Russie
KS-30
Page Précédente

Canon antiaérien qui apparaît au début des années cinquante et est l'équivalent soviétique à la pièce antiaérienne de 120mm M1 américaine. Il est développé à partir de 1947 par l'usine N°8 et porte alors la désignation industrielle de 31410. Approuv& ...

KS-30

Canon antiaérien qui apparaît au début des années cinquante et est l'équivalent soviétique à la pièce antiaérienne de 120mm M1 américaine. Il est développé à partir de 1947 par l'usine N°8 et porte alors la désignation industrielle de 31410. Approuvé en 1947, le prototype est disponible en 1948 sous la désignation COP-30 et les tests sont entrepris à partir de décembre 1948.

 Il est possible que le tube du KS-30 dérive de celui d'une pièce d'artillerie navale.

En avril 1949, une première batteries de KS-30P est livrée par l'usine de Kirov mais refusée par les militaires car incomplète. En juin 1950, une seconde série de tests est passée avec des pièces alimentée par des générateurs ALD-100-2. Le canon COP-30 est alors mis en construction à l'usine N°172 et les éléments coulissants à l'usine N°232.

En 1952, seize pièces étaient prévues à la livraison mais aucune construites, en 1954, vingt quatre livrées sur trente deux commandées, en 1955, cent vingt livrées des cent vingt commandées, en 1956, deux cent cinquante cinq livrées pour deux cent cinquante commandées et enfin en 1957, trois cent trente trois livrées pour trois cent vingt huit commandées. Au total sept cent vingt huit pièces sont construites

KS-30Dans l’armée soviétique il est tenu en réserve et remplacé par des SAM.

Le KS-30 a été exporté à Cuba, en Irak et au Vietnam, mais aussi en Algérie et en Egypte ainsi que dans certains pays du Pacte de Varsovie. La Tchécoslovaquie en a reçu au moins huit qui sont demeurés en service pour la protection de Prague jusqu'en 1963

Description

Lors des déplacements, le KS-30 repose sur une remorque à deux essieux et pour le passage en position de tir, ces deux trains sont retirés, et les quatre béquilles basculent de leurs positions verticales à l'horizontale. Sur l'arrière de l'affût, il y a la plate-forme de tir qui est repliée à 45° pour les déplacements. Le KS-30 est doté d'un fouloir motorisé et d'un système automatique d'installation des fusées.

Le contrôle du tir est assuré normalement par un équipement embarqué sur la remorque mais il peut être assuré par un directeur de tir PUAZO-30 et un radar de contrôle du tir SON-30 Fire Wheel.

Le directeur de tir du KS-30 est un SON-4 développé par les ingénieurs Forshtera et Sliozberg présenté en 1947 avec d'excellents résultats. Le SON-4 est un fourgon sur une remorque à deux trains avec une antenne rotative montée sur le toit à l'intérieur d'un réflecteur parabolique circulaires d'un diamètre de 1.80m avec une rotation asymétrique de l'émetteur.

Le radar a trois modes de fonctionnement, visibilité tous-azimut dans l'objectif de détecter et de superviser la situation du trafic aérien, contrôle manuel de l'antenne pour la détection de cible avant l'engagement de la poursuite automatique et enfin la poursuite automatique avec détermination des coordonnées angulaires pour déterminer avec précision l'azimut et l'élévation avec calcul automatique de la portée.

Le SON-4 a une capacité de détection de bombardiers à une altitude de 4000m à au moins 60km de portée, poursuite automatique jusqu'à une altitude de 4000m et jusqu'à 40km, portée minimale de détection de 1000m, précision d'une précision de 20m. Il émet en bande centimétrique à une puissance de 250 kW

Les tubes sont chemisés, les premiers disposent de 40 rayures et les derniers de seulement 28 rayures à KS-30pas constant. La culasse est mécanique semi-automatique à glissement horizontal. le berceau est moulé et la pièce est équipé d'un fouloir hydropneumatique. le système de recul consiste en un frein de recul hydropneumatique avec deux ressorts hydrauliques. Les mécanismes de guidage sont à transmission hydraulique. Le système de contrôle du tir GSP-130, qui peu diriger jusqu'à un maximum de huit pièces, est entraîné de façon semi-automatique ou manuellement en fonction des informations transmises par l'indicateur de tir PUAZO.

Les munitions à charge fixe et à introduction séparée, qu’il tire ne sont pas interchangeables avec celles des canons de campagne M-46 ou d’artillerie côtière SM-4-1 de même calibre.

Les munitions sont approvisionnées par la gauche et les projectiles, qu'ils soient APHE ou HE pèsent 33.4kg avec une vitesse initiale de 970 m/sec. le projectile APHE peut pénétrer 250mm de blindage sous une incidence de 0° à la portée de 1000m.

Le KS-30 tire les munitions suivantes :

Désignation du projectile

O-415

O-415R

Désignation de la munition

RO-415

RO-415R

Poids

15.6kg

15.88kg

Vitesse initiale

900 m/sec

900 m/sec

Portée

21.000m

21.000m

Les projectiles O-415 peuvent être équipées de détonateurs mécaniques de type VM-30, VM-30L, VM-30L1 qui peuvent être ajustées jusqu'à 12.700m avec un retard de 28.5 secondes ou de détonateurs mécaniques VM-45 et VM-45L qui peuvent être ajustées jusqu'à 14.900m avec un retard de 43.5 secondes. Les projectiles O-415R sont équipés de fusées radars de type 62, 68 et AR-21 qui peuvent être ajustées jusqu'à 15.400m. Il n'est pas possible de tirer un projectile AR-21 sous un angle inférieur à 33°

KS-30La remorque est équipé d'essieux de voiture de modèle YAZ-200 et le tracteur est habituellement un AT-T.

Une batterie de tir est normalement composée de huit canons ou moins, d'un groupe électrogène ESDS 50 ICA sur une remorque à deux essieux, d'un directeur de tir PUAZO, d'un système de contrôle du tir GSP-130, d'un radar SON-30. Tous ces véhicules sont reliés par un réseau de câble de 300m de long décomposé en quatre câbles de 75m.

Variantes

En 1956, l'usine N°172 propose une version améliorée du KS-30 avec une vitesse initiale qui passe de 970 m/sec à 1100 m/sec, une vitesse d'élévation supérieure qui passe de 9°/sec à 20°/sec et une vitesse de rotation qui passe de 25°/sec à 40°/sec. Ce système introduit un mécanisme d'ajustement automatique du tube qui prend en compte l'inclinaison du tourillon. L'usine N°172 propose d'installer un frein de bouche et d'introduire un mécanisme de chargement. La mécanisation du chargement doit être similaire à celle utilisée par le SM-52. Ce nouveau canon aurait eu une cadence de tir de 25 coups/min

KS-30

 
Calibre : 130mm
 
Dimensions
Poids : 29.000kg en position de route, 23.500kg en ordre de tir
Dimensions du canon seul : longueur : 9.230m, largeur 2.35m, hauteur 2.30m
                Poids : 9460kg en position de route, 9350kg en ordre de tir
Dimensions du système en mode transport : longueur : 11.65m, largeur : 3.075m, hauteur : 3.25m
Hauteur de l'axe de tir à 0° d'incidence : 1960mm, hauteur du canon à 0° d'élévation : 2,69m,  et à 88° d'élévation : 10.51m
Poids d’un obus : 33.4kg (HE et APHE)
Longueur du tube : 8,266m 63.6 calibres, 40 rayures pour les premiers modèles, 28 sur les derniers
Poids du tube : 4170kg
Longueur du recul : 1450mm à 1650mm à 0° d'élévation, 1300mm à 1500mm à 88° d'élévation
 
Performances
Portée effective antiaérienne 13720m
Portée maximale antiaérienne 22.000m et terrestre 29.000m
Plafond : 20.000m
Cadence de tir soutenu : 12 coups/mn
Vitesse initiale : 970 m/sec
Pénétration : 250mm à 0° à 1000m
Azimut  360°, élévation de –3° à +88°
Vitesse d'élévation 100°9'/sec, une révolution complète de manivelle : 0.5°
Vitesse de rotation : 100°8'/sec, une révolution de manivelle : 3.6°
Passage du mouvement à la position de combat : 60 minutes et autant pour revenir en position de transport
 
Equipe de pièce : dix hommes
Véhicule tracteur : AT-T
Vitesse de traction : 20 km/h sur route et 10 km/h en tout-terrain

KS-30

KS-30