Russie
obr.1917 Obhukov
Page Précédente

Canon automatique reprenant le système Maxim en service dans l’armée russe. Le tout premier canon automatique construit au monde, qui utilise l’énergie du recul pour le rechargement automatique, a été inventé par l’américain H.S. Maxim. Dès 1883, ...

obr.1917 Obhukov

Canon automatique reprenant le système Maxim en service dans l’armée russe.

Le tout premier canon automatique construit au monde, qui utilise l’énergie du recul pour le rechargement automatique, a été inventé par l’américain H.S. Maxim. Dès 1883, il dépose des brevets pour un canon de37mm et une mitrailleuse de 11.43mm.

Ces deux armes utilisent le même principe de fonctionnement mais sont autrement strictement identiques hormis dans le domaine de la taille.

obr.1917 ObhukovLes russes achètent des canons Maxim de 37mm dès 1888 pour effectuer des tests dans l’armée mais également dans la marine. Les armes sont retournées mais l’année suivante en 1889, la marine russe achète deux canons automatiques de 37mm. En 1891, il est décidé d’acheter six mitrailleuses supplémentaires puis vingt autres, mais les budgets ne le permettent pas et ce n’est qu’au début de 1894 que huit canons Maxim sont commandés pour la Flotte de la Mer Noire.

A partir d e1901, l’usine d’Obukhov lance un prototype d’un canon Maxim de 37mm simultanément à une pièce de 37mm également développée par A.P. Meller. Peu après Maxim présente un canon de 47mm qui lui aussi doit être construit par l’usine d’Obukhov.

L’arme se révèle complexe à produire, longue à mettre en œuvre et l’utilisation de bandes en tissus est également problématique. Ces raisons ne sont pas les seules à retarder la mise en service des canons Maxim.

Avant la Guerre Russo-Japonaise entre 1904 et 1905, les canons de 37mm à tir rapide sont destinés à servir à partir de petits destroyers et dans ce rôle les canons revolver ou simple de 37mm et 47mm Hotchkiss, même s’ils sont moins rapides, sont moins chers, plus simples et surtout plus fiables. De son côté l’armée de terre pratique une doctrine de guerre de manœuvre dans laquelle ce type d’armement n’a tout simplement pas sa place.

Description

Le principe de fonctionnement du canon Maxim est basé sur l’utilisation de l’énergie du recul lors de la course courte du canon. Tous les mécanismes de l’arme sont enfermés sous un coffrage. Le canon est entouré d’une chemise qui contient le liquide de refroidissement ainsi que le ressort de recul. Le surplus d’énergie du recul est absorbé par un tampon hydropneumatique.

Les tourillons sont soudés sur les parois de la mitrailleuse et tournent sur un petit socle de 57kg, boulonné sur le pont du navire ou sur une plaque de base en métal. L’élévation du canon s’effectue par manivelle et sa direction en site s’effectue en déplaçant manuellement l’affût en s’aidant de la crosse.

L’arme est approvisionnée par des bandes en tissus de cinquante puis vingt-cinq cartouches. Chaque projectile pèse 500g, ils sont répartis en grenade explosive en fer avec charge explosive de 17g ou en obus shrapnel avec trente et une billes. A partir de 1915, une grenade avec un effet retard de 8 secondes est employée.

Avec le début de la Première Guerre Mondiale, le besoin d’un engin de lutte antiaérienne devient urgent. Le département de la Marine commande alors à l’usine d’Obukhov cent vingt canons Maxim de 37mm, dont les quatre-vingt premiers doivent être livrés en 1917 et les quarante autres en 1918.

Obukhov ne peut finalement livrer aucune de ces pièces car la technologie de construction a été oubliée depuis une quinzaine d’année et que les chaînes de montage sont déjà surchargées par toutes sortes de commandes de pièces d’artillerie.

Les quelques modèles finalement livrés ne le seront qu’à la fin de l’année 1918 et ils participeront à la Guerre Civile

obr.1917 Obhukov

Calibre 37mm
 
Dimensions
Longueur  1105m, 30 calibres
Longueur du tube  992mm
 
Performances
Elévation de –10° à +85°, azimut : 360°
Vitesse initiale  361 m/sec
Cadence de tir : 250 coups/min