Russie
М-10, 52-Г-536, obr.1938
Page Précédente

Au début des années trente, l'armée rouge cherche un remplaçant pour ses obusiers obr.1909 et obr.1910 de 152mm. Ces pièces, dévelopépes avant la Première Guerre Mondiale ont un train fixe et un canon court, ce qui entraîne une mauvaise mobilité, une ...

М-10, 52-Г-536, obr.1938

Au début des années trente, l'armée rouge cherche un remplaçant pour ses obusiers obr.1909 et obr.1910 de 152mm. Ces pièces, dévelopépes avant la Première Guerre Mondiale ont un train fixe et un canon court, ce qui entraîne une mauvaise mobilité, une élévation insuffisante alliée à un faible débattement en site et donc une courte portée. Ces deux pièces sont alors améliorées ce qui donne les obusiers obr.1909/30 et obr.1910/37 respectivement avec des améliorations mineures dans certains domaines. Il est alors clair qu'un remplaçant doit être trouvé mais à l'époque les soviétiques n'ont que peu d'expériences dans le domaine des pièces d'artillerie.

Dans un premier temps, les soviétiques cherchent une solution dans une collaboration avec les allemands qui de leurs côtés cherchent à contourner les restrictions du Traité de Versailles. Un obusier lourd désigné obr.1931 NG est alors développé et construit par l'usine mécanique Motovilikha MMZ. Seulement huit pièces sont construites entre 1932 et 1934 avant l'arrêt de la construction. La pièce se révèle trop complexe pour l'industrie soviétique du début des années trente. Le même sort attend l'obusier obr.1934 de 122mm et les canons automatiques de 20mm et 37mm. Malgré cet échec, les ingénieurs russes acquièrent une expérience interressante.

A partir de 1937, l'ingénieur F.F Petrov et son équipe commencent à travailler sur le projet d'un nouvel obusier désihné M-10 à l'usine N°172 Motovilhika MMZ. Le premier prototype est disponible en novembre 1937 et des tests otn lieu avec deux engins en octobre 1938. Ces deux engins sont équipés de tubes différents, un tube de 25 calibres à rayures constantes et un tube de 20 calibres à rayures progressives. ce dernier se révèle supérieur. Les essais révèlent aussi quelques défauts au niveau de la résistance de la partie supérieure de l'affût, d'une faiblesse dans le tampon de recul et d'une mauvaise suspension.

Une version améliorée avec un tube plus long participe à des tests pour l'armée en 1939 et d'autres tests suivent entre décembre 1939 et janvier 1940. mais avant même le début des tests l'obusier est adopté dans l'armée sous la désignation obr.1938 M-10.

Le M-10 entre en production en 1939 avec quatre pièces construites cette année là, suivies par six cent quatre vingt cinq en 1940 et huit cent trente trois en 1941. Trois cent quarante tubes sont aussi livrés pour équiper les chars lourds KV-2, trois cent trente quatre pour les engins de série et les autres pour des modèles expérimentaux et des prototypes.

Peu de temps après le début de la guerre la production en masse est stoppée, d'abord du fait que le M-10 est considéré trop lourd pour l'artilelrie divisionnaire et pas assez puissant pour l'artilelrie de corps et enfin car le besoin d'une telle arme n'existe pas pour une phase défensive de la guerre. D'autres raisons sont évoquées comme le manque de tracteur assez puissant, des problèmes dans la maintenance et la réparation des pièces, la complexité et le besoin en acier de l'affût et enfin la perte des usines de fabrication et la surcharge des autres usines pour la production de matériels de plus grandes nécéssités.

Ces obusiers servent dans les unités de réserve stratégique et mille cinq cent vingt deux pièces sont produites avant 1941.

 Au 01 juin 1941, mille cinquante huit exemplaires étaient en service. L'obusier demeure en service dans l'armée soviétique jusque dans les années cinquante.

L'obusier est remplacé par le M-1943 de 152mm qui consiste en l'installation sur un châssis d'obusier de 122mm M-1938 M-30 d'un tube de M-1938 M-10.

Le M-10 reste en service avec l'armée roumaine

М-10, 52-Г-536, obr.1938Description

L'obusier est reconnaissable par son système de recul en dessous du canon, son bouclier avec sa partie supérieure inclinée vers l'arrière avec des coins biseautés, une paire de pneus jumelés de chaque côté du train et un avant-train avec des pneus en gomme.

A sa sortie le M-10 est bien plus avancé que les autres obusiers soviétiques en service. Il présente un affût à flèche ouvrante qui lui autorise un débattement en site plus important avec des jambes de flèche rivetées. Le train est doté de suspension et de roues de camion Zis-5 qui lui autorise une meilleure vitesse de remorquage.

Le tube, plus long que ceux des plus anciennes versions est doté d'un bloc culasse à vis interrompu avec un système de recul qui consiste en un tampon hydraulique et un récupérateur hydropneumatique. la longueur du recul est varaible en fonction de l'élévation. Un bouclier apporte une protection minimale aux servants contre des tirs d'infanterie et des éclats d'obus.

A la différnec de son successeur éventuel, le D-1 le M-10 n'est pas équipé de frein de bouche. En effet même s"il assoupli le recul et permet donc d'avoir un affût plus léger, le frein redirige certains des gaz qui s'échappent du tube vers le sol, soulevant ainsi de la poussière et révélant par la même la présence de l'obusier. Le M-10 peut être tracté par un tracteur d'artilelrie ou par un train hippomobile, dans ce dernier cas un avant-train de 400kg est utilisé.

Le M-10 utilise des munitions à charges séparées avec un nombre total de huit charges disponibles. la charge maximale ou pleine charge est désignée Zh-536 et une charge spéciale est utilisée avec le projectile HEAT BP-540.

Pour supprimer la flamme de départ, une mixture spéciale est introduite à l'intérieur des charges avant les tirs de nuit. Un projectile de M-10 pèse 40kg ce qui rend la tâche de l'approvisionneur difficile.

La munition à fragmentation OF-530 couvre une zone de 70m de large et de 30m de profondeur, un projectile HE creuse un cratère de 3.5m de large et 1.20m de profondeur. la munition anti-béton HEAC G-530 a une vitesse initiale de 457 m/sec avec une charge 1, à la distance de milel mètre elle possède encore une vitesse de 358 m/sec et peut pénétrer 80cm de béton renforcé avant de mettre à feu une charge de TNT qui porte la pénétration totale à 1.14m. la munition G-530 ne peut être tirée avec une pleine charge au risque de la faire exploser dans le tube et une version spéciale G-530Sh a été développée pour pouvoir utiliser une pleine charge. La munition HEAT BP-540 a une pénétration de 250mm sous une incidence de 90°, 220mm sous une incidence de 60° et 120mm sous une incidence de 30°.

Munitions perforantes

Type

Modèle

Poids

Poids de la charge militaire

Semi-AP naval

obr.1915/28

51.07kg

3.2kg

HEAT

BP-540

27.44kg

-

Anti-béton pour obusier

G-530/G-530Sh

40.0kg

5.10kg

HE-FRAG, acier

OF-530

40.0kg

5.47 à 6.86kg

HE-FRAG, fer aciéré

OF-530A

40.0kg

5.66kg

HE, ancien

F-533

40.41kg

8.0kg

HE, ancien

F-533K

40.68kg

7.3kg

HE, ancien

F-533N

41.0kg

7.3kg

HE, ancien

F-533U

40.8kg

8.8kg

HE, fer aciéré, français ancien

F-534F

41.10kg

3.90kg

HE pour mortier obr.1931

F-521

41.7kg

7.7kg

HE, britannique pour Vickers 152

F-531

44.91kg

5.70kg

Shrapnel avec tube 45sec.

Sh-501

41.16 à 41.83kg

0.5kg, 680 à 690 billes

Shrapnel avec tube T-6

Sh-501T

41.16kg

0.5kg, 680 à 690 billes

Eclairant

S1

40.2kg

 

Chimique pour obusier

HS-530

38.8kg

 

Chimique pour obusier

HN-530

39.10kg

 

Chimique après guerre

ZHZ

 

 

М-10, 52-Г-536, obr.1938Variantes

M-10T, version pour char montée sur le char lourd KV-2, cette version présente un tube plus court

Une variante avec charge sous forme de sac de poudre est testée en 1939 mais demeure à l'état de prototype

15.2cm s.F.H. 443(r) : les allemands utilisent les nombreux exemplaires capturés lors des premières semaines de la guerre sous la désignation 15.2cm s.F.H. 443(r). Au 1er mars 1944 il y avait encore 3 s.FH.443 (r) en service.

152H38, les finlandais en capture quarante cinq exemplaires et plus tard les allemands leur en reversent cinquante sept autres. Ces derniers vont le maintenir en service jusque dans les années quatre vingt, une tentative d'amélioration est alors repoussée et ils sont encore tenus en réserve jusqu'en 2000.

М-10, 52-Г-536, obr.1938

Dimensions
Poids en ordre de combat 4150 kg, poids en position de route  4550 kg
Longueur du canon : 24 calibres, 3.700m
Longueur : 6399mm, largeur : 2096mm, hauteur : 1900mm
Axe de tir à 0° : 1.24m, garde au sol : 350mm, largeur de voie : 1.655m
Poids d’un obus : 40.9 kg HE, 38.8kg APHE
Système de recul par tampon hydraulique et récupérateur hydro-pneumatique, mécanisme de culasse à vis interrompu, affût à flèches ouvrantes avec avant-train, avec bouclier mais sans frein de bouche

 

Performances
Portée : 17.200m, 12.390m (s.FH.443 (r))
Vitesse initiale : 508 m/sec
Cadence de tir : 2 à 4 coups/mn
Elévation  de –1° à +65°, azimut : 25.8° à droite et à gauche
Pénétration : 82mm à 1000m
Type
FRAG-HE
FRAG-HE
CP
Désignation
OF-530
OF-530A
G-530
Fusée
RGM-2*
RGM-2*
KTD
Poids du projectile
40kg
40kg
40kg
Poids de la charge de propulsion
6.86kg
5.66kg
5.10kg
Type de charge
TNT
TNT
TNT
Vitesse initiale
508 m/sec
508 m/sec
508 m/sec
* des fusées RGM-1 et D-1 sont aussi possibles
L'engin peut tirer d'autres types d eprojectiles comme des chimiques, HEAT, éclairant, semi-perforant et fumigène
 
Type de traction :  traction mécanique par un engin de 5t, AT-S
Vitesse de traction : 35 km/h sur route et 20 km/h sur chemin
Equipe de pièce : sept hommes
Constructeur : Zavod N°172