Russie
SA-9 Gaskin / 9K31 Strela-1
Page Précédente

Ce système est la combinaison de missiles antiaériens Strela sur un châssis BRDM-2 à la place de la tourelle. Il est déployé à partir de 1968. Il a été développé à partir de 1966 par l’OKB-16 devenu depuis le KB Tochmash Design Bureau of Precision En ...

SA-9 Gaskin  /  9K31 Strela-1

Ce système est la combinaison de missiles antiaériens Strela sur un châssis BRDM-2 à la place de la tourelle. Il est déployé à partir de 1968. Il a été développé à partir de 1966 par l’OKB-16 devenu depuis le KB Tochmash Design Bureau of Precision Engineering basé à Moscou. A l’origine le Strela-1 est développé concomitemment avec le 9K32M Strela-2 et tous les deux doivent être des missiles portables. Ils ne doivent pas dépasser plus de 10à 15kg et doivent pouvoir engager des cibles aérienens volant entre 200 à 250 m/sec à une altitude comprise entre 50/100m et 1000/1500m et à une distance inférieure à 2000m

Lorsqu’il devient évident que le Strela-2 est de loin le plus compact des deux systèmes, les objectifs de développement du Strela1 évoluent et à la place d’un missile portable distribué à l’échelon du bataillon, il s’oriente vers un engin distribué au niveau régimentaire pour renforcer les ZSU-23/4.

SA-9 Gaskin  /  9K31 Strela-1Cette évolution entraîne une plus grande liberté en termes de limite de poids et une plus grande gamme de solution pour atteindre des performances cinétiques acceptables. Les exigences en termes d eportée sotn supérieures, 5000m ainsi que pour l’altitude, 3500m. Un peu plus tard il est décidé d’installer le lanceur sur un engin de type BRDM-2.

Le missile emporte aussi une tête militaire deux fois plus lourde, une fusée d eproximité et des surfaces de contrôle plus efficace pour offrir une meilleure manoeuvrabilité de l’engin. Au final le diamètre du missile est bien supérieur à celui du Strela-2 avec près de quatre fois son poids pour une portée légèremen supérieure mais cependant de biens meilleures performances.

Le premier engagement connu du système a lieu en mai 1981, lorsqu’une batterie de SA-9 libyen a engagé des appareils israéliens à basse altitude. Aucun appareil n’a été touché et la batterie a été détruite par un raid en retour. Plus tard les israéliens ont capturé une batterie de SA-9 au Liban pour laquelle la couverture radar de recherche était assurée par un radar B-76 Gun Dish, opérant en bande-J et monté sur un châssis de camion Gaz-157. Un grand nombre de systèmes SA-9 a aussi été détruit par les israéliens lors de la réduction de la bande de missiles syriens dans la vallée de la Bekaa pendant leur invasion du Liban en 1982. En décembre 1983, ils ont été engagés contre les appareils américains lors d’un raid sur la Beka’a. Plusieurs exemplaires otn aussi été capturés en Angola par les forces sud-africaines.

L’Irak a probablement utilisé ce système contre l’Iran entre 1980 et 1983.

L’engin est remplacé en unité par le SA-13 Gopher à l’échelle d’un pour un.

Pays utilisateurs :

Algérie, quarante six engins en service

Afrique du Sud, des engins auraient été en service

Allemagne de l’Est, des engins auraient été en service

Angola, des engins sont en service

Arménie, des engins sont en service

Bénin, quatre engins en serviceSA-9 Gaskin  /  9K31 Strela-1

Bosnie, trente quatre engins en service

Bulgarie, cinquante engins en service, en cours de retrait

Croatie, des engins sont en service

Cuba, soixante engins en service

Egypte, vingt engins en service

Ethiopie, des engins sont en service

Guinée, des engins auraient été en service

Guinée Bissau, des engins auraient été en service

Hongrie, vingt huit engins en service

Inde, quatre cents engins en service

Irak, des engins ont été en service et retirés depuis

Israël, des engins auraient été en service

Libye, soixante engins en service

Madagascar, des engins auraient été en service

Mali, des engins auraient été en service

Mauritanie, quatre engins en service

Mongolie, des engins sont en service

Mozambique, des engins sont en service

Nicaragua, des engins sont en service

Ouganda, des engins sont en service

Ouzbekistan, des engins sont en service

Pologne, seize engins ont été en service et retirés dans les années quatre vingt dix

Roumanie, quarante huit engins produits sous licence sous la désignation CA-95

Russie, des engins ont été en service et retirés depuis

République Démocratique Arabe Sahraoui,

Serbie, trente engins en service plus deux cent vingt en réserve, engins ex-yougoslaves

Slovénie, des engins ont été en service et retirés depuis

Syrie, des engins sont en service

Ukraine, des engins sont en service

Tchécoslovaquie, des engins ont été en service et retirés depuis

Vietnam, des engins sont en service

Yémen, des engins sont en service

 

Description

Chaque lanceur emporte quatre missiles prêts au tir avec probablement aucun, voire deux missiles de rechange

On pense que le SA-9 est utilisé pour des tirs de salves contre des cibles, en règle générale deux missiles par cible avec les têtes de recherche infrarouge des missiles calibrées pour opérer selon divers degré d’intensité pour contrer les contre-mesures par fusée éclairante. Le temps de tir entre chaque missile est de cinq secondes.

Le rechargement prend 5 minutes et les lanceurs sont baissés pendant le transport pour diminuer la hauteur totale du véhicule

Il en existe deux versions, le SA-9A Gaskin Mod 0  avec le missile 9M31 de première génération et le SA-9B Gaskin Mod-1 avec le missile 9M31M.

SA-9 Gaskin  /  9K31 Strela-1Le 9P31 est le véhicule lanceur pour le missile surface air 9M31 appartenant au système antiaérien 9K31 Strela-1 connu sous le nom de SA-9 Gaskin par l’OTAN. Le système de lancement remplace la tourelle, il est composé d’une barre de lancement avec quatre conteneurs de missiles qui peut tourner sur 360° avec une élévation limitée. L’engin lanceur se caractérise par l’absence de roues ventrales et c’est la seule modification apportée au châssis du BRDM-2. Le chauffeur et le chef de char disposent de périscopes pour voir à l’extérieur lorsque les trappes sont fermées et ils disposent tous les deux d’un système de vision infrarouge. L’engin est protégé contre la manace NBC par surpression, il pèse 7.000kg en ordre de combat avec un moteur de 140cv et un système de commande centralisé de la pression dans les pneumatiques

L’équipage est composé de trois hommes, chef de char, chauffeur et tireur.

Selon les américains le missile 9M31 a une zone létale comprise entre 900m et 4200m même si d’autres sources avancent une zone comprise entre 800m et 6500m. Cette zone est la portée maximale contre une cible en approche et la portée minimale contre une cible en échapatoire. Le missile est efficace contre des cibles volant à 310 m/sec en approche et 220 m/sec en départ.

La tête militaire est tout d’abord développée pour toucher la cible directement avec une fusée de contact et une fusée magnétique mais elle reçoit plus tard une fusée de proximité pour mettre à feu la tête militaire en cas de tir à proximité. Le missile est aussi équipé d’un mécanisme de sécurité particulier. Plutôt qu’un système d’autodestruction, le mécanisme de sécurité du missile, si la fusée optique ne détecte aucune cible entre treize et seize secondes est engagé afin qu’il n’explose plus à l’impact.

La propulsion est assurée par un moteur roquette à propulsif solide qui est enclenché quelques mètres après le départ du tube de lancement, une fois que la charge d’éjection a poussé le missile hors de son conteneur et il déroule un câble par l’arrière. Le moteur roquette se met à feu lorsque ce câble arrive à son maximum et se casse à quelques mètres du départ.

La tête chercheuse est réglée pour détecter des ondes très courtes, de moins de deux micromètres, que seules peuvent émettre de très fortes sources de chaleur. Cela n’autorise l’engagement d’un avion à réaction que par l’arrière alors que les avions avec moteur à piston ou les hélicoptères peuvent être engagés de toutes les directions. Cependant cette tête chercheuse est équipée d’un système de détection optique par photocontraste qui réduit l’obligation d’attaquer systèmatiquement un appareil à réaction par l’arrière qui est un des principaux défauts de ce type de tête. Pourtant ce système est très sensible aux conditions météorologiques avec un temps très clair. Ce système fait du Strela-1 le seul engin antiaérien de l’arsenal des régiments de chars ou de fusiliers motorisés soviétiques capable d’attaquer un appareil par l’avant.

Le missile 9M31M est entré en service en 1970, avec une tête militaire légèrement plus lourde, un système de guidage plus précis et une portée supérieure.

Une section de tir Strela-1 comprend en plus du véhicule de commandement un lanceur avec un système de détection radar passif 9S16 Flat Box et trois autres lanceurs sans radar. Le système 2S16 Flat Box consiste en trois senseurs montés autour du BRDM, un près du lanceur, un sur le centre du capot moteur, et un entre les pare-brises, pour lui donner une couverture sur 360°. Il n’émet aucune énergie radar mais peut détecter des ondes radios émises par un avion qui annonce l’approche au lanceur et aide à l’acquisition de cible avec le système optique. Les engins sans radar ont des supports pour missiles de rechange sur les parois supérieures de la caisse.

SA-9 Gaskin  /  9K31 Strela-1

Désignation soviétique : missile 9M31, système 9K31 Strela-1
      SA-9A    missile 9M31, système 9K31 Strela-1
      SA-9B    missile 9M31M, système 9K31M Strela-1M
 
Dimensions du missile
Poids : 30 kg, longueur : 1.8m, diamètre : 0.12m, envergure : 0.375m
Vitesse : Mach 1.8
Performances du missile
Portée minimale : 800m, portée maximale : 6500m avec une altitude comprise entre 15 et 5200m pour le 9M31
Portée minimale : 560m, portée maximale : 11000m avec une altitude comprise entre 10 et 6100m pour le 9M31M
Tête militaire : 2.6kg HE
 
Engins associés
Un TEL par batterie est équipée du radar Flat Box de détection. Les engins avec le radar sont désignés SA-9 Mod-A, BRDM-2A1, ceux sans le radar SA-9 Mod-B, BRDM-2A2
 
Dimensions du véhicule
Configuration : 4 x 4
Poids en ordre de combat : 7000kg
Longueur : 5.8m, largeur : 2.4m, hauteur : 2.3m en position de route
Garde au sol : 430mm
 
Motorisation : un moteur Gaz-41 V-8 de 140cv à 3400 tours/mn
Puissance spécifique : 20 cv/t, capacité du réservoir : 290 litres
 
Performances du véhicule :
Vitesse maxi sur route : 100 km/h, vitesse sur eau : 10 km/h, autonomie sur route : 750km, passage à gué : amphibie, pente : 60%, obstacle vertical : 0.4m, tranchée : 1.2m
 
Armement
Quatre missiles 9M31 ou 9M31M en batterie plus deux en réserve
 
Blindage : 5 à 14mm
 
Equipe de pièce : trois hommes
 
Système
Strela-1
Strela-1M
Portée
1000m à 4200m
500m à 4200m
Altitude
50m à 3000m
30m à 3500m
Probabilité de coup au but
10% à 60%
10% à 70%
Vitesse maximale d’une cible en approche
310 m/sec
310 m/sec
Vitesse maximale d’un cible en fuite
220 m/sec
220 m/sec
Temps de réaction
8.5 sec
8.5 sec
Vitesse de vol
420 m/sec
420 m/sec
Poids
30 kg
30.5 kg
Poids de la tête militaire
3 kg
3 kg
Mise en service

1968

1970