Russie
SU-7
Page Précédente

Canon automouvant de 203mm ou 305mm développé par l’usine N°185 Bolchevick à partir de 1934 mais qui va rester au niveau de la planche à dessin. Un projet dénommé Triplex prévoit en plus du SU-14 la construction d’un châssis qui pourrait supporter ...

SU-7

Canon automouvant de 203mm ou 305mm développé par l’usine N°185 Bolchevick à partir de 1934 mais qui va rester au niveau de la planche à dessin.

Un projet dénommé Triplex prévoit en plus du SU-14 la construction d’un châssis qui pourrait supporter trois types différents de canon. Le projet est étudié par l’Armée rouge à partir d’octobre 1933.

Il doit comprendre le canon à grande puissance de 254mm avec une élévation comprise entre 0° et +42°, qui tire des obus à fragmentation de 225kg à la vitesse initiale de 692 m/sec et une portée de 23.500m. Le poids de la pièce est de 24.000kg.

Un obusier de 305mm à grande puissance est aussi considéré avec une élévation comprise entre 0° et +60°, qui tire des obus HE de 365kg à la vitesse initiale de 360 m/sec et la portée de 12.500m. Le poids de la pièce est de 14.100kg.

Un mortier à grande puissance de 400mm avec une élévation comprise entre +5° et +70°, qui tire des bombes explosives de 860kg à la vitesse initiale de 320 m/sec à la portée de 10.500m. Le poids de la pièce est de 10.000kg.

La pièce et son affût sont construits à l’usine Bolchevick alors que le châssis est réalisé par l’usine N°185.

Il apparaît rapidement que la portée de la pièce de 254mm n’est pas suffisante, il est alors envisagé de changer de modèle pour fabriquer un modèle Duplex avec des calibres 203mm et 305mm.

En décembre 1934, deux projets sont présentés avec une masse oscillante de type Schneider, plusieurs éléments de l’obusier de 203mm B-4 et un verrou de canon de 152mm U-10. Ces deux projets sont présentés par l’usine Bolchevik sous la direction de l’ingénieur Magdisiev et par l’usine N°185 sous la direction de l’ingénieur Syachintov mais ils sont tous els deux rejetés.

Les travaux continuent alors dans l’usine N°185 sous la direction de l’ingénieur Guinzburg pour devenir le SU-7. Le moteur et la transmission sont installés à l’avant avec à l’arrière un compartiment de combat spacieux sur lequel prend place un canon de 203mm ou un obusier de 305mm avec deux à trois freins latéraux, deux récupérateur sous le tube. Le canon dispose d’une élévation de +52° et l’obusier de +70° avec un débattement de 42° à droite et à gauche.

Le véhicule emporte deux à six coups et à priori la cadence de tir peut être d’un coup toute les 80 à 100 secondes avec un équipage de quinze hommes. Le poids total de l’engin est de 102 à 106 tonnes au lieu des 75 à 80 tonnes projetées et le poids des pièces d’artillerie est de 39 à 43 tonnes.

L’état major demande alors une réduction du poids aux alentours des cent tonnes et aussi la capacité de tirer des projectiles perforants à partir d’un tube rayé tout comme les anciens projectiles de marine qui datent alors de la Première Guerre Mondiale et de la Guerre Civile.

La production du premier prototype débute à la fin de l’année 1937, l’engin est équipé d’un moteur GAM-34 et assemblé à l’usine N°185. Les travaux s’annoncent convenables mais le 2 octobre 1937 une décision soudaine et inexpliquée stoppe la construction de l’engin