Russie
SU-100P, Objekt 105
Page Précédente

Cet engin a été développé à partir de 1949 par Uralmashzavod à Sverdlovsk par le bureau d’étude dirigé par G.S. Efimov. Il est terminé en 1955 et pendant sa phase de développement il porte la désignation d’Objekt 105. Il fait partie d’une série ...

SU-100P, Objekt 105

Cet engin a été développé à partir de 1949 par Uralmashzavod à Sverdlovsk par le bureau d’étude dirigé par G.S. Efimov. Il est terminé en 1955 et pendant sa phase de développement il porte la désignation d’Objekt 105.

Il fait partie d’une série d’engins développée à partir de 1946 et qui reprends des perspectives et des idées allemandes.

La phase de développement court jusqu’en 1948, le premier projet, baptisé initialement Objekt 105 deviendra le SU-100P alors que des projets Objekt 108 et Objekt 116 emporteront des canons de 152mm de différents modèles.

Les travaux sur l’engin sont terminés en 1949.

L’engin est testé en 1950, en même temps que l’Objekt 108 ce qui révèle des défauts de stabilisation ainsi que dans le mécanisme de chargement. En 1952, trois engins supplémentaires sont proposés et pendant cinq ans le SU-100P est produit en petite série mais l’action des munitions sur des chars ou des fortifications demeure peu efficace.

En revanche son châssis va demeurer en service pendant plusieurs années puisque il va servir au développement du 2S3.

Description

Dans le cadre du développement d’un châssis universel quatre versions de caisse blindée sont développées. La caisse doit protéger contre les munitions d’infanterie et les fragments du champ de bataille mais en même temps doit être relativement légère tout en étant capable de supporter un obusier de 152mm.

Les ingénieurs doivent avoir recours à une solution non conventionnelle pour ce châssis. Ainsi, le groupe moto propulseur est installé sur la partie avant de l’engin avec à sa gauche le compartiment de conduite pour le chauffeur mécanicien. Tous les autres volumes de la caisse sont consacrés au compartiment de combat et à ses accessoires

La version choisie a une épaisseur de blindage de 15mm et ce sont des plaques d’acier roulé qui sont sélectionnées pour la protection de l’avant et des côtés de l’engin. L’arrière, le toit et le planché sont épais de 8mm. La caisse est soudée, mais pour la construction du bouclier du canon des plaques rivetées sont employées. Finalement l’ensemble de l’engin sera soudé.

La partie avant du châssis est inclinée alors que les parois latérales sont verticales. Il y a une petite partie horizontale au-dessus du moteur et de l’emplacement du chauffeur.

Le compartiment de combat est constitué des côtés et de l’arrière de la caisse et il est protégé sur l’avant par un bouclier. Pour apporter une protection supplémentaire à l’équipage, la partie arrière des parois latérales est légèrement relevée.

La première variante de l’Objekt 105 utilise un bouclier blindé riveté pour protéger le canon. Ce bouclier est incliné avec une grande ouverture au centre couverte par un masque semi-circulaire. Sur les côtés, il y a de petites parties rectangulaires.

Une des particularités de l’Objekt 105 ainsi que des deux projets parallèle est l’absence de protection totale de l’équipage

A l’intérieur de la casemate un canon de 100mm D-50/D-10A est installé sur un piedestal. Il mesure 5.61m de long, soit 59 calibres, et il est équipé d’un frein hydraulique et d’un tampon de recul hydropneumatiques. L’arme peut être pointée dans un champ horizontal de 155° et en élévation comprise entre -5° et +37°. Le canon est équipé d’une culasse à cale semi-automatique avec entraînement mécanique et électrique. Ce dernier point permet de réduire fortement le délai entre la visée et le tir ce qui contribue à l’efficacité de la pièce.

Le canon est développé par l’OKB-9 de Sverdlovsk et c’est une variante du canon de char D-10T, il est équipé d’un frein de bouche et d’une culasse semi-automatique.

Pour le tir direct il utilise un viseur télescopique OP-1-7 et pour le tir plongeant il conserve le viseur panoramique du ZIS-3.

Le char emporte quarante-huit munitions perforantes et l’engin n’est pas équipé de mitrailleuse.

Les munitions employées sont les mêmes que celles de la famille de canon D-10. Le chargement s’effectue manuellement et compte tenu de la position relativement haute de la culasse cette opération est relativement compliquée.

Pour le tir indirect un viseur panoramique ZIS-3 est installé et pour le tir direct c’est une lunette OP-2 qui sert à la visée. Le blindage est efficace contre les tirs d’infanterie avec 15mm d’épaisseur et les plaques de blindage latérales du compartiment de combat sont rabattables.

L’engin est propulsé par un moteur diesel V-54-105, 12-cylindres de 400cv, modification du moteur V-2, avec des suspensions à barre de torsion individuelles avec amortisseurs hydrauliques à pistons télescopiques. Le moteur est équipé d’un système de refroidissement compact qui comporte un radiateur refroidi par air et il est raccordé à une transmission mécanique, qui est un développement du système précédent. Le moteur est installé dans la partie avant droite du châssis et les différents composants sont recyclés pour une installation dans un volume limité dans la partie avant de la caisse

Pour répondre aux besoins particuliers des pièces autoportées un nouveau châssis est développé avec un train de roulement qui reçoit SU-100P, Objekt 105six roues enveloppées de gomme de chaque côté. Chaque roue reçoit une barre de torsion individuelle avec un amortisseur hydraulique additionnel sur les premières et dernières paires de roues. La partie supérieure de la chenille repose sur de petits galets porteurs.

L’équipage est de quatre hommes avec à l’avant de la caisse le chauffeur-mécanicien qui dispose de sa propre trappe d’accès.

Le chef de char et le tireur sont placés de part et d’autres du canon et le chargeur est installé à l’arrière du compartiment de combat. Comme il est à toit ouvert, ce compartiment de combat ne comporte aucune trappe d’accès.

Grâce au positionnement du compartiment de combat sur l’arrière, il est possible de réduire les dimensions de l’engin par rapport à d’autres engins automoteurs comparables. La caisse est longue de 6.50m avec une longueur, canon vers l’avant de 7.66m, la largeur est de 3.10m et sa hauteur est inférieure à 2.50m.

Son poids en ordre de combat est de 22.860kg ce qui lui offre une puissance spécifique de 18.5 cv/t avec une vitesse maximale sur route de 60 km/h et une autonomie de 300km

Variantes

Objekt 105VK, les travaux de modernisation sur l’Objekt 105 continuent  avec des améliorations qui sont apportées sur le châssis. Pendant la même période, l’installation de l’armement est modifiée considérablement. Le type de piédestal est modifié et la ligne de tir est ainsi abaissée de 110mm ce qui d’une certaine manière simplifie le travail du chargeur.

D’autres parts, pour le tir direct, un viseur télescopique OP-2-5 est installé et pour améliorer la capacité au combat de l’équipage, celui-ci passe à cinq hommes. La longueur de l’engin est également allongée à 7.80m.

Les travaux de modernisation durent jusqu’en 1951 et après résolution de plusieurs problèmes les premiers tests peuvent être réalisés en 1952. En parallèle des tests sur le nouveau SU-100M sont également réalisés.

Au début de l’année 1953, une commande de dix engins de présérie est passée, quoique certaines sources mentionnent vingt-quatre engins.

En 1954, dix engins, construits par Uralmashzavod sont transférés en corps de troupes et peu de temps après, l’Objekt 105 VK est recommandé pour la mise en service. Toutefois, aucune construction en série n’est lancée car les projets du Ministère de la Défense concernant la flotte blindée ont entretemps changé. Le SU-100P n’a donc jamais été mis en service

Objekt 105M / SU-100PM, Malgré les déboires du SU-100P les travaux sur l’engin automoteur ne sont pas abandonnés et en février 1956 le Conseil des Ministres décident de poursuivre le projet.

Sous la désignation Objekt-105M / SU-100PM il est décidé d’améliorer la fiabilité des principaux sous-ensembles de l’automoteur. Il est nécessaire d’utiliser un nouvel engin tout en conservant les mêmes caractéristiques.

SU-100P, Objekt 105Cette tâche est menée à bien en utilisant de nouveaux matériaux et de nouvelles technologies et les dimensions et les masses sont maintenues au même niveau.

Les suspensions reçoivent de nouvelles barres de torsion et des bandes de gommes sont désormais attachées avec une colle plus puissante ce qui permet d’augmenter la vitesse maximale jusqu’à 65 km/h.

La puissance de feu du SU-100PM est augmentée grâce à l’emploi du canon D-10M avec des performances améliorées et un équipement de vison nocturne renforce les moyens d’observation.

D’autres parts, au-dessus du canon un projecteur est installé pour les tirs de nuit

Le prototype est testé en 1958 et ces tests durent jusqu’en 1960 et malgré des résultats encourageant le SU-100PM n’est pas recommandé pour le service

En 1960, sur la base du SU-100PM un nouvel engin automoteur désigné Objekt-120 est développé mais il n’atteint même pas la phase des tests car à l’époque le développement des engins automoteurs est abandonné

SU-152P, version d’artillerie avec canon de152mm

SU-152G, autre version avec canon de 152mm

Objekt 112, transport de troupes blindé

Objekt 117, projecteur laser aussi désigné 1K11

SU-100P, Objekt 105
 
Dimensions
Poids : 21.600kg
Longueur : 7.80m, largeur : 3.10m, hauteur : 2.262m
 
Motorisation : un diesel V-54-105, 12-cylindres de 400cv
 
Performances
Vitesse : 65 km/h, autonomie : 300km, obstacle vertical : 0.70m, tranchée : 3.00m, passage à gué : 1.00m, pente : 60%, dévers : 30%
 
Armement : un canon d e100mm D-50/D-10A avec 50 munitions
 
Blindage : 15mm maximum
 
Equipage : quatre hommes