Russie
Kalashnikov AK-47, 56-A-212
Page Précédente

Arme conçue par Mikhail Kalashnikov qui dessine d’abord pendant la guerre une carabine et un pistolet mitrailleur qui ne sont ni l’un ni l’autre acceptés. Son fusil d'assaut va devenir l'arme qui connaît finalement le plus grand succès mondial. Mi ...

Kalashnikov AK-47, 56-A-212

Arme conçue par Mikhail Kalashnikov qui dessine d’abord pendant la guerre une carabine et un pistolet mitrailleur qui ne sont ni l’un ni l’autre acceptés. Son fusil d'assaut va devenir l'arme qui connaît finalement le plus grand succès mondial.

Mikhail Kalashnikov est né en 1920 dans un village perdu de Sibérie. Enfant il travaille aux champs et s'occupe des bovins. A la fin de ses études secondaires, à l'âge de dix sept ans il devient commis des chemins de fer. Il est appelé pour son service militaire à dix neuf ans et il est affecté dans une école de conduite et de maintenance ou il invente un système de mesure de la consommation de carburant et du kilométrage des chars. Il est transféré à Leningrad pour aider à la mise au point de ce système. Lors de l'invasion allemande en juillet 1941 il est sergent chef et comme chef de char il gagne une médaille de l'Ordre de l'Etoile Rouge pour sa vaillance mais à l'automne 1941 il est gravement blessé lors de la bataille de chars pour Briansk. C'est pendant sa convalescence qu'il développe un pistolet mitrailleur qui n'est pas retenu puis une carabine qui elle non plus n'est pas acceptée.

L'histoire du fusil débute en 1942 avec la capture de fusils allemands MKb.42(H) qui vont être expertisés par les soviétiques avec la carabine US M1 livrés par les américains. En novembre 1943 les spécifications techniques pour une cartouche de 7.62mm x 41 sont émises avec un goulot d'étranglement et sans cerclage qui tire une balle pointue de 8 grammes et elles sont envoyées à tous les bureaux d'étude de l'URSS. Au printemps 1944, près de dix modèles d'armes automatiques sont présentés sans compter les modèles de carabines semi-automatiques dont le modèle final sera le SKS.

AK-47

Au milieu de l'année 44, la commission d'essai sélectionne le Sudaev AS-44 et une série limitée est produite pour la troupe et testée. Aussi quelques AS-44 sont construits au printemps 1945 et évalués par la troupe en été 1945 juste après la victoire.

Les soldats apprécient en général le Sudaev car sa portée effective est supérieure à celle du PPSh-41 et offre une meilleure précision en tir semi-automatique. Le problème est que l'arme est trop lourde avec plus de 5 kg et la commission demande une nouvelle série d'essais qui débute en 1946

Après l'échec de son modèle de pistolet mitrailleur, Kalashnikov est affecté au NIPSMVO, centre d'essais et de recherche pour les mortiers et les armes automatiques.

Il y développe une carabine semi-automatique fortement influencée par le US M1 Garand. Même si la carabine n'est pas un succès, elle va servir de point de départ à l'étude du premier fusil d'assaut développé par Kalashnikov et connu comme AK No.1 ou AK-46.

En novembre 1946 le projet est sélectionné avec cinq autres projets pris parmi les seize soumis à la commission.

Kalashnikov est alors envoyé à Kovrov pas très loin de Moscou pour y construire son prototype.

L'AK-46 fonctionne par gaz, avec une culasse pivotante qui utilise un piston de gaz à course courte installé au-dessus du canon, ainsi qu'une carcasse en deux parties avec ensemble détente séparé et deux leviers de contrôle, un levier de sécurité et un cran de sélection du tir sur le côté gauche de l'ensemble détente.

En décembre 1946, l'arme subit d'autres tests avec un Sudaev AS-44 comme comparatif et elle est sélectionnée avec deux autres armes fabriquées par Dementiev et Bulkin pour un développement ultérieur. La seconde série de test entraîne le rejet de l'AK-46 qui se révèle largement inférieur à ses deux concurrents

Kalashnikov poursuit pourtant ses travaux en s'inspirant d'autres modèles, par exemple le piston des gaz à longue course attaché au porte-culasse avec le ressort de recul captif et le capot de carcasse sont inspirés du Bulkin AB-46, l'idée d'installer un grand espace entre le bloc culasse et la paroi de la carcasse avec un minimum de surface de friction sont inspirés du Sudaev AS-44, le levier de sécurité avec son cache-poussière sont repris d'un modèle de chasse Remington Model 8.

AK-47

Après des essais contradictoires réalisés entre décembre 1947 et janvier 1948, entre le tout nouveau modèle Kalashnikov AK-47 et les modèles légèrement modifiés Dementiev KB-P-410 et Bulkin TKB-415. Si le modèle Kalashnikov se révèle meilleur en termes de fiabilité et de robustesse, il est derrière en termes de précision, spécialement en mode automatique qui est celui préconisé majoritairement par l'armée soviétique à l'époque. La seule arme totalement efficace dans ce domaine est le Bulkin TKB-415 mais il rencontre quelques problèmes de robustesse.

Après de longues discussions, il est décidé qu'il vaut mieux avoir immédiatement une arme robuste et fiable manquent un peu de précision plutôt que d'attendre indéfiniment une arme qui soit à la fois robuste et précise. L'AK-47 est alors recommandée pour des tests en corps de troupes.

La production est entreprise à l'usine IzhMash d'Izhevsk à partir du milieu de l'année 1948 et l'arme est officiellement adoptée en 1949. Au même moment une version avec crosse pliante entre en service sous la désignation AKS, avtomat Kalashnikova skladnoy.

Les carcasses originales qui sont réalisées en acier estampé avec de gros coins insérés à l'avant font l'objet de nombreux défauts de fabrication et un fort pourcentage de rejets est enregistré suite à des parois déformées, de mauvais emplacements de coins ou une mauvaise géométrie initiale. Il est donc décidé  et trouvé plus économique de retourner aux anciennes pièces usinées à partir de 1951

Les principes de base de l'AK-47 sont appliqués à toute une famille d'armes, comme la mitrailleuse légère RPK, la mitrailleuse d'usage général PK, la mitrailleuse moyenne PKS et la mitrailleuse de char PKT.

En récompense de ses inventions Kalashnikov se voit décerner le titre de Héros du Travail Socialiste, il devient délégué au Soviet Suprême et gagne les prix de l'Etat et de Lénine.

Après la Deuxième Guerre Mondiale il y a une pensée dominante dans les armées qui caractérise les nouveaux fusils à produire. Le fusil britannique EM2 et la soviétique AK-47 tirent tous les deux une munition intermédiaire. La munition britannique et le fusil qui la tire sont abandonnés pour préserver une unité dans l'OTAN et la munition américaine à forte puissance T65 de 7.62mm est adoptée.

Les soviétiques imposent à tous les membres du bloc oriental son AK-47 avec sa cartouche intermédiaire, et cela avec un énorme succès.

Le concept du fusil d'assaut moderne débute avec les fusils allemands MP43 et MP44 qui tirent la munition de 7.92mm Kurz. Cette cartouche va probablement de venir le point de départ de la munition intermédiaire soviétique en 7.62mm x 39 qui sera plus tard désignée M43. Les principales caractéristiques physiques des munitions allemandes et soviétiques comme le poids, la longueur, la charge de propulsion sont similaires.

les caractéristiques balistiques d'un fusil d'assaut sont comprises entre celles d'un pistolet mitrailleur et celles d'un fusil standard. Comme le poids de la balle et la vitesse initiale sont sensiblement inférieurs à ceux d'un fusil standard, comme le M14 ou le FAL, la force du recul est sensiblement inférieure et un fusil d'assaut est capable de tenir un tir automatique ajusté jusqu'à 300m.

AK-47

Les forces du Pacte de Varsovie l'ont depuis remplacé par l'AKM, version ultérieure modernisée mais elle est toujours en service en de très grandes quantités dans le monde ou elle a été utilisé intensivement dans la plupart des conflits. Elle a aussi été fabriquée par de nombreux pays dans le monde et le meilleur moyen de voir la provenance de l'arme est d'examiner les marquages sur la carcasse pour déterminer la position du sélecteur de tir.

L'AK-47 est livré en deux configurations, une avec crosse rigide et l'autre avec une crosse pliante tubulaire contrôlée par un simple bouton au-dessus de la poignée pistolet.

Il existe aussi les premières versions et les versions ultérieures. Ces dernières ont une carcasse plus grande avec une forme angulaire à l'arrière qui descend en pente vers la crosse. Le premier modèle a une carcasse droite.

Les divers pays du Pacte de Varsovie ont produit différents types de fûts, utilisant du contre-plaqué à divers types de plastique jusqu'à des constructions entièrement métalliques. Dans tous les cas, les standards de fabrications sont inférieurs à ceux utilisés dans le monde occidental.

Ce fusil développé à partir de 1947 et mis en service à compter de 1951 demeure compétitif avec le M16 développé à partir de 1957 et livré en quantité à partir du milieu des années soixante. Sous toutes ses formes il en a été produit près de quatre vingt dix millions d'exemplaires

Description.

L'AK-47 fonctionne par gaz, c'est une arme compacte, capable de tir sélectif, robuste, fiable et qui offre un groupement de tir et une précision exceptionnelle pour une arme avec un si court canon.

Le chargeur est rempli en plaçant la munition entre les lèvres de chargement et en appuyant dessus. le chargeur est enclenché en introduisant la partie avant à l'intérieur du réceptacle jusqu'à ce que l'ergot de fixation soit engagé puis en poussant vers l'arrière et vers le haut jusqu'à ce que le verrou soit enclenché et que le chargeur puisse être empoigné.

Le levier d'armement est attaché de manière permanente sur la droite du support de culasse et bouge avec lui. Il permet la fermeture manuelle de la culasse dans le cas ou pour une raison technique le bloc culasse ne va pas complètement vers l'avant. Lorsque le levier d'armement est tiré vers l'arrière puis relâché, une cartouche est introduite dans la chambre.

Lorsque la détente est manipulée, le marteau frappe le percuteur flottant qui va percuter la tête de la cartouche. Les gaz poussent alors la balle au travers de l'âme du fusil et une partie d'entre eux est  expédiée dans le cylindre des gaz au-dessus du canon. Il n'y a pas de régulateur de gaz.

Le piston est alors poussé vers l'arrière et le support de culasse, installé dans l'extension du piston a une course libre sur 8.5mm jusqu'à ce que la pression des gaz atteigne une valeur acceptable. Une came placée sur le support de culasse engage alors la culasse qui fait une rotation de 35° pour se déverrouiller de la carcasse.

Comme il n'y a pas d'extraction primaire pendant la rotation de la culasse, une grande griffe agrippe l'étui vide et le pousse devant la tête de culasse jusqu'à ce qu'il entre en contact avec l'éjecteur fixe placé dans le rail de guidage qui le pousse à l'extérieur droit du fusil.

Comme la culasse va vers l'arrière elle remet le marteau en position et compresse le ressort de recul. La course de la culasse est stoppée en percutant l'arrière de la carcasse.

Le ressort de recul hélicoïdal ramène alors la culasse en position, une autre munition est chambrée avec la griffe d'extraction dans les cannelures à l'arrière de l'étui. Le support de culasse continue sa course sur 5.5mm une fois que le verrouillage est achevé.

AK-47

La détente et le mécanisme de tir son basés sur celui du US M1 Garand. L'arme peut tirer au coup par coup ou en automatique. le sélecteur de tir est placé sur le côté droit de la carcasse et sa forme est unique en son genre. Il s'agit d'une longue et fine plaque qui se bouge par le pouce. En position haute, l'arme est en sécurité. Dans ce cas le mouvement de culasse vers l'arrière est insuffisant pour chambrer une nouvelle cartouche mais demeure satisfaisant pour effectuer une inspection d'arme et s'assurer que la chambre est vide. En position centrale du levier, le tir est automatique et en position basse le tir est au coup par coup. Ce levier est invariablement raide à manipuler, bruyant et extrêmement difficile à employer avec des moufles arctiques.

L'équipement de visée avant se présente sous la forme d'un cylindre avec un pas de vis pour son réglage. En élévation cette vis est manipulée grâce à un outil livré avec l'arme alors que pour le réglage en site, le bloc de visée peut bouger sur une queue d'aronde. L'équipement de visée arrière se présente sous la forme d'un cran en U qui permet un ajustement sur 800m en le déplaçant sur une rampe. Un réglage de combat est gradué sur 200m. Pour le tir de nuit un point lumineux est placé au-dessus du bloc avant et en dessous du cran arrière. Leur surimposition sur une cible assure une précision du tir.

L'arme est usiné par des machines outils conventionnelles et le seul emploi de tôle pressée est pour le capot de la carcasse, le chargeur et le verrou de sécurité. Tout le reste est directement usiné d'une pièce, ce qui demande des machines et du travail.

L'acier employé est de bonne qualité et à certains endroits lorsque les pièces sont particulièrement mises à contribution de l'alliage est utilisé ce qui augmente le coût de l'engin. Un grand nombre de pièces est chromé et toutes celles en contact avec les gaz le sont systématiquement.

Le fusil bénéficie d'une ligne de mire et d'un canon court. Néanmoins à 400m au coup par coup il peut produire un tir groupé qui n'est pas inférieur à celui obtenu avec un fusil britannique ou américain aux mains d'un soldat moyen. Dans les mains d'un spécialiste l'infériorité de l'AK-47 est plus flagrante.

En tir automatique, avec de courtes rafales, le groupement est meilleur à celui obtenu dans les mêmes conditions avec un fusil occidental chambré en 7.62mm mais demeure inférieur à celui obtenu avec une AR-15 en 5.56mm.

L'AK-47 utilise une baïonnette séparée qui glisse qui glisse par dessus le canon jusqu'à s'enclencher dans son verrou.

Variantes

Une version avec crosse en acier repliable est connue comme AKS-47.

Une version désignée AKT-47 est chambrée en .22 Long Rifle et sert à l’entraînement.

Variantes étrangères

Afrique du Sud, l'AK-47 est copié sous la désignation de R4, puis décliné en Truvelo Raptor et Vektor CR-21 en version bullpup

   

Albanie, Automatiku Shqiptar ASH-78 Tip-1, version copiée intégralement du Type 56-1 chinois par l'arsenal de Poliçan

   Automatiku Shqiptar ASH-82, copie intégrale de l'AKMS produite par l'arsenal de Poliçan

   Automatiku Shqiptar ASH-78 Tip-2, copie intégrale du RPK produite par l'arsenal de Poliçan

   Automatiku Shqiptar ASH-78 Tip-3, modèle hybride réalisé à partir d'un Type 56-3 par l'arsenal de Poliçan dont le rôle initial est d'être une arme de précision mais peut aussi être employée comme fusil d'assaut avec capacité de tir lance-grenades

Allemagne de l'Est, à la différence du modèle soviétique, le modèle est-allemand MPK n'emporte pas de tige de nettoyage de la bouche du canon jusqu'au garde-main. Il n'a pas non plus de logement à l'intérieur de la crosse pour le nécessaire de nettoyage. L'arme est désignée MpiKS, Maschinenpistole Kalaschnikow mit geklappbarem Schulterstütze, pour l’AKS-47 avec crosse pliante.

Arménie, le pays a développé le K-3 en version bullpup et chambré en 5.45mm x 39

Azerbaïdjan, le pays construit le Khazri sur la base d'un AK-74M

Bangladesh, le pays construit le BD-08 qui est une copie du Type 81 chinois

Bulgarie, produite sous la désignation AKK et AAKS, Type 3 sans et avec crosse pliante

   AKKMS, AKMS, AKKN-47 avec viseur nocturne NSPU

   AK-47M1, Type 3 avec crosse en polymère noire

   AK-47MA-1 aussi désigné AR-M1, similaire au AK-47M1 mais chambré en 5.56mm x 45

   AKS-47M1, AKMS chambré en 5.56mm x 45

   AKS-47S, version courte avec crosse pliante est-allemande et système de désignation laser

   AKS-47UF, version courte du AK-47M1 avec crosse russe

   AR-SF, AKS-47UF chambré en 5.56mm x 45

   AKS-93SM6, similaire au AK-47M1 mais sans dispositif lance-grenades

   RKKS, RPK

   AKT-47, fusil d'entraînement chambré en .22 Long Rifle

Cambodge, le pays construit dans une usine à Phnom Penh avec l'aide de techniciens tchèques, des Type 56 chinois et des AK-47 et AKM soviétiques

Chine, le modèle chinois est baptisé Type 56, les premiers modèles ont des crosses en bois et sont pratiquement identiques aux premiers modèles soviétiques avec carcasse droite, puis les derniers modèles reçoivent une baïonnette triangulaire attachée de manière permanente.

   Le modèle chinois à crosse pliante est connu comme Type 56-1, sans baïonnette et il est quasiment identique au modèle soviétique sauf par la présence d'un rivet supplémentaire au travers des tiges de crosse.

Colombie, le pays fabrique des Galil ACE israéliens

Corée du Nord, Type 58A/B copie du AK-47 Type 3 avec ou sans crosse fixe, Type 68A/B copie de l'AKM/AKMS et Type 88 copie de l'AKS-74

Croatie, l'APS-95 est un dérivé direct du AK

Cuba, le pays construit sur place des AKM

Egypte : Le pays construit des AK-47, des Misr dérivé de l'AKMS et des Maadi ARM dérivé de l'AKM

Ethiopie, le pays construit des AK-47 et des AK-103 construits sur place par le Gafat Armament Engineering Complex

Finlande, les modèles finlandais M60 et M62 disposent d'un cache-flammes qui fait aussi office de support pour baïonnette, l'équipement de visée avant est déplacé vers l'arrière du cylindre des gaz et un équipement de visée arrière avec une fente est placé à l'arrière du capot de la carcasse.

   La Finlande a depuis développé les Valmet M76, M78 et Rk-95Tp

Hongrie, produite sous la désignation d'AK-55, une version modernisée est l'AMD-63

   L'AMD-65M est une version à canon court et crosse pliante et l'AMP-69 est la version avec lance-grenades

   Il existe aussi l'AK-63F/D aussi désigné AMM ou AMMSz et sa version modernisée AK-63MF

   Le NGM-81 est une version chambrée en 5.56mmx 45 avec crosse fixe ou pliante

Inde, le pays fabrique l'INSAS avec crosse fixe ou pliante, la carabine Kalantak et le fusil mitrailleur INSAS

   Le fusil d'assaut Trichy chambré en 7.62mm est aussi construit par la Ordnance Factory Tiruchirappalli d'Ordnance Factories Board

Iran, le pays construit des versions de l'AK-47/AKS-47 sous la désignation KLS/KLF et de l'AKMS sous la désignation KLT

Irak, le pays construit le fusil de tireur d'élite Tabuk, le fusil d'assaut Tabuk avec crosse fixe ou pliante qui est une copie du M70 yougoslave et le fusil d'assaut court Tabuk

Israël, le Galil est une version locale de l'AK, il est dérivé en AR, ARM, SAR, MAR Galatz et SR-99

   Le Galil ACE est une version modernisée

Italie, le Bernardelli VB-STD/VB-SR est une copie du Galil AR/SAR

Nigéria, l'AK-47 est construit localement sous la désignation OBJ-006 par la Defence Industries Corporation of Nigeria

Pakistan, le PK-10 est une copie du AK-47/AKM construit par la Pakistan Ordnance Factories

Pologne, les polonais déclinent deux versions de l'AK-47, le premier est similaire au modèle soviétique et désigné PMK Pistolet Maszynowy Kalasznikow  ou Kbk AK pour Karabinek AK alors qu'un second modèle, désigné PMK-DGN, emporte un lance-grenades LON-1 et peut se distinguer par la présence d'une valve de coupure des gaz à la base du cylindre des gaz. La version correspondante à l'AKS-47 est désignée PMKS

   Depuis le pays a construit le kbkg wz.1960 avec lance-grenades suivi par sa version modernisée kbkg wz.1960/72

   D'autres versions sont apparues sous la désignation kbk wz.1988 Tantal en 5.45mm x 39, la carabine compacte skbk wz.1989 Onyks, le kbs wz.1996 Beryl en 5.56mm x 45 et sa version carabine compacte kbk wz.1996 Mini Beryl.

Roumanie, AI ou Romarm M54

   Des versions désignées PM md.63/95 sont des copies de l'AKM/AKMS, elles sont suivies par les PM md.80 et PM md.90 exportées sous les désignations AIM et AIMS

   Le PA md.86 est une copie de l'AK-74 et il est exporté comme AIMS-74

   Les PM md.90 et PM md.86 à canon court sont exportés comme AIMR

   Enfin le PSL est la version de tireur d'élite aussi connue comme PSL-54C, Romak-IIII, FPK et SSG-97

Soudan, le Maz est basé sur le Type 56

Ukraine, le pays développe le Vepr en 5.45mmx  39 suivi par le Vulkan et le Malyuk tous en version bullpup

USA, le fusil est copié par plusieurs fabricants civils

Vietnam, l'AKM-1 est une copie de l'AKM, le TUL-1 une copie du RPK et le Galil ACE 31/32 est construit sous licence

Yougoslavie : M64 suivi par des versions modifiées M70, M72, M76, M77, M80, M82, M85, M90, M91, M99 et M21

AK-47

Désignation : Automat Kalashnikova

 

Calibre: 7.62mm x 39 M43

Fonctionnement : semi automatique, à gaz

Approvisionnement :  chargeurs de 30 cartouches

 

Dimensions

Masse à vide : 3.82 kg, 3.55kg pour l’AKS

Longueur totale : 869 mm crosse dépliée et 699 mm crosse repliée, 640mm pour le PKMS

Longueur du canon : 369 mm, 4 rayures à droite

 

Performances

Vitesse initiale : 710 m/sec

Cadence de tir : 40 coups/mn en sélectif, 100 coups / mn en automatique, 600 coups/min en cyclique

Portée : 350m effective, 800m maximum

 

Mise en service : 1949

Constructeur :   Izhevskiy Mashinostroitelniy Zavod (Izhmash), Izhevsk, Russie

                            Romarm, Bucharest, Roumanie

                            Arsenal, Kazanlak, Bulgarie

                            Zakłady Metalowe Lucznik, Radom, Pologne

Pays Utilisateurs : Afghanistan, Afrique du Sud, Albanie, Algérie, Allemagne de l’Est (MPiK, MPiKS), Angola, Arménie, Azerbaïdjan, Bangladesh, Bénin, Biélorussie, Bosnie Herzégovine, Botswana, Brésil (AK-47 et AKS-47), Bulgarie, Burkina Faso, Burundi, Cap Vert, Cambodge, Cameroun, République Centrafricaine, Chili, Chine, Comores, Congo, République Démocratique du Congo, Corée du Nord (Type 58), Côte d'Ivoire, Cuba, République Dominicaine, Djibouti, EAU, Egypte (Izhevsk), Erythrée, Ethiopie, El Salvador, Finlande, Gabon, Gambie, Ghana, Grèce, Grenade, Guinée, Guinée Bissau, Guinée Equatoriale, Guyana, Hongrie (AK-55), Inde (AK-47 bulgare et polonaise), Indonésie, Irak, Iran, Israël, Jordanie, Kazakhstan, Kenya (AKS-47), Koweit, Kurdistan, Laos, Liban, Liberia, Libye, Macédoine, Madagascar, Mali, Malte, Maroc (Romarm M54), Mauritanie, Mexique (AK-47, AKS-47), Moldavie, Mongolie, Mozambique, Myanmar, Namibie, Niger (AKS-47), Nigéria, Ouganda, Ouzbekistan, Pakistan, PLO (Chine, Corée du Nord, URSS, Pologne, Allemagne de l’Est, Bulgarie, Roumanie, Hongrie), Rérou, Philippines, Pologne (PMK), Qatar, RDA, Roumanie, Rwanda, Sahrawi Arab Democratic Republic, Sao Tome et Principe, Sénegal, Serbie, Seychelles, Sierra Leone (Arsenal), Slovénie, Somalie, Soudan, Sri Lanka, Surinam, Syrie, Tadjikistan, Tanzanie, Tchad, Tchécoslovaquie, Togo, Turquie, Turkmenistan, URSS, Ukraine, Vietnam, Yémen (AK-47 et AKS-47), Yougoslavie (M64, M64A, M64B, M70, M70A), Zambie, Zimbabwe