Russie
Russo-Balt T40-65 / Lender obr.1915
Page Précédente

Une attention particulière a été portée à la mobilité des pièces d’artillerie antiaérienne. Les allemands sont des précurseurs dans ce domaine et dès 1911, Rheinmetallinstalle un canon antiaérien de 65mm sur un châssis de camion Ehrhardt. Ce ...

Russo-Balt T40-65 / Lender obr.1915

Une attention particulière a été portée à la mobilité des pièces d’artillerie antiaérienne.

Les allemands sont des précurseurs dans ce domaine et dès 1911, Rheinmetallinstalle un canon antiaérien de 65mm sur un châssis de camion Ehrhardt.

Ce modèle attire l’attention des militaires russes qui tentent d’en acheter sans succès.

En 1913, le premier projet de canon anti aérostat de 76.2mm est développé. Une fois adopté par l’état-major, le projet est transféré avec tous ses plans à l’usine Putilov ou les spécialistes de l’usine sous la direction de l’ingénieur F.F. Lender complètent son développement et lance sa construction en série.

A la fin de l’année 1914, plusieurs canons expérimentaux sont construits et des essais sont réalisés dès l’hiver 1915.

Quelques mois avant le début des tests, en août 1914, l’armée avait déjà commandé douze de ces canons à Putilov. Déjà à l’époque, il est envisagé de monter des pièces d’artillerie antiaérienne sur des châssis automoteurs. En décembre 1914, le projet d’une automitrailleuse blindée est développé qui doit être équipée du nouveau canon. C’est le capitaine V.V. Tarnovsky qui est chargé de cette étude après avoir été l’initiateur du développement du canon antiaérien.

Il est décidé d’utiliser un châssis de camion Russo-Balt pour cet engin et plusieurs camions de Type T40/65 sont alors commandés.

Russo-Balt T40-65 / Lender obr.1915Ce camion de 5-tonnes remplit complètement le cahier des charges et parallèlement à ce camion il est décidé d’acheter plusieurs camions de Type M24-40 pour servir d’engins porte-munitions.

Plus tard, l’engin antiaérien sera renommé d’après le nom du camion porteur et deviendra le Russo-Balt Type T.

La construction des camions blindés Russo-Balt Type T débute à la fin de l’année 1914 et va durer jusqu’à la fin de la construction du douzième engin commandé. Les quatre premiers engins sont installés sur des camions blindés réalisés par l’usine Putilov ainsi que quatre camions porte-munitions.

La première batterie antiaérienne est disponible en février 1915 et subit une série de tests concluants.

Ces engins ne peuvent tirer qu’en position stationnaire après que les trois béquilles aient été mises en place ainsi que les ridelles positionnées à l’horizontale.

En mars 1915, les quatre engins construits sont dirigés sur le front sous les ordres du capitaine Tarnowski qui a participé à la création du canon et de la voiture blindée. Ces engins sont engagés sur le front jusqu’en 1917, après quoi leur trace disparaît dans les évènements que connaît alors la Russie

Description

Le nouvel engin blindé est construit selon un schéma traditionnel et le châssis existant est équipé d’une superstructure blindée et d’un support pour pièce antiaérienne.

L’engin reçoit un blindage partiel avec protection du moteur et de la cabine de conduite uniquement. La pièce d’artillerie est prévue de recevoir des plaques de blindage mais aucune autre protection n’est prévue à l’arrière du camion. On présume que les développeurs de l’engin ont estimé qu’il aurait à entrer en œuvre à une distance éloignée du front et d’autres parts, que l’adoption d’un blindage intégral aurait surchargé le châssis et entraîné des conséquences négatives sur la mobilité de l’engin.

Le châssis du camion de Type T a une architecture de type cadre et une configuration 4x2. Sur l’avant, unRusso-Balt T40-65 / Lender obr.1915 moteur essence de 65cv est installé. Le moteur entraîne par une transmission à chaîne l’axe arrière du véhicule. Le train de roulement est construit sur la base de deux ponts avec des suspensions à ressort. Les roues arrière sont élargies pour améliorer la portance et le réservoir de carburant est déplacé lorsque le véhicule est converti en engin blindé. Pour le protéger des tirs, il est déplacé dans la cabine de conduite, sous les sièges.

Comme on l’a vu, seuls le compartiment moteur et la cabine sont protégés, la plate-forme arrière ne dispose que de plaques de protection basculantes. La caisse blindée est composée de plaques de 4 à 6mm d’épaisseur qui sont montées sur un cadre. Selon d’autres sources, les plaques de blindage sont épaisses de seulement 3.5mm.

Le moteur et la transmission sont recouverts de plaques métalliques droites et courbes, avec les parois frontales et latérales verticales. Dans la paroi frontale une trappe est prévue pour le refroidissement du moteur lorsque l’engin est à l’écart des combats. Sur les côtés du compartiment moteur il y a des trappes d’accès aux éléments internes. Le dessus du compartiment moteur est courbé et sur le capot, trois phares sont installés.

La cabine de conduite est derrière le compartiment moteur avec des contours encore caractéristiques. Juste derrière le moteur et la transmission il y a une plaque verticale par-dessus laquelle une plaque oblique part, percée par une trappe de visite.

Russo-Balt T40-65 / Lender obr.1915La trappe du chauffeur peut être protégée par un volet qui se ferme avec une tige de soutien et une fente de vision à l’intérieur du volet. Les côtés de la cabine de conduite sont en deux parties, la partie avant a une hauteur inférieure et elle est inclinée sur sa partie supérieure, la partie arrière est rectangulaire. Sur le côté gauche de la cabine, il y a une porte d’accès à la cabine. Le dessus de la cabine est arrondi et l’arrière est composé d’une plaque verticale avec une trappe à l’intérieur pour communiquer avec l’équipe de pièce.

Pour avoir une vue d’ensemble, le chauffeur dispose d’une grande trappe frontale et de deux petites fenêtres latérales. Si besoin, toutes ces trappes peuvent être fermées par des volets blindés

Le plateau du camion reçoit des modifications, sur l’avant et l’arrière des coffres de rangement sont installés pour y stocker des munitions. Les dessus des coffres sont aménagés de façon à servir de siège à l’équipe de pièce. A la place des traditionnelles ridelles en bois, la caisse reçoit des plaques de blindage latéral de faible hauteur et maintenues sur charnières. En position de combat ces plaques sont baissées à l’horizontale pour offrir un espace supplémentaire à l’équipe de pièce.

Sur le plateau arrière, un affût est monté pour recevoir le berceau du canon antiaérien de 76.2mm développé par Lender avec un système antiroulis. Celui-ci est équipé d’un frein hydraulique et d’une bille sur ressort.

L’installation comporte un système de guidage en site et en élévation. Il est possible de réaliser un tir dans toutes les directions, à l’exception du secteur de la cabine avec une élévation comprise entre -5° et +65°.

L’arme est équipée d’un canon long de 30.5 calibres. L’arme utilise deux types d’obus, une grenade explosive et un projectile à shrapnel. La grenade utilise une fusée N°.3 alors que le projectile à shrapnel utilise des fusées 22P ou 28P. Le projectile à shrapnel, qui pèse 6.5kg, est tiré à la vitesse initiale de 585 à 590 m/sec. La portée maximale de tir est de 8300m et l’altitude maximale de la cible ne doit pas dépasser 5000m.

L’engin embarque soixante-quatre munitions des deux modèles dans des caissons spéciaux de quatre cellules chacun. Ces cassettes sont emportées dans les deux coffres à munition.

Un engin spécial est conçu pour transporter d’avantages de munitions avec le véhicule. Cet engin estRusso-Balt T40-65 / Lender obr.1915 construit sur la base d’un camion Russo-Balt Type M qui reçoit une superstructure blindée similaire à celle du camion porteur du canon. Cet engin de transport emporte vingt-quatre cassettes soit quatre-vingt-seize munitions ainsi qu’une réserve de carburant.

Le châssis du camion porteur n’est pas assez puissant pour supporter la force du recul lors du tir. Aussi il reçoit un jeu de béquilles pour transférer la force du recul directement au sol. L’engin emporte trois béquilles, deux latérales et une à l’arrière. Ces béquilles permettent d’épargner les suspensions du camion. Le niveau des béquilles est réglable au moyen de vérins.

L’équipe de pièce de la pièce antiaérienne est de huit hommes, répartis en deux chauffeurs et six artilleurs. D’autres parts deux autres chauffeurs prennent place dans le camion porte-munitions.

Russo-Balt T40-65 / Lender obr.1915