Russie
SU-14 obr.1934
Page Précédente

Automoteur expérimental basé sur des éléments de transmissions et de châssis de T-28 et de T-35, il est développé à partir de 1934 dans le but de lutter contre les fortifications.Il est initialement baptisé SU-7 et le choix de la pièce d’artillerie v ...

SU-14 obr.1934

Automoteur expérimental basé sur des éléments de transmissions et de châssis de T-28 et de T-35, il est développé à partir de 1934 dans le but de lutter contre les fortifications.Il est initialement baptisé SU-7 et le choix de la pièce d’artillerie varie entre d’abord un canon de 107mm obr.1907/30, un obusier de 152.4mm obr.1909/30 et un mortier de 203mm F obr.1929 et en parallèle entre un canon à haute puissance de152.4mm, un obusier de 203mm obr.1929/31 et un mortier de 305mm obr.1931.

Finalement la seule pièce disponible est  un canon de 203mm B4 obr.1931. Elle est choisie et l’engin porte alors la désignation SU-14. Un tracteur Komintern porte munitions lui est adjoint avec une capacité de 50 à 60 munitions.

L’engin présente les mêmes limites que le T-35, à savoir une protection insuffisante et des problèmes de transmission. D’autres parts le canon de 203mm est rapidement trouvé inadapté.

A partir de 1936, une version améliorée, désignée SU-14-1 est développée avec un moteur M-17F de 680cv à la place du moteur M-17T de 500cv.

La même année 1936, le canon de 203mm est remplacé par un canon demarine B-30 de 152.4mm sur un premier prototype et par un canon Br-2 obr.1935 de 152.4mm sur un deuxième prototype. Ces pièces s’avèrent efficace contre les fortifications. Ces engins ne sont jamais construits en série mais sont toutefois engagés lors de la guerre contre la Finlande ou ils reçoivent des plaques de blindage additionnelles. Le modèle armé du canon Br-2 sera engagé en 1941 lors de la défense de Moscou.

Description

L’engin partage le châssis du char lourd T-35 avec huit roues de diamètre moyen, six galets presseurs et poulie de tension à l’arrière. Des roues en acier pleine sont utilisées qui se sont avérées plus solide que les roues avec bandage en gomme. Des suspensions à ressort Mc Pherson sont reliées sur les parois de l’engin avec un mécanisme pour les tenir en position basse lors des tirs.

Suite aux nombreux problèmes de transmission avec le modèle qui équipe le T-35, il est décidé d’utiliser celle du T-28. Une entrée d’air avec ventilation axiale est installée sur la partie supérieure de la caisse et l’évacuation s’effectue par des trappes latérales. La partie inférieure de la caisse est directement inspirée de celle du prototype du T-35 sans changements majeurs. Le canon B-4 est installé en position centrale à l’intérieur d’une plate-forme ouverte. Sous le plancher de la plate-forme huit projectiles sont stockés.

Le canon B-4 de 203mm a été adopté par l’Armée soviétique en 1933. Il présente un tube de 25 calibres et offre une élévation comprise entre 0° et +60° et un débattement en site de 4° sur la droite et la gauche. Il tire des munitions explosives HE F-625 et F-625D et anti-béton G-620 et G-620T. La munition est à charge séparée avec onze charges variables. Le poids de la charge est compris entre 15kg et 15.5kg. La vitesse initiale du projectile est de 607 m/sec pour la munition anti-béton et de 280 m/sec à 607 m/sec pour la munition HE selon la charge employée. Le canon B-4 a été développé pour lutter contre des fortifications renforcées qui sont nombreuses dans plusieurs pays européens comme la Pologne, la Tchécoslovaquie, la France et la Finlande.

Le SU-14 est propulsé par un moteur  M-17, 12-cylindres de 500cv avec deux carburateurs Zenit CD-1. La mise en marche du moteur SU-14 obr.1934est réalisée grâce à un petit moteur de 6cv qui met en œuvre trois magnétos. L’engin est équipé d’un réservoir de 861 litres et dispose d’un circuit électrique 12V dispensé par deux batteries 6STA-1X de 144 A/h et d’une dynamo de 1 kW avec une puissance de 24V.

Il est équipé de deux grues de 200 kg pour les munitions.

Le premier prototype est évalué en juillet 1934 et plusieurs problèmes surviennent, d’abord avec la transmission puis avec le système de grue et de treuil destiné à charger les munitions  et enfin avec le système de fermeture de la trappe sous laquelle sont entreposées les munitions qui se casse pendant les essais. L’engin est réparé mais malgré ces réparations il présente toujours des défauts majeurs qui rendent impossible sa mise en production.

SU-14 obr.1934Variantes

SU-14-1 obr.1935/36, ce projet survient dans l’idée d’adopter des canons automoteurs lourds dans l’éventualité de créer une force mobile de défense côtière. Pour cela, deux calibres de canons de marine sont sélectionnés, 130mm et 152.4mm. C’est l’usine N°.185 qui est chargé du développement de ces pièces en développant un affût spécial entre février et mars 1935, et c’est finalement un canon D-10 de 152.4mm qui est sélectionné. Les premiers des travaux engagés concernent l’installation d’une transmission de T-35A avec déplacement vers l’avant du barbotin et modification des jupes latérales avec une taille réduite. L’engin est désigné SU-14-1 avec un nouveau moteur M-17-1 de 680cv qui propulse la masse en ordre de combat de 48.500kg à la vitesse maximale de 31.5 km/h. Les suspensions du châssis sont renforcées et le système qui déconnecte les suspensions pendant le tir est retiré. L’engin emporte toujours huit munitions sous la plate-forme qui sont désormais considérées comme subsidiaires car cinquante à soixante munitions sont emportées dans un tracteur Komintern d’accompagnement. La protection demeure identiques à l’exception de l’avant ou les plaques de 10mm sont remplacées par des plaques de 6mm, ces plaques sont soudées et rivetées.

Les tests avec l’engin se révèlent très positifs.

SU-14-2 obr.1940, pendant le développement du SU-14-1, en novembre 1936, l’usine Uralmashzavod développe une version armée de canon long de 152.4mm B-30 ou Br-2.L’installation du second est particulièrement réussie, il tire deux types de munitions, HE et anti-béton mais avec désormais une vitesse initiale de880 m/sec à une portée de 27.000m.

En février 1937 les versions modernisées de SU-14-1 et SU-14-2 ont terminés leurs essais et en 1937, il est prévu la construction de cinq engins avec Br-2 puis leur construction en série à partir de 1938. A l’été 1939, la construction d’une version avec mortier de 280mm Br-5 est planifiée qui aurait parfaitement remplacé la prévision initiale de 1932 d’un mortier automoteur de 305mm.

Malheureusement, la série de purges dans les hautes sphères soviétiques de l’époque entraînent dans la mort l’ingénieur en chef du projet SU-14 de même que celui de l’obusier B-4. Cela met un terme au programme d’engin lourd d’artillerie automoteur pour l’armée soviétique. Il faudra attendre la fin de 1942 pour qu’un automoteur spécialisé entre en service dans l’armée rouge

SU-14 obr.1934

Dimensions
Poids : 47.060kg
Longueur : 9.45m, largeur : 3.42m, hauteur : 3.05m
Garde au sol : 480mm
 
Motorisation : un moteur M-17 de 400cv
 
Performances
Vitesse : 27.2 km/h, autonomie : 100km, obstacle vertical : 0.90m, tranchée : 3.20m, pente : 35°
 
Armement :     Un obusier B-4 de 203.2mm avec 8 munitions
                         Elévation : de +5° à  +60°, azimut : 8° à droite et à gauche
                         Deux mitrailleuses DT de 7.62mm avec 2268 munitions
 
Blindage : avant : 20mm, latéral : 10mm, arrière : 10mm, toit et plancher : 6mm
 
Equipage : sept hommes

SU-14 obr.1934