un châssis de char léger T-70 obr.1943 avec son moteur d’origine et un blindage frontal de 45mm. L’engin est légèrement plus grand que les précédents avec une forme différente de supertsructure et un toit totalement ouvert.

Les tests comparatifs entre SU-15, SU-16 et SU-38 montrent que le meilleur des trois est le SU-16 même si l’emplacement de l’équipage n’est pas optimal. Les châssis des SU-15 et SU-38 sont trop chargés ce qui cause de nombreuses pannes. Pourtant c’est finalement le SU-15 qui est retenu pour la production en série en raison de son poids moins important que les deux autres modèles.

SU-38

Pendant l’été 1943, l’usine N°38 propose trois prototypes différents, tous armés du canon de 76mm S-15 et propulsés par des moteurs GAZ-203. Tout comme le SU-16 le SU-38 est basé sur un châssis de char léger T-70 avec son moteur d’origine, mais il est plus léger avec un compartiment de combat situé légèrement plus à l’avant de l’engin.

Les tests comparatifs entre SU-15, SU-16 et SU-38 montrent que le meilleur des trois est le SU-16 même si l’emplacement de l’équipage n’est pas optimal. Les châssis des SU-15 et SU-38 sont trop chargés ce qui cause de nombreuses pannes. Pourtant c’est finalement le SU-15 qui est retenu pour la production en série en raison de son poids moins important que les deux autres modèles.

SU-15M / SU-76

Les tests comparatifs entre SU-15, SU-16 et SU-38 montrent que le meilleur des trois est le SU-16 même si l’emplacement de l’équipage n’est pas optimal. Les châssis des SU-15 et SU-38 sont trop chargés ce qui cause de nombreuses pannes. Pourtant c’est finalement le SU-15 qui est retenu pour la production en série en raison de son poids moins important que les deux autres modèles. Une version modernisée du SU-15 est réalisée sous la désignation SU-15M avec un compartiment de combat ouvert sur le dessus et l’arrière et propulsé par deux moteurs GAZ-202. Les tests sont passés avec succcès en août 1943 et l’engin est accepté sous la désignation SU-76 avec un début de production en masse à partir d’octobre 1943. A la fin de la guerre ce sont quatorze mille deux cent quatre vingt douze SU-76 qui sont construits par les usines N°30 de Kirov, N°40 de Mytishchi et GAZ de Gorky.

SU-76, SU-15MDescription

Le SU-76 / SU-15M et le SU-76M / SU-12M sont tous les deux basés sur un châssis de char léger T-70 et en conserve beaucoup d’équipements mécaniques dont la suspension avec un galet supplémentaire et les chenilles. Par rapport au T-70 le compartiment moteur est déplacé au centre pour permettre d’installer un compartiment de combat à l’arrière. Le SU-76 est propulsé par deux moteurs GAZ-202 en parallèle qui développent un total de 140cv et permettent au char d’atteindre la vitesse de 45 km/h. Le SU-76M est équipé de moteur GAZ-203 qui développent un total de 170cv. L’engin embarque 420 litres de carburant qui lui permettent d’obtenir uen autonomie de 250km.

Le compartiment de combat est fermé sur le SU-76 alors qu’il est ouvert à l’arrière et sur le dessus pour le SU-76M. Dans les deux cas l’accès au compartiment de combat s’effectue par l’arrière de l’engin.

Ces engins sont armés d’un canon ZIS-3 obr.1942 de 76.2mm avec soixante obus, majoritairement explosifs et pour certain perforants. Le canon peut tirer les munitions suivantes : BR-350A de 6.30kg avec une vitesse initiale de 710 m/sec et une capacité de pénétration sous un angle de 90° de 67mm à 100m, 56mm à 500m, 46mm à 1000m, 38mm à 1500m et 31mm à 2000m, BR-350B de 6.30kg avec une vitesse initiale de 710 m/sec et une capacité de pénétration sous un angle de 90° de 70mm à 100m, 59mm à 500m, 48mm à 1000m, 40mm à 1500m et 32mm à 2000m, BR-350P de 3.04kg avec une vitesse initiale de 990 m/sec et une capacité de pénétration sous un angle de 90° de 94mm à 100m, 65mm à 500m, 42mm à 1000m, 27mm à 1500m et 17mm à 2000m et BR-353A de 3.94kg avec une vitesse initiale de 450 m/sec et une capacité de pénétration sous un angle de 90° de 73mm entre 100 et 1500m. Sur le SU-76M une mitrailleuse DT de 7.62mm peut être installée.

Le blindage de l’engin demeure léger avec seulement 30mm sur les parties frontales et 15mm sur les côtés. L’équipage est composé de quatre hommes, chauffeur, chef de char, tireur et chargeur.

L’engin n’est pas trop apprécié par ses équipages, particulièrement à cause du manque de moyen de ventilation du compartiment de combat et d el’accumulation de gaz de tir à l’intérieur. D’autres parts le moteur chauffe aussi le compartiment ce qui rend les conditions de combat en été difficiles. D’autres problèmes apparaissent au cours des combats, en particulier lorsqu’un tir adverse heurte le réservoir de carburant et y met le feu, celui-ci est immédiatement transmis au chauffeur sans lui laisser aucune chance de sortir d’un engin endommagé. Sur le terrain il est parfois ajouté un ventilateur supplémentaire pour aérer le compartiment de combat mais la méthode la plus simple consiste à tailler un trou dans le toit du compartiment. Pourtant l’engin est très capable en accompagnement d’infanterie, particulièrement dans els zones boisées ou marécageuses et son canon est performant contre la plupart des chars allemands  à l’exception du Tigre qui ne peut être pénétrer dans sa partie frontale que par les dernières sous-munitions mises en service et encore à très courte distance.

SU-76, SU-15M

Valeurs pour le SU-76 / SU-15M
Dimensions
Poids : 10.6 tonnes
Longueur : 4.88m, largeur : 2.74m, hauteur  2.17m
 
Motorisation : deux moteurs Gaz-202 de 70 cv chacun à 5600 tours/min
Puissance spécifique : 13.21 cv/t , capacité du réservoir : 420 litres
Consommation : 131 litres au 100 km sur route et 221 litres au 100 km en tout terrain
 
Performances
Vitesse maximale : 45 km/h sur route et 30 km/h en tout terrain, autonomie 320 km sur route et 190 km en tout terrain
Pente : 25°, obstacle vertical : 0.7m, passage à gué : 0.89m, tranchée : 3.12m
 
Armement : un canon de 76.2 mm ZiS-3 Model 42 L/52 avec 60 munitions
                      portée maximale 13200 m, portée pratique antichar 1000m
                      Elévation de –3° à +25°, azimut : 32° au total
                      cadence de tir 20 coups/mn
Type de munitions
Désignation
Type
Poids
Vitesse initiale
Pénétration à 100m
Pénétration à 500m
Pénétration à 1000m
Pénétration à 1500m
Pénétration à 2000m
BR-350A
APBC
6.3 kg
710 m/sec
67mm
56mm
46mm
38mm
31mm
BR-350B
APBC
6.3 kg
710 m/sec
70mm
59mm
48mm
40mm
32mm
BR-350P
APCR
3.04 kg
990 m/sec
94mm
65mm
42mm
27mm
17mm
BR-353A
HEAT
3.94 kg
450 m/sec
73mm
73mm
73mm
73mm
-
                      Une mitrailleuse DT de 7.62mm
 
Radio : 9R
 
Blindage : caisse avant haut : 25mm à 30°, caisse avant bas : 30mm à 60°, côtés haut : 10mm à 70°, côtés bas : 15mm à 90°, arrière : 15mm de 0° à 60°, toit : 7mm à 0°, plancher : 7mm à 0°
Mantelet : 15mm arrondi
 
Equipage : quatre hommes
Mise en service : 1943
Constructeur : Zavod N°38
Pays utilisateurs : Albanie, Viêt-nam, Corée du Nord, Roumanie

SU-76, SU-15M