Russie
S-300
Page Précédente

Le système antiaérien S-300 est développé à partir de 1967 par Almaz-Antey, avec NPO Almaz comme concepteur principal, NIIP pour les radars, MKB Fakel pour les missiles et MNIIRE Altair pour la version navale. Il est construit par MZiK entre 1978 et ...

S-300

Le système antiaérien S-300 est développé à partir de 1967 par Almaz-Antey, avec NPO Almaz comme concepteur principal, NIIP pour les radars, MKB Fakel pour les missiles et MNIIRE Altair pour la version navale. Il est construit par MZiK entre 1978 et 2011. Le système est une famille complète de missiles antiaériens pour défendre principalement contre les avions et les missiles de croisière.

Le S-300 est d'abord déployé en 1979 en Union Soviétique pour fournir une défense aérienne aux grandes zones industrielles et administratives, des bases militaires et contrôler l'espace aérien contre les raids aériens ennemis.

Le système est réputé comme étant un des plus capables de sa catégorie avec un radar capable de S-300poursuivre simultanément plus de cent cibles à la fois et d'en engager jusqu'à douze, vingt quatre et trente six cibles. Le système peut être mis en marche en cinq minutes. Le missile est contenu dans des conteneurs scellés qui ne requièrent aucun entretien pendant leur durée de vie. Une version améliorée du S-300, désigné S-400 / SA-21 Growler est entré en service limité en 2004.

Au fil des années vingt, plusieurs versions voient le jour avec des améliorations au niveau des missiles, des radars, une plus grande résistance aux contre-mesures, une plus longue portée, et de meilleures capacité contre les missiles balistiques à courte portée ou les cibles évoluant à basses altitudes

La famille est déclinée en trois branches.

Le S-300V est dérivé en S-300V1 et S-300V2, modernisé en S-300VM, dérivé en S-300VM1 et S-300VM2, décliné pour l'exportation en Antey-2500 et amélioré en S-300VMD.

Le S-300P est décliné d'une part en S-300PT qui va être amélioré en S-300PT-1 puis S-300PT-1A. D'autres parts il est décliné en S-300PS qui va être décliné en S-300PM, lui-même amélioré en S-300PM1 puis S-300PM2 et S-400, en Favorit-S, décliné pour l'exportation en Favorit et sa version d'exportation S-300PMU, amélioré en S-300PMU1 et S-300PMU2.

Le S-300F est décliné en Fort et Fort-M puis dans sa version d'exportation Rif et Rif-M.

Pays utilisateurs

Algérie, huit lanceurs S-300PMU-2 ont été commandés en 2006

Allemagne de l'Est, la RDA a utilisé ce type de missile jusqu'en 1990

Arabie Saoudite, des pourparlers sont en cours pour l'acquisition de systèmes S-400

Arménie, des missiles S-300V sont déployés par les forces russes dans la 102e Base Militaire

Biélorussie, des systèmes S-300P ont été livrés en 2007 pour remplacer les premiers modèles S-300. De vieux systèmes S-300V ont été vendus par la Biélorussie à la Turquie pour être testés et utilisés lors d'exercices militaires

Bulgarie, le pays dispose de dix systèmes S-300 répartis en deux unités de cinq lanceurs chacune

Chine, la Chine a acheté des S-300PMU-1 et a acquis une licence de fabrication sous la désignation Hongqi-10 HQ-10. La Chine est aussi le premier utilisateur du S-300PMU-2 et utilise des S-300V sous la désignation Hongqi HQ-18. La Chine construit aussi une version améliorée du HQ-10 sous la désignation HQ-15 avec une portée maximale comprise entre 150km et 200km. Certains rapports annoncent que cette version est en réalité un S-300PMU-2 construit sous licence. En 2008, le nombre total de batteries de S-300PMU-1/2 et HQ-15/18 en service est d'approximativement quarante et soixante respectivement. le nombre total de missiles produits est de mille six cent avec trois cents plateformes de lancement. Deux systèmes Rif/SA-N-6 ont été livrés en 2002 pour équiper des destroyers Type 051C

Chypre, le pays a signé une commande pour l'achat de missiles S300PMU-1 en 1996. De fortes tensions diplomatiques avec la Turquie entre 1997 et 1998 ont conduits au transfert des missiles sur l'île grecque de Crète. Plus tard, Chypre a acheté des systèmes Tor-M1 et Buk-M1 et finalement les S-300 ont été définitivement transférés à la Grèce en compensation de livraisons supplémentaires de systèmes Tor-M1 et Buk-M1.

Croatie, le pays ne dispose plus de S-300. Ces missiles ont été achetés en Ukraine et en Biélorussie en 1995 et n'ont jamais réellement été mis en service. Ils n'ont servi que de support psychologique et après plusieurs controverses ont été vendus en 2004.

Hongrie, des systèmes auraient été déployés

Inde, six batteries S-300PMU-2 ont été achetées en août 1995 avec quarante huit missiles par système. Ils semblent devoir être utilisé dans un rôle anti-missile balistique contre les M-11 pakistanais.

S-300Indonésie, les forces aériennes indonésiennes se sont montrées intéressées par le système S-300PMU-2

Iran, en 1993, un certain nombre de S-300PMU-1 semble avoir été acheté avec peut être trois cents missiles à la Biélorussie. En 2007, l'Iran a signé un contrat pour la livraison de S-300PMU-2 avec la Russie et ces engins ont été livrés à partir de 2009 selon des sources israéliennes. La Croatie a parait-il livré ses S-300 à l'Iran et d'autres sources disent que la Lybie a elle aussi livré les siens. Depuis, le statut et la présence même de S-300 en Iran reste sujet à controverse.

Kazakhstan, le pays dispose de ce type de missile

Libye, quatre système S-300PMU-2 semblent être en commande

Russie, toutes les variantes ont été en service et trente régiments en sont équipés. Le système est en cours de remplacement par le S-400 avec plus de vingt bataillons en service en 2015

Slovaquie, des missiles ont été reçus suite à la partition et la tentative d'équiper une autre bataillon avec cet armement a échoué au milieu des années quatre vingt dix

Syrie, le pays a annoncé en 1991 son intention d'acquérir des S-300

Tchécoslovaquie, un bataillon a été en service en 1990 et transféré à la Slovaquie en 1993

Ukraine, le pays utilise des S-300PS, S-300PMU et S-300V

USA, un système S-300V a été acheté pour améliorer le système Patriot

Venezuela, des S-300VM Antey-2500 ont été commandés pour équiper douze régiments avec livraisons entre 2010 et 2011.

Vietnam, deux batteries de S-300PMU-1 avec douze lanceurs ont été achetées dans les années quatre-vingt dix

S-300

Variantes

S-300P, version désignée par l'OTAN comme SA-10 Grumble, est la version originale qui devient opérationnelle en 1978. Les origines du système remontent au milieu des années soixantes lorsque vient la volonté de remplacer les S-75 et S-200 devenus obsolètes face aux appareils volants très bas de type Wild Weasel, les cibles à faible réflexion et les appareils protégés par un brouillage électronique. Le dessein original est de fournir un engin commun pour la défense aérienne Voyska-PVO, la marine Voenno-Morskiy et les troupes de défense aérienne de l'armée de terre PVO-SV. Mais les besoins divergents des trois utilisateurs font que les pièces en commun sont finalement inférieures à 50% et finalement les S-300P et les S-300V finissent par devenir des produits différents. En 1987, près de quatre vingt sites sont actifs principalement dans la région de Moscou. Le suffixe P vaut pour PVO-Strany. Le système de lancement est installé sur un semi-remorque 5P85 qui devient après amélioration le 5P85-1 et des engins lui sont associés, comme un radar de surveillance 36D6 Tin Shield, un système de contrôle du tir 30N6 Flap Lid et un radar de détection à basse altitude 76N6 Clam Shell lui est parfois associé.

      Le système adopte un nouveau modèle de radar à balayage de fréquences et un système de contrôle du tir à capacité d'engagement multiple. En revanche il faut près d'une heure au système pour être mis en action depuis son porteur semi-remorque.

S-300PT Volkhov-M6, SA-10A Grumble-A, version adoptée en 1978 et installée sur semi-remorque tractée par Ural-375. Le système tire initialement verticalement des missiles 5V55 construits par Fakel puis il adopte d'autres variantes de ce missile comme le 5V55K d'une portée de 47km, le 5V55KD et la nouvelle roquette guidée 5V55R d'une portée de 75km. Au milieu des années quatre-vingt, ces systèmes sont modernisés au standard S-300PT-1. Ce système comprend le radar d'acquisition de cible 5N63 Flap Lid-A, le radar de recherche 5N64S Big Bird-A et le radar de détection aérienne 5N66 Clam Shell. Le lanceur sur semi-remorque est désigné 5P85 ou 5P85-1A, les conteneurs de lancement 5P86, la grue de chargement 5T99 ou 5T99M, le générateur électrique est un 5I57 avec transformateur 82H6 ou 83H6. L'engin utilise des missiles 5V55, 5V55K, 5V55KD ou 5V55R. Le poste de commandement automatisé est un 5N83 ou 5N83S associé à une cabine 53L6 sur remorque 5T58-2 qui forme le 5N37 Baikal.

      La zone couverte par l'engin a une portée maximale de 47km avec 5V55K et 75km avec 5V55R et une portée minimale de 5km quelque soit le missile, une altitude minimale de 25m. le missile a une vitesse maximale de 2000 m/sec et sa cible peut atteindre 1300 m/sec, le système peut poursuivre douze cibles simultanément et peut guider douze missiles sur six cibles distinctes avec un temps de tir entre chaque missile de 5 secondes.

S-300PT-1 et S-300PT-1A, version améliorée du S-300P, désignée SA-10b et SA-10c avec introduction d'un nouveau missile 5V55KD et une méthode de lancement à froid. La durée de mise en œuvre est désormais de 30 minutes et la portée du missile est de 75km

S-300PS et S-300PM version qui sont désignées par l'OTAN comme SA-10d et SA-10e, elles sont introduites en 1985 et sont les seules à emporter une tête militaire nucléaire. Avec cette version les engins porteurs deviennent des camions 8x8 MAZ-7910 ou MAZ-537M, châssis qui est repris pour le porte-radar et le poste de commandement mobile. Cette version introduit aussi le missile 5V55R qui offre une portée de 90km avec une tête chercheuse par radar semi-actif. La version peut aussi tirer des missiles 5V55KD.

      Le radar de surveillance pour ce système est le 30N6 Flap Lid et des versions de lanceur sont mises en service. Le 5P85T est un lanceur tracté, le 5P85S est un lanceur mobile alors que le 5P85D est lui aussi mobile mais doit obligatoirement être utilisé au contact d'un système complet 5P85S. Ce dernier emporte un grand conteneur à l'arrière de la cabine alors que le 5P85D est équipé de coffres ouverts à l'arrière de la cabine pour emporter des câbles et du matériel.

      Pour améliorer ses capacités de détection le système peut incorporer une plate-forme sur mât télescopique de 25m 40V6M qui un radar de détection 56N6 ou 76N6 Clam Shell, le tout étant tracté par un tracteur MAZ-537G.

      Le système utilise un radar tridimensionnel 36D6 pour détecter les cibles et le contrôle du tir et pour améliorer la précision des données un camion topographique 1T12M sur châssis Gaz-66 est affecté.

      Le poste de commandement est un 5N63S avec radar 30N6.

      L'énergie électrique est fournie par des générateurs 5I57 ou 5I57A sur remorques MAZ-5224V, un camion KaMAZ-4310 transporte le fuel AC-5.5, le support technique MTO-4S est installé sur un châssis Zil-131, des réservoirs d'eau potable sont emportés sur châssis Zil-130/Zil-131 ou Gaz-66 et un camion transbordeur 5T99 avec grue KS-4561 ou KS-4561-1 sont aussi affectés

      Pour assurer la zone vie de la batterie de tir deux MAZ-543, un MAZ-543G et un MAZ-543A sont associés.

      Le système antiaérien peut être relié  un système de commandement automatisé 83M6E raccordé au système de commandement 5S99M Senez ou 5N37 Baikal ou encore 73N6 Baikal-1

      La zone couverte par l'engin a une portée maximale de 47km avec 5V55K, 75km avec 5V55R et 90km avec 48N6 et une portée minimale de 5km quelque soit le missile, une altitude minimale de 25m et un plafond de 27km. Le missile a une vitesse maximale de 2000 m/sec et sa cible peut atteindre 1300 m/sec, le système peut poursuivre douze cibles simultanément et peut guider douze missiles sur six cibles distinctes avec un temps de tir entre chaque missile de 3 à 5 secondes.

      Le S-300PM fait partie du système de défense antiaérienne S-50 de Moscou

90Z6, il s'agit d'un complexe antiaérien à base de S-300PS qui comprend un poste de commandement 5N63S avec radar 30N6, jusqu'à quatre lanceurs 5P85SD qui consiste en chacun un 5P85S et deux 5P85D et un radar 76N6 avec en option un radar 36D6

5P85SD, élément du complexe 90Z6 qui contrôle un lanceur 5P85S sur châssis 8x8 et deux lanceurs 5P85D sur semi-remorque. Chaque lanceur est équipé de quatre tubes de lancement et transport avec missiles 5V55R, d'un générateur 5S18A sur un engin tout-terrain MAZ-543M. Un engin 5P85S pèse 42.150kg, mesure 13.110m de long, 3.15m de large et 3.80m de haut. En position de tir, la remorque 5P85D est installée parallèlement à la cabine du lanceur principal 5P85S à 2 ou 3m de distance et relié par des câbles de connection. La cabine de commandement 5N63S avec le radar 30N6 peut être installée à 100m du 5P85S

S-300PMU, version désignée SA-10f par l'OTAN, introduite en 1992 pour l'exportation avec missiles 5V55U qui utilisent une méthode de guidage SARH avec une tête militaire plus petite que le 5V55R qui lui permet d'avoir une portée de 150km. Le radar de surveillance est amélioré et devient le 64N6 Big Bird et le radar de guidage et d'illumination devient le 30N6-1

S-300F Fort, version pour la marine, le F vaut pour Flot, désignée SA-N-6 et introduite en 1984 comme version maritime originale du S-300P. Elle utilise le nouveau missile 5V55RM avec une portée comprise entre 7km et 90km et une vitesse de cible de Mach 4 alors que la hauteur d'engagement est de 25m à 25.000m. Cette version navale utilise les radars Top Sail, Top Steer, Top Pair et 3R41 Volna /Top Dome. Ces systèmes sont installées sur les croiseurs de classe Kara, Slava et les croiseurs de bataille de classe Kirov. Ils sont emportés par chargeurs rotatifs de huit sur les Slava ou douze sur les Kirov en dessous des ponts. Ils portent la désignation pour l'exportation de Rif

S-300FM Fort-M, version désignée SA-N-20 par l'OTAN qui emporte le nouveau missile 48N6. Cette version entre en service en 1990 et le missile a une vitesse de Mach 6 avec une vitesse maximale de cibles de Mach 8.5. Il a une tête militaire de 150kg avec une portée d'engagement de 5km à 150km et une hauteur d'engagement comprise entre 10m et  27km. Ce nouveau missile a la capacité d'engager des missiles balistiques à courte portée et utilise plutôt un radar Tomb Stone modifié plutôt que le radar Top Dome. La version d'exportation est désignée Rif-M, elle a été achetée par la Chine pour installation en 2002 sur les destroyers de défense aérienne Type 051C

S-300V, cette version désignée Antey-300 ou 9K81 porte le code OTAN SA-12 Gladiator/Giant et elle est un peu différente des autres versions. Cette version est construite par Antey au lieu d'Almaz et le suffixe V signifie Voyska pour forces terrestres. Il est développé pour offrir aux forces terrestres une protection contre les avions et les missiles en remplacement des SA-4 Ganef. Le missile SA-12A Gladiator a une portée de 75km alors que le SA-12B Giant a une portée de 100km avec un plafond de 32km. Dans les deux cas la tête militaire est de 150kg. Le S-300V est emporté sur un châssis de tracteur MT-T qui lui procure une meilleure mobilité tout-terrain que le S-300P sur châssis 8x8. Le radar d'acquisition est toujours le 9S15 Bill Board A mais le radar de recherche est désormais un 9S32 Grill Pan.

      Le missile 9M83/SA-12B Giant est développé pour l'engagement de missile balistique, il est plus grand que ses prédécesseurs et seuls deux peuvent être embarqués sur un lanceur. Le missile est allié à un radar à balayage de fréquence 9S19 Imbir / High Screen au niveau du bataillon.

      Un bataillon de S-300V est équipé d'unités de désignation et de détection de cible, d'un radar de guidage et jusqu'à six lanceurs. L'unité de détection et désignation est composé d'un poste de commandement 9S457-1, d'un radar de surveillance tous azimut 9S15MV ou 9S15MT Bill Board et d'un radar de surveillance de secteur 9S19M2 High Screen.

      Le S-300V utilise le radar de guidage 9S32-1 Grill et quatre types de lanceurs peuvent utiliser le système, le 9A83-1 qui tire quatre missiles 9M83 Gladiator et le 9A82 qui tire deux missiles 9M82 Giant alors que les 9A84 qui tirent quatre 9M83 Gladiator et le 9A85 qui tire deux missiles 9M82 Giant sont des lanceurs/ravitailleurs.

      Le S-300V peut être utilisé à un plus haut niveau de commandement avec le système de commandement 9S52 Polyana-D4 et intégré avec le système de missile Buk au sein de brigades.

S-300PMU1, système désigné SA-20A Gargoyle dans la nomenclature OTAN qui entre en service en 1999 et tire le nouveau et plus grand missile 48N6 pour la première fois utilisé sur un lanceur terrestre. La tête militaire est légèrement plus petite que la version navale avec 143kg. Cette version voit aussi l'introduction du radar 30N6E Tomb Stone.

      Le système peut utiliser plusieurs types de missiles avec en plus des 5V55R, 48N6E et 48N6E2, le S-300PMU-1 peut utiliser deux autres missiles 9M96E1 et 9M96E2. Ces deux derniers missiles sont plus petits que les missiles précédents avec 330kg et 420kg respectivement avec une tête militaire plus petite de 24kg. Le missile 9M96E1 a une portée d'engagement comprise entre 1 et 40km et le 9M96E2 avec une portée de 1 à 120km. Ils sont toujours emportés par quatre. Le S-300PMU-1 utilise le système de commandement et contrôle 83M6E mais il est aussi compatible avec les plus anciens systèmes Baikal-1E et Senezh-M1E. Le système 83M6E comprend un radar de surveillance et de détection 64N6E Big Bird, le radar de guidage et d'illumination est le 30N6E(1) qui peut être associé avec un radar de détection à basse altitude 76N6 et un radar de détection toutes altitudes 96L6E. Il peut contrôler jusqu'à douze lanceurs à la fois du type automoteur 5P85SE sur camion MAZ-547, que sur semi-remorque 5P85TE sur KrAZ-260. Des engins de soutien sont aussi associés tels un tracteur 40V6M qui sert à l'élévation du mât d'antenne.

      Les missiles sont toujours emportés par quatre sur chaque lanceur et plutôt que de compter seulement sur leurs ailerons pour le guidage en vol, ils sont dotés d'un système à gaz qui augmente la probabilité de destruction malgré une tête militaire plus petite.

      Comme dans les précédents systèmes un engins topographique sur Gaz-66 1T12M2 est associé ainsi qu'une plate-forme de levage hydraulique 40V6M pour grue 30N6E. Le groupe électrogène est un 5I57A associé à des transformateurs 82H6 et 83H6

      Le système antiaérien peut être relié  un système de commandement automatisé 83M6E raccordé au système de commandement 5S99M Senez ou 5N37 Baikal ou encore 73N6 Baikal-1

      La zone couverte par l'engin a une portée maximale de 150km sur avion et 40km sur missile balistique et une portée minimale de 3 à 5km, une altitude minimale de 10m et un plafond de 27km. Le missile a une vitesse maximale de 2100 m/sec et sa cible peut atteindre 1800 m/sec, le système peut poursuivre douze cibles simultanément et peut guider douze missiles sur six cibles distinctes avec un temps de tir entre chaque missile de 3 secondes.

90Z6E, complexe antiaérien sur la base de S-300PMU-1 qui consiste en un radar multifonction 30N6E qui dirige jusqu'à douze 5P85SE sur châssis MAZ-547 ou MAZ-543M ou 5P85TE sur semi-remorque avec tracteur KrAZ-260 avec quatre missiles chacun. Au système est associé un engin topographique 1T12M/1T12M2, un engin de chargement 22T6E et un engin de transport 5T58E

5P85SM, déploiement entre 1983 et 1984 de cette version améliorée du 5P85S. Le système est monté sur un châssis de MAZ-543M avec quatre lanceurs pour missiles 48N6E. La cabine de commandement 30N6E1 dispose d'un système de télécommande, l'énergie est fournie par un générateur 5S18M. Le chauffeur dans sa cabine dispose d'un équipement de vision nocturne, d'un système de communication et d'un élément d'alerte d'utilisation d'armes de destruction massive. A la différence du 5P85SD, tous les lanceurs peuvent être coordonnés avec la cabine de contrôle

S-300PMU-2 Favorit, système désigné SA-20B et introduit en 1997 comme amélioration du S-300PMU-1 avec une portée accrue de 195km grâce à l'introduction du nouveau missile 48N6E2. Ce système peut engager non seulement des missiles balistiques à courte portée mais aussi des missiles balistiques tactiques à moyenne portée. Il utilise le système de commandement et contrôle 83M6E2 qui consiste au poste de commandement 54K6E2 et au radar de surveillance et détection 64N6E2. Le système emploi un radar de guidage d'illumination et de contrôle du tir 30N6E2. Comme le S-300PMU-1 il peut contrôler jusqu'à douze lanceurs en version automoteur 5P85SE2 ou sur semi-remorque 5P85TE2, 5PT85M ou 5P85SM. Le système peut aussi être utilisé en collaboration avec un radar de détection à basse altitude 76N6E ou 5N66M et un radar de détection toutes altitudes 96L6E sur châssis MAZ-7390.

      Au delà des moyens standards une plate-forme de levage 40V6M ou 40V6MD peut aussi être employée. Une grue de chargement 5T99M est associée avec un engin topographique 1T12-2M, un générateur 5I57A associé à deux transformateurs 82H6 et 83H6

      Le système antiaérien peut être relié  un système de commandement automatisé 83M6E raccordé au système de commandement 5S99M-2 Senez-M1E ou 5N37 Baikal ou encore 73N6 Baikal-1

      La zone couverte par l'engin a une portée maximale de 200km sur avion et 40km sur missile balistique, une altitude minimale de 10m et un plafond de 27km. Le missile a une vitesse maximale de 2100 m/sec et sa cible peut atteindre 1800 m/sec, le système peut poursuivre douze cibles simultanément et peut guider douze missiles sur six cibles distinctes avec un temps de tir entre chaque missile de 3 secondes

S-400 Triumf, ce système est d'abord désigné S-300PMU-3 et la désignation OTAN SA-21 Growler lui est affectée. Il emporte seulement deux plus grands missiles par lanceur. L'introduction de ce système rencontre des délais car il n'entre en unité sur une petite échelle qu'à partir de 2006. Selon la variante de missile utilisé, il peut atteindre une portée de 400km et dans sa version la plus aboutie il peut prétendre abattre des appareils furtifs

S-300VM, version améliorée du S-300V aussi désignée Antey-2500, elle est désignée par l'OTAN comme SA-X-23. Cette version dispose d'un nouveau poste de commandement 9S457ME et d'une sélection de nouveaux radars. Les radars de surveillance tous azimut 9S15M2, 9S15MT2E ou 9S15MV2E peuvent être utilisés ainsi que le radar de surveillance de secteur 9S19ME. Le radar de guidage amélioré porte la désignation 9S32ME. Le système peut diriger six lanceurs sous la forme du 9A84ME avec quatre missiles 9M83ME plus six lanceurs-ravitailleurs avec deux missiles 9M83ME.

Description

Les missiles sont guidés par le système de guidage radar 30N6 Flap Lid ou 3R41 Volna/Top Dome. Les dernières versions utilisent le 30N6E Flap Lid-B/Tomb Stone. Les premiers peuvent guider quatre missiles sur quatre cibles différentes et peuvent poursuivre vingt quatre cibles simultanément. Les seconds peuvent guider jusqu'à deux missiles par cible sur six cibles différentes simultanément. Des cibles évoluant à 2.5 Mach peuvent être atteinte par les premiers systèmes et jusqu'à 8.5 Mach pour les derniers modèles. Un missile peut être tiré toute les trois secondes et  le centre de contrôle mobile peut diriger jusqu'à douze lanceurs.

La tête militaire originale pèse 100kg, les têtes intermédiaires 133kg et les dernières têtes livrées 143kg. Toutes sont équipées de fusée de proximité et de fusée de contact. Les missiles pèsent entre 1450kg et 1800kg. Ils sont d'abord éjectés du tube de lancement avant ignition du moteur roquette. Ils sont tirés presque à la verticale puis plongent sur leur cible ce qui ne rend pas nécessaire de pointer préalablement le lanceur.

Le système peut tirer plusieurs types de missiles dont les spécificités se trouvent ci-joint :

S-300

Désignation russe
Année
Portée
Vitesse maximale
Longueur
Diamètre
Poids
Tête militaire
Première utilisation
5V55K/KD
1978
47km
1700 m/sec
7m
450mm
1450kg
100kg
 
5V55R/RM
1984
90km
1700 m/sec
7m
450mm
1450kg
133kg
 
5V55U
1992
150km
2000 m/sec
7m
450mm
1470kg
133kg
 
48N6/E
1992
150km
2000 m/sec
7.5m
500mm
1780kg
150kg
 
48N6E2
1992
195km
2000 m/sec
7.5m
500mm
1800kg
150kg
 
9M82
1984
40km
2500 m/sec
 
 
 
150kg
S-300V
9M83
1984
100km
1800 m/sec
 
 
420kg
150kg
S-300V
9M83ME
1990
200km
 
 
 
 
 
S-300VM
9M96E1
1999
40km
900 m/sec
 
 
330kg
24kg
S-400
9M96E2
1999
120km
1000 m/sec
 
 
420kg
24kg
S-400
40N6
2000
400km
 
 
 
 
 
 

A partir du S-300PM, tous les véhicules et radars associés sont interchangeables.

Le radar 30N6 Flap Lid-A est monté sur une petite remorque sur un pylône standard. Le 64N6 Big Bird est monté sur une remorque plus importante avec un générateur et normalement tracté par un camion 8x8. Le radar 76N6 Clam Shell est monté sur une grande remorque avec un mât qui mesure entre 24 et 39m de haut.

Le S-300P original utilise un radar d'acquisition 76N6 Clam Shell et le radar d'engagement et poursuite 30N6 Flap Lid-A. Le S-300PS/PM est similaire mais utilise le radar d'engagement et poursuite 30N6 avec poste de commandement intégré et les lanceurs sont montés sur camions. En cas d'utilisation dans un rôle anti-missile, le radar 64N6 Big Bird peut être utilisé. Il est capable de détecter un missile balistique évoluant à 10.000 km/h à 1000km de distance et des missiles de croisière à 300km de distance.

Le radar 36D6 Tin Shed peut être employé pour augmenter les capacités de détection du Flap Lid. Il peut détecter un missile à la hauteur de 60m à au moins 20km et à une hauteur de 100m à au moins 30km.

Radars de surveillance utilisés

Désignation russe
Désignation NATO
Spécialité
Portée de détection
Nombre de cibles détectées
Bande de fréquence
Première utilisation
Notes
36D6
Tin Shed
-
180 à 360km
120
E/F
S-300P
Désignation industrielle : ST-68UM, force du signal 350 kW à 1.23MW
76N6
Clam Shell
Détection à basse altitude
120km
300
I
S-300P/PMU
force du signal 1.4 kW
64N6
Big Bird
-
300km
-
C
S-300PMU-1
 
96L6E
Cheese Board
Détection toutes altitudes
300km
300
-
S-300PMU-1
 
9S15
Bill Board
-
250km
200
-
S-300V
 
9S19
High Screen
Poursuite de secteur
-
16
-
S-300V
 
MR-75
Top Steer
Naval
300km
-
D/E
S-300F
 
MR-800 Voskhod
Top Pair
Naval
200km
-
C/D/E/F
S-300F
 

Radars de guidage de missile et de poursuite

Désignation russe
Désignation NATO
Bande de fréquence
Portée de détection
Nombre de cibles détectées
Nombre de cibles engagées
Première utilisation
Notes
30N6
Flap Lid A
I/J
4km
4
 
S-300P
 
30N6E(1)
Flap Lid B
H-J
200km
6
 
S-300PMU
Balayage de fréquence
30N6E2
Flap Lid B
I/J
200km
72
36
S-300PMU-2
 
9S32-1
Grill Pan
Multibande
140-150km
12
6
S-300V
 
3R41 Volna
Top Dome
I/J
100km
 
 
S-300F