Russie
STL-131-VI-3
Page Précédente

Si les travaux des ingénieurs allemands sur les missiles, les avions à réaction et les sous-marins  sont bien connus, en  revanche ceux autour des mitrailleuses le sont beaucoup moins En 1943, Mauser travaille sur le premier modèle de canon automa ...

STL-131-VI-3

Si les travaux des ingénieurs allemands sur les missiles, les avions à réaction et les sous-marins  sont bien connus, en  revanche ceux autour des mitrailleuses le sont beaucoup moins

En 1943, Mauser travaille sur le premier modèle de canon automatique sous la forme du MG-213C.

L'arme fonctionne par gaz, mais le piston, au lieu d'être fixé sur une lourde culasse est simplement relié au système d'approvisionnement. Sa fonction est de retirer la cartouche de la bande et de l'expédier dans une des cinq chambres totalement identiques et positionnées sous la forme d'un barillet de revolver.

Le canon allemand est décliné en deux calibres, avec deux canons différents, 20mm et 30mm.

Le canon de 20mm MG-213C/20 a une cadence de tir d e1500 coups/min pour un poids total de 75kg. Il tire des projectiles à fragmentation de 191g qui contiennent 25.4g d'explosifs à la vitesse initiale de 915 m/sec.

Le canon de 30mm MG-213C/30 a une cadence de tir légèrement plus lente de 1200 coups/min pour un poids similaire à celui du canon de 20mm avec 77.2kg. En revanche il tire des projectiles plus lourds de 331.4g à la vitesse initiale de 550.5 m/sec.

Les canons MG-213 sont testés à la fin de la guerre sur Me-262 mais la fin des combats ne permet pas d'en lancer la production en grande quantité.

Après 1945, plusieurs exemplaires de MG-213C sont transférés aux USA ainsi que les principaux ingénieurs de Mauser, Otto von Losinzer et le Dr.K. Maher. En 1947, ils développent une version améliorée du MG-213C avec un canon de 20mm sous la désignation dans l'US Army de T47. Les travaux suivants autour du T47 vont aboutir au canon M39 de 20mm qui n'a que peu de différences avec le MG-213C. En 1954, le M39 est adopté par l'US Air Force et vingt quatre autres pays dans le monde.

Les britanniques et les français récupèrent également la technologie du MG-213 ce qui va aboutir au canon de 30mm Aden britannique et au canon DEFA de 30mm français. Ce dernier va être vendu dans près de vingt cinq pays dans le monde.

La firme Gutlof a développé de son côté une munition à neuf projectiles spécialement pour les armes à très haute cadence de tir. Les cartouches de 7.92mm avec vingt à trente projectiles sont désignées HF-8 et celles de calibre 15mm avec neuf projectiles HF-15. Ces cartouches consistent en un étui, une chambre pour la charge de poudre et un tube avec un conduit en spirale dans lequel les projectiles sont placés. la percussion de la charge éjecte le projectile du centre de la cartouche et simultanément l'action des gaz au travers d'une ouverture spéciale, fait se déplacer les autres projectiles dans le conduit en spirale et dès que le projectile suivant, se retrouve au centre de la cartouche, il est éjecté de la même façon par les poudres de gaz.

Pendant les essais de MG-151 sur Me-109 la cadence de tir maximale obtenue est de 15.000 coups/min.

Cependant , ces hautes cadences de tirs provoquent plusieurs problèmes. Par exemple les vitesses initiales du premier et du dernier projectile de la munition ne sont pas les mêmes et cette différence affecte la précision du tir. Un autre problème est l'usure et le refroidissement du canon. Dans tous les cas ce type de projectile n'entre pas en service dans la Luftwaffe.

Entre 1945 et 1947, les ingénieurs allemands livrent au profit des soviétiques des mitrailleuses puissantes tout en demeurant légères de 13mm et 20mm sur la base de canons utilisés par la Luftwaffe et qui peuvent être utilisées par les fantassins de divisions de fusiliers motorisés, les troupes aéroportées ainsi que les forces spéciales.

Ces allemands travaillent dans la partie orientale de l'Allemagne, occupée par les Soviétiques au sein d'une usine baptisée Ikaria Werke qui délivre entre 1945 et 1947 plusieurs douzaines d'exemplaires d'armes légères chambrées de 7.92mm à 30mm. Ces ingénieurs reprennent les principes déjà employés sur des armes allemandes et une mitrailleuse de 13mm, construite par Ikaria, reprend pratiquement le même fonctionnement et les mêmes forment que la MG-131.

C'est en 1938, que la MG-131 entre en service dans l'armée de l'air allemande pour équiper les tourelles, les ailes et en position synchronisée avec l'hélice des avions allemands. Cet engin est développé depuis 1934 par Rheinmetall et il fonctionne par action des gaz avec une courte course du canon et une culasse immobile.

L'arme est approvisionnée par bande et peut tirer toute une gamme de cartouches , à Fragmentation-Incendiaire-Traçante avec mécanisme d'autodestruction ou pas, à fragmentation, à fragmentation et traçante avec mécanisme d'autodestruction ou pas, perforante-traçante avec mécanisme d'autodestruction ou pas et perforante.

Les projectiles pèsent entre 34 et 38.5g et sont tirés à la vitesse initiale de 710 à 750 m/sec et à la cadence de tir de 900 coups/min.

Entre 1945 et 1946, la firme Ikaria installe un bipied sur la MG-131 et l'équipe d'une crosse.

Cette arme est alors désignée STL 131-VI-3.

Pour les bombardiers, une version bitube, télé opérée est développée sous la désignation HL 131 Z

La mitrailleuse allemande est également installée par Ikaria sur affût quadruple Fla-L17V.