Russie
SU-6 obr.1935
Page Précédente

En 1933, il est décidé de remplacer les canons antiaériens automoteurs sur châssis de camion développés pendant la Première Guerre Mondiale. Le projet est affecté à l’usine N°185 qui doit travailler sur une base de char léger T-26 en y installant un ...

SU-6 obr.1935

En 1933, il est décidé de remplacer les canons antiaériens automoteurs sur châssis de camion développés pendant la Première Guerre Mondiale. Le projet est affecté à l’usine N°185 qui doit travailler sur une base de char léger T-26 en y installant un canon antiaérien 3K obr.1931 de 76mm. Il devient immédiatement clair que le châssis va devoir être allongé ce qui ne convient pas à l’état major qui tient absolument à garder identique les caractéristiques du T-26 qui vient juste d’entrer en production.

Pourtant le projet est adopté en mai 1933 sous la désignation SU-6 mais le canon est désormais affecté au combat contre les formations blindées ennemis. Les travaux de développement sont confiés à l’ingénieur L. Trovanov sous la direction de P.V. Syachintov.

La superstructure de l’engin est rivetée et renforcée à l’intérieur par trois parois. L’engin est plus large SU-6 obr.1935avec des chenilles aussi plus larges que celle du T-26 d’origine. Des plaques amovibles sont installées autour du canon pour offrir une protection contre les armes légères lors des déplacements. Des affûts de mitrailleuse sont installés dans les parois avant et arrière. A l’intérieur  de la caisse des sièges sont fixés pour l’équipage. Celui-ci comprend six hommes.

Le canon est un modèle 3L obr.1931 de 56 calibres monté sur piédestal au centre du compartiment de combat. La pièce peut tourner sur 360° et dispose d’un débattement vertical compris entre -5° et +82°. La hauteur de l’axe de tir en position horizontale est de 2.445m et le véhicule embarque quarante huit munitions de 85mm

Le châssis est allongé grâce à l’installation au centre de la caisse d’une roue supplémentaire monté sur ressort. Le moteur et la suspension sont directement repris des modèles T-26 obr.1933.

Les tests en usine sont menés entre septembre et octobre 1935. L’engin atteint un poids total de 11 tonnes avec une vitesse de 28 km/h pour une autonomie de 130km. D’autres tests sont menés avec un canon d e37mm à la place de celui de 85mm.

Les tests révèlent que le moteur est trop faible pour un poids qui a du mal à être contenu et que la qualité du tir est très faible. Lors d’un tir à 0° d’élévation l’engin saute d e17cm et recule de 21cm. D’autres parts l’équipage peine à trouver sa place dans l’engin et un véhicule d’accompagnement doit suivre. Ces raisons font que le véhicule peut difficilement être affecté à des unités mécanisées.

En mars 1936, l’usine N°185 reçoit une commande pour quatorze engins dont bientôt dix doivent être convertis pour l’emport d’une pièce de 37mm. Cette deuxième version ne tarde pas elle aussi à être abandonnée.

Comme l’ingénieur Syachintov va être arrêté lors des purges d e1936, le projet est considérablement ralenti et seuls quatre engins seront finalement construits dont le sort n’est pas connu.

SU-6 obr.1935
Dimensions
Poids : 11.300kg
Longueur : 5.70m, largeur : 2.70m, hauteur : 2.746m
Garde au sol : 380mm
 
Motorisation : un moteur T-26 de 92cv à 2100 tours/min
Capacité du réservoir : 182 litres
 
Performances
Vitesse : 21 km/h sur route, 16 km/h en tout-terrain, autonomie : 130km, pente : 32°, dévers : 30°, obstacle vertical : 0.75m, tranchée : 2.00m, passage à gué : 0.80m
 
Armement :    un canon 3-K de 76.2mm obr.31 avec 48 munitions
            Plafond : 8000 à 9800m
            Poids d’un obus : 6.23 kg
            Vitesse initiale : 820 m/sec
            Cadence de tir : 20 coups/min
            Elévation de -2° à +82°, azimut : 360°
                        Deux mitrailleuses DT de 7.62mm avec 1197 munitions
 
Blindage : 6 à 8mm
 
Equipage: cinq à six hommes

SU-6 obr.1935

SU-6 obr.1935

SU-6 obr.1935