Russie
SA-3 Goa-a / S-125 Neva, Pechora
Page Précédente

Les premiers systèmes de missiles antiaériens, tels les S-25, S-75, Nike Ajax et Nike Hercules , développés en URSS et aux USA assurent la mission initiale qui leur a été confiée, détruire des cibles à grande vitesse et à haute altitude, inaccessible ...

SA-3 Goa-a / S-125 Neva, Pechora

Les premiers systèmes de missiles antiaériens, tels les S-25, S-75, Nike Ajax et Nike Hercules , développés en URSS et aux USA assurent la mission initiale qui leur a été confiée, détruire des cibles à grande vitesse et à haute altitude, inaccessibles pour de l'artillerie antiaérienne et très difficiles à atteindre par des appareils de chasse. En même temps, le besoin se fait sentir d'offrir aux troupes au sol la même qualité de protection quelle que soit l'altitude et la vitesse de l'assaillant.

Si le plafond minimal des S-25 et S-75 est de 1 à 3km, qui correspond aux besoins techniques et tactiques du début des années cinquante, les assaillants ne tardent pas à attaquer à beaucoup plus basse altitude.

Les travaux sur ce type de missile débutent en URSS à partir de 1955 dans le bureau KB-1 sous laSA-3 Goa S-125 Neva direction d'A.A. Raspletin avec une capacité accrue pour engager des cibles à basse altitude.

Ce nouveau missile est conçu pour intercepter des cibles évoluant jusqu'à 1500 km/h à une altitude comprise entre 100m et 5000m et à une distance jusqu'à 12km. Lors de son développement il a été pris en compte le besoin de mobilité de tout son équipement

Tous les éléments du système ont été développés pour être emporté sur une base automobile ou sur remorque avec la possibilité de les transporter aussi bien par rail, par air ou par mer. Lors de son développement l'expérience acquise avec les autres systèmes précédents. la détermination de la position de la cible et du missile utilise une méthode différente avec des balayages linéaires de l'espace aérien qui sera adopté ensuite sur les systèmes S-25 et S-75. Le problème de réflexion du signal est atténué par l'inclinaison de l'antenne qui s'effectue graduellement pendant la phase de balayage. Ce dispositif permet de réduire l'illumination de l'écran de l'opérateur chargé de la poursuite de cible par la réflexion d'objets étrangers et d'utiliser un scanner interne qui scanne alternativement l'espace des antennes en deux plans.

Les commandes sont reçues grâce à une antenne spéciale avec un grand champs de radiation. D'un autre côté la station de guidage a besoin d'une gamme étroite de radiation.

A cause de la courte portée du missile et donc de la faible durée de vol de la cible, le système de lancement automatique APP-125 est développé pour déterminer les limites de la zone de destruction du missile et pour déterminer les coordonnées du point de rencontre entre cible et missile.

Pour accélérer le développement et réduire les coûts, l'expérience acquise lors du développement du S-75 est fortement mise à profit. Le missile antiaérien V-600, qui est à l'origine développé pour le système de défense naval M-1 Volga est développé par l'Institut de Recherche Scientifique 10 devenu depuis le MNIIR Altair.

SA-3 Goa S-125 NevaComme les tests avec le V-625 développé à l'origine pour le S-125 se révèlent infructueux, il est décidé d'utiliser le missile V-600/ 4K90 pour le système terrestre S-125. Pour cela une nouvelle unité de visée et de contrôle radio désignée SD-20 est développée pour être compatible avec le système terrestre et après des essais réussis, le missile est introduit avec le système S-125 sous la désignation V-600P / 5B24.

Le missile V-600P est le premier missile Soviétique développé avec un schéma aérodynamique qui le dote d'une très grande manœuvrabilité à basse altitude. Pour atteindre la cible, le missile est équipé d'une tête militaire à fragmentation avec un détonateur radio d'un poids total de 60kg. Lorsqu'elle détonne, par impulsion radio ou par commande depuis la station de guidage, de 3560 à 3570 fragments qui pèsent jusqu'à 5.5g sont formés avec un rayon létal jusqu'à 12.5m. Vingt-six secondes après le tir le missile s'autodétruit s'il a manqué sa cible. Les commandes de guidage s'effectuent par radiocommande depuis le SNR-125.

Dans l'avant du missile se trouve le détonateur radio 5E15 Proliv, deux équipements directionnels, une tête militaire en forme de cône tronqué avec un mécanisme de sécurité. Le missile peut engager des appareils de combat, des hélicoptères ou des missiles de croisière évoluant à une vitesse entre 410 et 560 m/sec à une altitude comprise entre 200m et 10.000m et une distance entre 6 et 10km

La probabilité d'atteindre une cible avec un seul missile est de 80 à 90% en situation standard et de 49 à 88% en cas d'interférences passives.

Le premier régiment équipé de S-125 est déployé en 1961. Le système est composé d'une station de guidage SRN-125, d'un lanceur, d'un engin de recomplètement TZM et d'une cabine d'interface

Le SNR-125 est destiné à détecter les cibles à basse altitude à une portée jusqu'à 110km, identifier sa nationalité, poursuivre la cible et diriger jusqu'à deux missiles sur elle. Il peut également enregistrer les résultats du tir.

Pour réduire la réverbération terrestre, le missile est équipé d'antennes en configuration spéciale sous 45° par rapport à l'horizon. Elles forment une gamme de radiation sous deux plans perpendiculaires mutuels pour recevoir des échos de la cible et des signaux du transpondeur du missile.

Selon la présence d'interférences, le SNR-125 peut utiliser le radar ou un canal TV Optique avec une portée de 25km pour poursuivre les cibles. En utilisant le radar, la cible est suivie en mode automatique, semi-automatique ou manuel. Dans le second cas elle est suivie par l'opérateur en mode manuel uniquement.

En mode autonome la recherche de cibles est circulaire à raison de 360° en 20 secondes, sur un petit secteur entre 5 et 7° ou sur un grand secteur de 20° d'azimut.

Pour les déplacements l'antenne est transportée sur une remorque 2-PN-6M.

Un lanceur à deux poutres 5P71 / SM-78A-1 est entraîné électriquement en azimut et en élévation. UneSA-3 Goa S-125 Neva orientation préliminaire  et un tir oblique est réalisé. Après déploiement sur le site qui peut avoir une inclinaison jusqu'à 2°, le lanceur est mis à niveau par des béquilles vissées.

Le transporteur transbordeur du système S-125 est un PR-14A, plus tard décliné en PR-14AM et PR-14B et emporte deux missiles 5V24 sur un châssis dérivé du Zil-157. Le chargement des missiles du PR-14 sur le lanceur ne dépasse pas deux minutes.

La cabine d'interface et de communication 5F20, plus tard déclinée en 5F24 et 5F26 assure le fonctionnement du SNR-125 en mode automatique

Pour la détection avancée de cibles à basse altitude, un radar P-12 peut être joint au système ou un P-15. Ce dernier, pour augmenter sa portée de détection à basse altitude peut être équipé d'une antenne-mât Unzha.

Des équipements de relai radio peuvent également être ajoutés comme des 5Y61, 5Y62 et 5Y63 Cycloid.

Tous les équipements du système sont installés sur des remorques ou des camions ce qui permet un emplacement du système sur une surface de 200m par 200. Dans le cadre d'une position préparée, tous les moyens du SNR-125 sont installés dans des bunkers bétonnés avec une couche de terre supplémentaire. Les antennes sont installées dans un emplacement semi-circulaire et les missiles dans des bâtiments protégés

Variantes

S-125 Neva-M, première modernisation du système, dont le développement est décidé en 1961 alors que le Neva n'est pas encore entré en service. L'engin entre en service en septembre 1970 et les travaux de modifications résultent dans l'adoption d'un missile V-601P/ 5V27, amélioration du SNR-125 pour opérer avec ce missile ainsi que le développement d'un lanceur quadruple 5P73 pour tirer aussi bien des missiles V-600P ou V-601P. Un transporteur transbordeur PR-14M ou PR-14MA est également développé sur un châssis de ZIL-131 ou d'Ural-375.

S-125M1A Neva-M1, version améliorée à partir du S-125M dont le développement est réalisé au début des années soixante-dix et qui est mis en service avec un missile 5V27D en mai 1978. Dans le même moment une modification de la tête militaire a été introduite pour engager des cibles en groupe.

      La protection contre les contre-mesures électroniques est renforcée et il est possible de poursuivre et tirer sur une cible sous conditions de visibilité grâce ç un viseur optique par télévision 9Sh33A Karat-2. En revanche le système n'est pas viable en cas de mauvaises conditions météorologiques. Dans la seconde moitié des années soixante-dix, le S-125M1 est introduit avec la capacité d'engager des cibles à très basse altitude et également des cibles terrestres avec contraste radio. Cette modification du 5V27D a une vitesse de vol augmentée et peut tirer sur une cible en poursuite. A cause de la longueur supérieure et du poids jusqu'à 980kg pour un missile, le poste de tir 5P73 ne peut contenir que trois engins

 SA-3 Goa S-125 Neva     A partir du début des années quatre-vingt, les radars SNR-125 sont équipés d'un système Dubler pour contrer les missiles antiradars avec un à deux simulateurs commandés à distance

      Pechora, version destinée à l'exportation dont près de 530 exemplaires ont été livrés dans trente cinq pays.

S-125-2M Pechora-2M et S-125-2M(K) Pechora-2K, version modernisée par de nombreuses compagnies et présentée en 2003. Cette version  peut engager des appareils à très basse altitude et de très petites cibles. La portée et l'efficacité est améliorée et les principaux équipements électroniques sont remplacés par des équipements digitaux. Dans le même temps les coûts d'entretien du système sont réduits. Le système tire des missiles 5V27DE avec une portée qui passe de 24km à 32km et une vitesse de cible qui passe de 700 à 1000 m/sec. le nombre de lanceurs passe de quatre à huit et la durée de mise en œuvre d e90 minutes à 20 à 30 minutes.

      Comme il est désormais possible d'éloigner considérablement les divers éléments du système cela permet d'augmenter sa durée de vie.

      Le radar est désormais capable de détecter une cible de 2m² évoluant à une altitude de 7000m à 80km et à une altitude de 350m à 40km. Le viseur optique à télévision est équipé d'une caméra thermique qui permet de détecter une cible à 60km de jour et 30km de jour comme de nuit.

      Le lanceur double est placé sur un châssis de MZKT-6525 avec cabine avancée, d'un poids de 31.5 tonnes qui peut se déplacer à 80 km/h. L'équipage de trois hommes peut mettre le système en position de tir en 30 minutes . Un système d'identification ami-ennemi peut être installé à la demande de l'utilisateur.

      Pour protéger le système des missiles antiradars de type AGM-88 HARM qui se dirige sur les radiations émises, un système de protection radio CRTZ-125-2M a été spécialement développé. Il consiste en quatre à six transmetteurs OI-125, un système de contrôle et communication OI-125BS et une alimentation autonome sur un camion Ural-4320 qui éloigne le missile de a cible principale.

Le SA-N-1 Goa ou M-1 Volga-M est la version marine apparue en 1961. Le SA-N-1 est asservi à un système radar différent du SA-3, il s’agit du système Peel Group avec le Head Net comme radar de surveillance. Ce missile est utilisé en lanceur double et a des capacités anti- navires. Il sert sur les bâtiments de type Kanin, Kashin, Kotlin, Kresta et Kynda.

      SA-N-1B Goa ou M-1 Volga-M est une version améliorée de la précédente avec le radar modifié pour un guidage semi actif et une capacité d’emport d’une charge nucléaire

Engins associés 

P-15 / Flat Face, radar d’acquisition de cible

P-15M / Squat Eye, radar qui remplace et améliore le précédent

Low Blow, radar de guidage et de repérage de cible, capable d’engager six cibles à la fois.

PRV-11/ Side Net, altimètre

Le premier lanceur est double sur un Zil-157, le modèle suivant est quadruple.

Véhicule de réapprovisionnement Zil-131, temps de rechargement, une minute.

 

Mise en service : 1961

Pays utilisateurs : Afghanistan, Algérie, Angola, Bulgarie, Cuba, Tchécoslovaquie, RDA, Egypte, Ethiopie, Finlande, Hongrie, Inde, Irak, Libye, Mali, Mozambique, Corée du Nord, Pérou, Pologne, Roumanie, Somalie, Yémen du Sud, Syrie, Tanzanie, URSS, Vietnam, Yougoslavie, Zambie

SA-3 Goa S-125 Neva

Désignation soviétique : missile 5V24 (V-600), 5V27 (V-601), système S-125 Neva (Pechora pour l’export)
                SA-3A    missile 5V24 (V-600, V-600P), système S-125 Neva
                SA-3B    missile 5V27, 5V27V (V-601, V-601P), système S-125M Neva-M
missile 5V27G
missile 5V27GP
missile 5V27GPS
missile 5V27GPU
missile 5V27D (V-601PD), système S-125M1 Neva-M1
missile 5V27 (amélioré),système S-125 Pechora-2 et S-125 Pechora-M
missile RM-5V27 (drone)
 
Performances
Vitesse maximale    Mach 2
Portée      de 2400 à 22.000m
Altitude   de 45m à 15.250m
 
Propulsion :           un moteur roquette à carburant solide, durée de vol 2.6 secondes, un moteur roquette à carburant solide OKB Isayev, durée de vol 18.7 secondes
 
Charge militaire    60 kg avec fusée de proximité et charge à fragmentation ou tête nucléaire de 10 kT
 
Dimensions
Longueur : 6.70m
Diamètre du missile : 0.46m et du moteur 0.701m
Envergure du missile : 1.22m et du moteur 1.50m
Poids :     946kg pour le SA-N-1A et 940kg pour le SA-N-1B
 
Low Blow
Fréquence               Bande I pour le contrôle du tir et le traçage, bande D pour le guidage
Portée pour le contrôle du tir et le traçage :            40km
Portée pour le guidage            29km
Portée d’acquisition                110 km
Portée de traçage     85km
Portée de la caméra TV          25km sur les Low Blow amélioré seulement
Puissance                250kW
 
P-15 / Flat Face
Fréquence               Bande C (UHF)
Puissance                380 kW
Portée maximale     250km, 70km à une altitude de 300m
 
P-15M / Squat Eye
Fréquence               Bande C (UHF)
Puissance :              380kW
Portée maximale :   128km
 
PRV-11 / Side Net
Fréquence               Bande E
Portée maximale     180km
Altitude maximale   32.000m