Russie
ISU-122
Page Précédente

L’adoption en 1943 du char lourd IS-1 et de l’automoteur ISU-152 sur le même châssis constitue une progression certaine. Par rapport au KV-1 le nouveau châssis adopte une hauteur moindre et une transmission améliorée qui permet des évolutions plus ra ...

ISU-122

L’adoption en 1943 du char lourd IS-1 et de l’automoteur ISU-152 sur le même châssis constitue une progression certaine. Par rapport au KV-1 le nouveau châssis adopte une hauteur moindre et une transmission améliorée qui permet des évolutions plus rapides. Les livraisons d’ISU-152 débutent en décembre 1943 mais dès l’hiver 1944, il apparaît  que l’usine Kirov de Chelyabinsk produit des châssis et des caisses à un rythme si élevé que rapidement elle se trouve en rupture de canon obusier ML-20S et dans le second trimestre de 1944, l’usine se retrouve avec des caisses sans armement. Pour utiliser au plus vite ces châssis, un canon de 122mm obr.1931/37 A-19 est rapidement pressenti car il possède le même système de récupération et le même tourillon que le ML-20S. Quelques modifications doivent cependant être apportées qui sont réalisées par l’usine assembleuse N°9 de Sverdlovsk, le nouvel engin porte la désignation d’usine d’Objekt 242 puis celle opérationnelle d’ISU-122.

Ces engins sont entrés en service en 1943 et trois mille cent trente ont été produits entre 1943 et 1952. Entre 1944 et 1945, mille sept trente cinq ISU-122 et six cent soixante quinze ISU-122S sont livrés.

Les deux engins sont restés en production conjointe, l’ISU-152 est préféré dans les missions d’assaut avec son calibre plus important alors que l’ISU-122 est apprécié dans un rôle antichar.

Ils sont mis en service comme canon d’assaut dans les brigades de chars puis utilisés à partir de 1944 comme chasseur de char dans les régiments de canons d’assaut lourds. Ils participent à tous les combats jusqu’à la fin de la guerre. Utilisés par la majorité des pays du bloc soviétique, les forces polonaises en sont équipées dès 1944, l’entrée en service des chars JS-III le fait mettre en réserve. Pourtant certains vont demeurer en service jusque dans les années soixante même si à cette époque beaucoup ont été convertis en ISU-T de dépannage. En 1958, un programme de modernisation voit l’installation de moyens de communications radios et internes modernes. Ces chars sont définitivement retirés des forces armées soviétiques au début des années soixante dix

ISU-122Description

Extérieurement les deux engins, ISU-122 et ISU-152 sont très semblables, ils partagent les mêmes châssis, transmissions, caisse, moteur ainsi que radio et équipements électriques. Les changements affectent uniquement l’armement principal et les casiers de rangement des munitions. De nouveaux réservoirs sont aussi installés.

Les caractéristiques de  mobilité de l’automoteur n’ont pratiquement pas de différence avec l’ISU-152. Le canon A-19S de 46.3 calibres  est monté sur un affût légèrement décalé sur la droite de l’axe longitudinal de l’engin à la droite du chauffeur. Le canon dispose d’une élévation comprise entre -3° et +20° et d’un débattement en site de 3° à gauche et 7° à droite. L’équipement de visée consiste en un viseur stéréoscopique PT-18 et d’un viseur panoramique. Les munitions sont au nombre de trente avec charges séparées. Elles sont réparties en munitions perforantes traçantes BR-471 et BR-471B et en grenades explosives PF-471 et PF-471N. Les munitions sont rangées à l’intérieur du compartiment de combat sur la gauche et seule une petite quantité est rangée sous l’affût. ISU-122La vitesse initiale est de 800 m/sec avec une portée en tir direct de 4000m. A 1000m un projectile perforant peut pénétrer 150mm de blindage.

Les défauts de l’A-19S sont identiques à ceux rencontrés avec le ML-20S, à savoir une faible cadence de tir de 4 à 5 coups/min et la nécessité d’emporter un équipage de cinq hommes, qui saturent le compartiment d’équipage.

L’accès s’effectue par deux trappes circulaires en deux parties à l’avant du toit ou par une trappe rectangulaire en deux parties à cheval entre le toit et la plaque arrière de la superstructure. Chaque trappe est équipée d’un périscope rotatif

Variantes

ISU-122 production initiale, deux poignées sur le côté de superstructure

ISU-122 principale production, trois poignées sur côté de superstructure

ISU-122K, version modernisée du temps de guerre

ISU-122M, version modernisée des engins sortis pendant la guerre

ISU-122E, renforcement du blindage et des chenilles pour parer aux coups de 88mm allemands. La mobilité a été tellement réduite que le char a été refusé.

ISU-122S, à partir d’avril 1944, l’usine N°100 reçoit pour mission d’installer dans un ISU-122 un canon D-25S équipé d’un frein de bouche sous un masque plus épais. Ce choix est excellent dans la mesure où le canon équipe déjà les chars IS-3 ce qui réduit ainsi les difficultés d’approvisionnement. Le canon D-25S mesure 48 calibres avec une hauteur de ligne de mire de 1.795m. L’engin est parfois aussi désigné ISU-122-2 ou encore Objekt 249 et il est testé en juin 1944. L’engin se révèle plus léger que son prédécesseur et présente plusieurs avantages opérationnels. Le processus de chargement est semi-automatique avec une mise à feu électrique ce qui simplifie la séquence de tir. L’engin emporte un membre d’équipage de moins mais la cadence de tir est réduite à 3 à 5 coups/min. les capacités d’élévation et de débattement sont identiques à celles de l’ISU-122, le pointage en tir direct est réalisé grâce à un viseur télescopique TSh-17 et la portée en tir direct est améliorée jusqu’à 5000m. Le canon D-25S de 48 calibres tire la munition BR-471 de 24.9kg à la vitesse initiale de 792 m/sec avec une pénétration sous un angle de 90° de 140mm à 100m, 128mm à 500m, 114mm à 1000m, 101mm à 1500m et 90mm à 2000m, la munition BR-471B de 24.9kg à la vitesse initiale de 792 m/sec avec une pénétration sous un angle de 90° de 162mm à 100m, 147mm à 500m, 131mm à 1000m, 116mm à 1500m et 104mm à 2000m et la munition BP-460A de 13.2kg à la vitesse initiale de 335 m/sec avec une pénétration sous un angle de 90° de 97mm jusqu’à 1500m

L’engin est accepté pour le service sous la désignation ISU-122S en août 1944. Ils doivent officiellement remplacer les ISU-122 mais il s’avère que la production des deux modèles courts en parallèle car l’usine N°9 est surchargée de demande pour des canons D-10 et D-25T et que produire d’avantage de D-25S est rendu difficile. L’ISU-122S n’est livré qu’en petites séries.

ISU-122-1, dès le début de 1944, l’armée rouge a exprimé le besoin d’un chasseur de char capable d’engager les nouveaux engins lourds allemands de type Ferdinand. Les pièces d’artillerie disponibles de type A-19S, ML-20S et D-25S ne se révèlent pas assez performantes et en mai 1944, l’usine N°172 est chargée d’installer à l’intérieur d’un ISU-152 le prototype du canon d e122mm BL-9 aussi désigné MBP-50. La principale différence entre ce canon et le D-25S, outre la longueur du tube de 59 calibres et l’absence de frein de bouche et le fait d’utiliser une masse de poudre pour la charge de propulsion plus importante ce qui permet d’atteindre une vitesse initiale de 1007 m/sec. Le tube est aussi équipé d’un système de purge des gaz  avec compression d’air. La capacité d’emport en munition est réduite à 21 ou 22 coups et l’élévation est désormais comprise entre -2° et +18°30’ avec un débattement de 2°30’ sur la gauche et 7° sur la droite.

L’engin est désigné Objekt 243 et parfois aussi ISU-122-1 ou ISU-122BM. Lors des tests réalisés en août 1944 le tube est détruit, un autre tube est livré en janvier 1945 et une batterie de tests réussie en février 1945. Mais la guerre avec l’Allemagne est en passe de se terminer et dès lors la production d’un engin antichar automoteur aussi puissant est considérée redondante.

ISU-122-3, version aussi désignée Objekt 251, qui se distingue par l’installation d’un canon S-26-1 avec les mêmes caractéristiques balistiques que la pièce d’artillerie de marine de 130mm qui permet de développer une munition perforante avec une vitesse initiale de 1000 m/sec. Le tube n’a pas de frein de bouche et emporte un système de purge du canon. L’élévation du tube est comprise entre -1° et +14° et son débattement est de 3° à gauche et 9° à droite. L’engin utilise un viseur ST-18 pour le tir direct.

Le blindage du canon automoteur est adapté à la nouvelle installation et passe à 100mm d’épaisseur pour un poids total de 46.500kg. Des tests sont réalisés entre novembre et décembre 1944 et révèlent plusieurs défauts et particulièrement la faiblesse du tourillon du S-26-1. Le tube est aussi très nettement décalé vers l’avant, de 4.8m exactement, et les équipements d’optique ne permettent de tirer qu’à 1500m. Un nouveau tube est livré pour le S-26-1 en juin 1945, mais la guerre en Europe est terminée et le besoin d’un chasseur de char aussi puissant disparaît.

ISU-122

Dimensions :
Poids total en ordre de combat : 45.5 tonnes
Longueur : 9.85m, largeur : 3.07m, hauteur : 2.48m
 
Moteur : un diesel V-2-IS de 520cv à 2000 tours/mn
Puissance spécifique : 13 cv/t, capacité du réservoir : 520litres plus 270 litres externes
Consommation : 350 litres aux 100km
 
Performances
Vitesse maximale sur route : 37 km/h sur route et 16 km/h en tout terrain, autonomie : 220km de route ou 150 km en tout terrain
 
Armement
Canon de 122mm A-19S Model 1931/44 avec 30 munitions
                Longueur du canon : 45 calibres
                Elévation de –4° à +19°, azimut : 11° au total, mouvement manuel
                Viseur : ST-18
Mitrailleuse de 12.7mm DShK Model 1938 avec 500 munitions
 
Blindage :
Caisse avant bas 90mm à 60°, avant haut : 90mm à 60°, glacis : 60mm à 12°, mantelet : 60 à 65mm arrondi, côtés bas 90mm à 90°, côtés haut : 75mm à 75°, arrière bas 60mm à 49°, arrière haut : 60mm de 41° à 90°, toit 20mm à 60°, plancher 30mm à 0°
 
Radio : 10RF
 
Equipage : cinq hommes
Constructeur : Usine N°100 Kirovskiy à Chelyabinsk ChKZ

ISU-122

ISU-122