Russie
Obr.1927, 52-G-353, 76-мм полковая пушка обр. 1927г, 52-П-353
Page Précédente

Le canon régimentaire de 76mm obr.1927 porte l’index 52-P-353 dans la nomenclature soviétique. Il s’agit d’un canon d’accompagnement d’infanterie ou de cavalerie. C’est un des premiers modèles de pièce d’artillerie développé et construit en grande s& ...

Obr.1927, 52-G-353,  76-мм полковая пушка обр. 1927г, 52-П-353

Le canon régimentaire de 76mm obr.1927 porte l’index 52-P-353 dans la nomenclature soviétique. Il s’agit d’un canon d’accompagnement d’infanterie ou de cavalerie. C’est un des premiers modèles de pièce d’artillerie développé et construit en grande série en URSS. Sa période de construction court de 1928 à 1943 et il participe aux conflits d’avant-guerre menés par l’URSS ainsi qu’à la Grande Guerre Patriotique. En tout près de dix huit mille de ces canons sortent des chaînes d’assemblage.

La mission d’un canon d’infanterie est de progresser au plus près des unités afin de réduire rapidement le feu de l’ennemi. Ces canons ont obtenu le respect et l’affection des troupes et de leurs équipes de pièce.

Ce canon sera à aussi à l’origine du premier projet de canon automoteur en Union Soviétique.

Malgré tout, ce canon demeure très conventionnel, il est trop lourd avec un angle de débattement en site trop réduit et avant l’introduction de projectiles spécialisés, il offre une capacité de pénétration insuffisante.Obr.1927, 52-G-353, 76-мм полковая пушка обр. 1927г, 52-П-353

A partir de 1943, il est remplacé dans sa mission par le canon régimentaire obr.1943 OB-25 de 76.2mm

Dans l’armée impériale russe l’artillerie régimentaire est abolie en 1800 et tout développement et production sont stoppés. En revanche des canons légers de forteresse sont étudiés et mis en service dont une des missions, outre les opérations de flanquement, est d’accompagner les sorties de la garnison. Les caractéristiques de ces canons, légèreté, grande cadence de tir, courte portée sont très semblables à celles demandés normalement à un canon d’accompagnement d’infanterie.

Lors du déclenchement de la Première Guerre Mondiale, les canons de forteresse de 76mm obr.1910 sont retirés des forteresses et expédiés comme artillerie de campagne.

Au début du XXe siècle, le commandement de l’artillerie réalise l’importance d’un canon de campagne léger sans toutefois lui attribuer la qualité de canon régimentaire. En 1914, l’usine Putilov construit un canon court de 76mm obr.1913. Le terme court est appliqué en opposition au terme long qui caractérise l’obr.1902 avec un canon de 30 calibres.

Ce canon repose sur le canon de montagne obr.1909 qui est lui-même une copie du canon de montagne Schneider-Danglis. Il est construit entre 1914 et 1920 et il sert activement pendant la Première Guerre Mondiale et pendant la Guerre Civile.

Après la Guerre Civile les bases d’un canon régimentaire sont jetées.

En 1924, l’état-major de l’Armée Rouge décide de la mise en place de canons régimentaires. L’obr.1902 qui est employé dans ce rôle a une mobilité très limitée. Il est décidé de construire un canon spécifiquement adapté à cet emploi et c’est le canon de 76mm obr.1913 qui est sélectionné pour servir de base au prototype à partir de 1925.

Les travaux de développement sont confiés à S.P. Shukalova et le premier prototype est présenté en janvier 1926. Des essais et tests ont lieu entre janvier et juin 1927 qui montrent le danger de présenter une vitesse initiale supérieure à 381 m/sec mais aussi de devoir accroître l’élévation ainsi que la vitesse de traction. Après d’ultimes modifications, le canon est introduit sous la désignation de canon régimentaire de 76mm obr.1927, la production est entreprise à l’usine Putilov et le premier canon entre en service en décembre 1928.

Le canon est produit en série entre 1928 et 1943, à l’usine Kirov jusqu’en 1941 puis à l’usine No.172 entre 1942 et 1943. Les détails de quantité de production sont inconnus jusqu’en 1938, mais il est certain qu’en novembre 1936, pas moins de mille six cent trente quatre canons étaient en service dont quatorze canons d’entraînement. En 1938, un millier de canons est construit, mille trois cents en 1939, nef cents en 1940, trois mille neuf cent dix huit en 1941, puis six mille huit cent neuf en 1942 et enfin deux mille cinq cent cinquante cinq en 1943

Des travaux sont menés dès la mise en service du canon pour en augmenter l’élévation mais après plusieurs tentatives, il est statué qu’il est impossible d’augmenter l’élévation sans changer d’affût. Les travaux sont donc interrompus et d’autres projets sont lancés. Au moins trois projets sont testés le canon de char obr.1938 A-10 de l’usine Kirov, les canons 7-4 et 7-5 de l’usine No.7 et enfin le canon F-24 de l’usine No.92. Aucun ne satisfait aux critères de sélection.

Un total de seize mille quatre cent quatre vingt deux canons d’infanterie obr.1927 ont été construits dont quatre mille sept cent huit sont opérationnels en juin 1941 dont deux mille deux cent quatre vingt seize dans les Districts Militaires occidentaux

La Finlande utilise deux cent cinquante quatre exemplaires capturés, sous la désignation 76RK/27 et 76RK/27-39 et les emploie jusque dans les années soixante.

Ces obusiers sont aussi mis en service par les allemands sous la désignation 7.62cm IKH.290 (r)Infanteriekanonenhaubitze, et au moins mille huit cent quinze pièces sont réutilisées. Au 1er mars 1944 il y avait encore deux cent vingt cinq pièces en service dont quatre sur le Front de l’Est, trente six dans les Balkans, cent soixante treize à l’ouest et principalement en France et douze au Danemark

Quarante deux exemplaires ont été cédés aux italiens qui les ont utilisés sur les côtes grecques et dans les îles de la mer Egée sous la désignation Obice da 76/15

Description

Le canon est une modernisation du canon de montagne obr.1913 de 76mm avec des différences aux niveaux suivants. La chambre est allongée de 203mm à 334mm, quatre ressorts servent d’amortisseur et un nouveau train est installé. Le bouclier est d’un nouveau type et des changements au niveau du canon et du système de recul sont aussi réalisés.

Le tube comporte vingt quatre rayures profondes de 0.762mm. Le tube pèse entre 227 et 230kg.

Le système de recul comprend un frein de retour hydraulique et un ressort récupérateur. La longueur maximale du recul est de 1030mm et la longueur standard comprise entre 930mm et 1000mm.

L’affût est de type coffre avec un passage pour le recul du canon à l’intérieur.

L’affût est doté de quatre amortisseurs et de deux modèles de roues. Soit des roues en bois à bâtons soit à partir d e1930 des roues à jantes avec pneumatique. Avec le premier modèle de roue la vitesse de traction est d e15 km/h et de 25 km/h avec le second modèle.

Le bouclier est composé de parties fixes et de parties mobiles. Il est épais de 3.5 à 4mm et pèse 54 kg.

L’équipement de visée est fixé sur le côté gauche du berceau. Il pèse 4.05kg et consiste en un viseur panoramique avec ses supports.

Le canon peut être attelé dans le cadre d’une traction hippomobile à un avant-train de type obr.1930, obr.1938 ou obr.1942. L’obr.1930 a des roues en bois et quatre ressorts amortisseurs. L’obr.1938 a des roues en bois ou en métal avec deux ressorts plats alors que l’obr.1942 a systématiquement des roues métalliques.

Chaque avant-train est composé de six rangées de quatre obus, il pèse à vide 344kg et en charge 850kg. Le caisson porte-munitions existe en deux versions obr.1930 et obr.1938 avec différents types de roues et de suspensions. Ce wagon emporte huit rangées de quatre obus soit trente deux coups auxquels s’ajoutent les vingt quatre de l’avant-train du wagon et les vingt quatre de l’avant-train du canon.

Le canon peut aussi être tracté par des tracteurs de type Komsomolets ou Pioneer.

L’équipe de pièce est composée de sept hommes.

Pendant la période de productions plusieurs changements sont apportés mais aucun qui modifie l’apparence du canon. La première modification visible est l’installation de roues métalliques en 1930.

Variantes

Obr.1927/30, entre 1929 et 1934 le canon subit plusieurs séries d’améliorations dans l’espoir d’augmenter la vitesse de traction. Les travaux sous la direction d’A.A. Monakova et d’I.A. Makhanova débouchent sur une pièce avec suspension et un train de roues à jantes et enveloppe de gomme dure qui permet d’atteindre une vitesse de traction de 25 km/h. ces nouveaux canons ne remplacent les anciens complètement sur les chaînes de fabrication qu’à partir de 1934.

Obr.1927/42, le renforcement des blindages des chars allemands conduit à l’augmentation de la longueur du tube de 9 calibres supplémentaires pour augmenter la vitesse initiale. Ces modifications sont apportées à l'usine Kirov Ce canon est désigné obr.1927/42 et il sort deux en janvier 1942, après quoi les essais sont abandonnés

ZIS-21-11: Dans le même temps l’usine No.92 sous la direction de V.G. Grabin construit son propre modèle de canon régimentaire sous la désignation de ZIS-21-11. C’est un ZIS-3 dont le tube a été réduit à 20 calibres et le bouclier modifié. Mais aucun de ces deux derniers projets n’est adopté car l’OKB-172 développe à partir de février 1943 un canon de 76mm obr.1943 OB-25 sur un affût de canon antichar de 45mm obr.1942

Obr.1927/32 : Pendant la période, prolongée, de mise en service du canon de 76mm pour les chars lourds T-28 et T-35, le PS-3 obr.1933 de P.N. Syachintova une solution temporaire a consisté à modifier un canon régimentaire de 76mm obr.1927. Ce canon est développé par l’ingénieur I.A. Makhanova en 1932 et passe ses tests en mars 1933. Ce canon est souvent désigné par son abréviation de KT pour Kirov Tank. Il sera monté sur les T-28, les T-35, les chars d’artillerie BT-7A et T-26-4 ainsi que des trains blindés

SU-26 : Ce canon a aussi été monté en août 1941 comme armement principal de l’automoteur SU-26 sur la base d’un châssis de char léger T-26 ou de char lance-flammes T-130/133. La tourelle et l’anneau de tourelle sont retirés, une poutre est placée dans l’espace ainsi libéré pour servir de support au canon sur sa plate-forme rotative. Le canon reçoit un nouveau bouclier et deux trappes sont installées pour accéder à l’intérieur de l’engin. Entre 1941 et 1942 douze de ces engins sont livrés à la troupe

Obr.1927, 52-G-353, 76-мм полковая пушка обр. 1927г, 52-П-353

Calibre : 76.5mm x 385R
 
Désignation : 76-mm polkovajapushka obr.1927 and 76-mm polkovajapushkaobr. 1927,1939
 
Dimensions
Poids en ordre de combat 900kg, poids en position de route 1620kg
Longueur du canon : 16.5 calibres, 1259mm
 
Munitions
Poids d’un obus : de  6.23kg à 6.3kg
HE-FRAG OF-350 de 6.2kg
FRAG O-350A, vitesse initiale 262 m/sec et portée : 4200m
HEAT : BP-350M, vitesse initiale 311 m/sec et portée : 1000m
Pénétration avec BR-350A
Distance
Angle d’impact
Pénétration
100 m
90 degrés
34 mm
500 m
90 degrés
31 mm
1000 m
90 degrés
28 mm
1500 m
90 degrés
26 mm
2000 m
90 degrés
24 mm
100 m
60 degrés
28 mm
500 m
60 degrés
25 mm
1000 m
60 degrés
23 mm
1500 m
60 degrés
21 mm
2000 m
60 degrés
20 mm
Pénétration avec munition finlandaise à toute distance
Angle d’impact
Pénétration
90 degrés
86 mm
80 degrés
81 mm
70 degrés
76 mm
60 degrés
71 mm
50 degrés
64 mm
45 degrés
60 mm
 
Performances
Portée : 300 à 8500m, portée en tir direct : 440m
Vitesse initiale : de 370 à 387m/sec
Cadence de tir : de 10 à 12 coups/mn
Elévation : de –6° à +24.5°, azimut : 45° au total
 
Type de traction :  attelage hippomobile de quatre chevaux ou traction mécanique.
Vitesse de traction : 15 à 20 km/h
Equipe de pièce : 6 hommes
Constructeur :Pulitov