Russie
PUAZO-6
Page Précédente

Il s’agit d’une unité de contrôle destinée à guider le tir des batteries d’artillerie antiaérienne. PUAZO s’écrit en russe Прибо рупр авленияартиллерийским зенитнымогнем ПУАЗО pour Pribor uprabljenia ...

PUAZO-6

Il s’agit d’une unité de contrôle destinée à guider le tir des batteries d’artillerie antiaérienne.

PUAZO s’écrit en russe Прибо рупр авленияартиллерийским зенитнымогнем ПУАЗО pour Pribor uprabljenia artilleriskim senitnuim ognem.

Dès la fin de la Première Guerre Mondiale il devient clair que la rapidité et la hauteur d’évolution des avions va demander des équipements de calculs toujours plus complexe, le problème étant de faire coordonner la vitesse et la direction de la cible avec la durée de vol du projectile.

L’utilisation d’un équipement de visée standard permet simplement d’estimer le point de rencontre et pas de le déterminer.

A l’aide d’un télémètre optique les coordonnées de la cible sont calculées et sont adaptées aux caractéristiques balistiques connues des munitions employées. Dès le début de 1940, ce calculateur est couplé à une station radar qui va aider à déterminer les coordonnées.

Le premier calculateur soviétique apparaît en 1930 et se nomme PUAZO-1.

Son successeur, disponible en 1934 est le PUAZO-2 et avec lui les valeurs calculées sont transmises verbalement ou téléphoniquement aux artilleurs.

En 1940 apparaît le PUAZO-3 et avec lui les données de tir sont transmises électriquement. Les pièces d’artillerie sont alors pointées manuellement en fonction des données transmises.

PUAZO-6

Les premiers calculateurs soviétiques doivent déterminer les coordonnées dela cible avec de simples viseurs reflex qui se révèlent assez imprécis. Même si un télémètre stéréoscopique est présent au niveau de la batterie il n’est pas relié aux pièces d’artillerie et les données qu’il acquiert doivent être transmises oralement. Ce processus est relativement lent et parfois erroné. Malgré tout, le Puazo-3 demeure dans l’inventaire des forces antiaériennes soviétiques jusque dans les années cinquante.

Le premier engin développé après la guerre emporte un télémètre stéréoscopique intégré, c’est le PUAZO-5. Il est affecté aux batteries équipées de canons antiaériens de 57mm S-60 et repose sur le système allemand M.1940. Cependant son système de mesure des distances est déjà obsolète ainsi que le radar associé.

Le PUAZO-6 est couplé avec les nouveaux systèmes d’ajustement du tir GRS-4/SON-4 et GRS-9/SON-9. Le premier sert à l’ajustement des KS-19 de 100mm alors que le second sert aux pièces plus petites, S-60 de 57mm, 52-K et KS-12 de 85mm.

Le PUAZO est tracté par un AT-S.

Variantes

PUAZO-6-60, version affectée aux batteries de S-60

PUAZO-6-12, version affectée aux batteries de KS-12

PUAZO-6-19, version affectée aux batteries de KS-19