Russie
KhTZ-16
Page Précédente

Des tentatives de conversion en engin de combat de tracteurs agricoles ou industriels ont été réalisées au milieu des années trente, mais après les essais malheureux  de l’ingénieur Dyrenkov, l’idée est écartée. Pourtant au milieu de l’été 1941, la ...

KhTZ-16

Des tentatives de conversion en engin de combat de tracteurs agricoles ou industriels ont été réalisées au milieu des années trente, mais après les essais malheureux  de l’ingénieur Dyrenkov, l’idée est écartée. Pourtant au milieu de l’été 1941, la situation change radicalement. Après la disparition de huit corps mécanisés avec près de dix mille chars et engins blindés, la situation sur le front occidental devient critique. Le remplacement rapide de ces engins est tout bonnement impossible et les firmes dédiées à la construction des chars récents sont déjà accablées par les commandes. L’état-major décide donc de procéder à la conversion de tracteurs agricoles en engins blindés. Ces travaux sont menés chez HTZ et consistent au montage d’un canon sur un châssis modifié de tracteur. Cette expérience reprend celle du montage d’un canon antiaérien dans la plate-forme d’un tracteur de même type.

Le projet est d’adapter un canon de 45mm 20K sur un châssis de tracteur et pour cela trois versions sont testées sur des tracteurs 1TMV, STZ-3 et STZ-5. A l’inverse d’Odessa qui construit le même type d’engin sur un engin de type STZ-5, l’usine de Kharkov jette son dévolue sur le tracteur STZ-3 avec moteur à l’avant.KhTZ-16

La superstructure rivetée qui est installée est très simple avec pour seule volonté de protéger l’équipage des tirs d’armes légères d’infanterie et des éclats d’obus. Elle peut être divisée en deux parties. L’avant protège le moteur avec une protection frontale et intégrale pour le radiateur. Des boucliers blindés sont installés dans la partie inférieure pour les entrées d’air de refroidissement et les évacuations de gaz. Des plaques d’accès rectangulaires sur les côtés du moteur servent aux opérations de service.

La partie arrière protège le compartiment de combat avec des plaques de 25mm pour l’avant et de 10mm pour les côtés et l’arrière.

L’accès à bord s’effectue par une petite porte sur le côté droit et dans la plaque arrière une plaque d’évacuation d’urgence est installée. Sur le toit il y a deux autres trappes qui servent surtout à l’observation lorsque le char est en déplacement car leur taille est trop petite pour permettre le passage d’un homme normalement constitué.

L’armement principal consiste en un canon de 45mm 20K qui est monté sur la gauche d’un masque blindé. Le chauffeur est installé sur le côté droit avec une fente de vision sur l’avant. De petites meurtrières aident à la vision extérieure et sont placées sur les parois du char de chaque côté et trois d’entre elles ont des trappes de tir pour utilisation de l’armement personnel. En plus du canon, une mitrailleuse DT ou DP est emportée.

Le châssis du tracteur reçoit des changements mineurs avec des galets enveloppés de gomme et les chenilles du STZ-5. Les autres éléments du train de roulement demeurent identiques avec deux boggies de deux roues jumelées, le barbotin à l’avant et la poulie de tension à l’arrière et deux galets presseurs.

KhTZ-16Le besoin en engin blindé en septembre 1941 est si important que sept cent cinquante exemplaires sont commandés à l’usine de Kharkov. Comme souvent la construction est délocalisée à l’usine de machine outils NKZM avec des plaques de blindage réalisées par Mariupol. On pense qu’une centaine de jeux de blindage est livré avant l’évacuation de l’usine NKZM en octobre 1941 mais le nombre total de tracteurs converti demeure inconnu et doit probablement varier entre cinquante et soixante-dix. Plus tard à la fin de l’année 1941, une trentaine de HTZ-16 est encore assemblé à partir de tracteur et d’éléments de blindage expédiés de Kharkov sur Stalingrad.

L’engagement des HTZ-16 est peu connu, la seule certitude est qu’ils sont tous perdus lors des combats. Ils semblent que certains engins soient encore en action à l’automne 1941 lors des combats pour Leningrad et même en mai 1942 autour de Kharkov.

L'engin porte parfois aussi la désignation de SU-45 même si une version de T-38 avec canon de 45mm a aussi porté cette désignation

KhTZ-16

Dimensions
Poids : 8500kg
Longueur : 3.80m, largeur : 1.90m, hauteur : 2.30m
 
Motorisation : un moteur de 58cv
 
Performances
Vitesse : 15 à 20 km/h sur route, 9 km/h en tout-terrain, autonomie : 120km sur route, obstacle vertical : 0.60m, tranchée : 2.00m, passage à gué : 0.50m
 
Armement : Un canon de 45mm 20K
                      Une mitrailleuse DT de 7.62mm
 
Blindage : frontal de la caisse : jusqu’à 30mm, frontal de la tourelle : 25mm, latérale : 10 à 13mm, arrière 10mm, toit et plancher : 10mm
 
Equipage : deux hommes

KhTZ-16

KhTZ-16