Russie
Gaz-72
Page Précédente

Les effets de l’aviation allemande lors des premières semaines de l’opération Barbarossa entraînent les Soviétiques à développer leur artillerie antiaérienne. L’effet des affûts quadruples de mitrailleuses Maxim sont réduits à néant car les appare ...

Gaz-72

Les effets de l’aviation allemande lors des premières semaines de l’opération Barbarossa entraînent les Soviétiques à développer leur artillerie antiaérienne.

L’effet des affûts quadruples de mitrailleuses Maxim sont réduits à néant car les appareils allemands lâchent généralement leurs bombes à des altitudes inatteignables par ces mitrailleuses et même si les projectiles touchent l’avion, leurs effets sont réduits à rien sur des appareils en métal.

Aussi dès le début de l’année 1942, des travaux sont menés pour développer des engins antiaériens automoteurs, sur châssis à roues comme sur châssis chenillé.

A Gorky, un engin basé sur le prototype de l’automoteur Gaz-71, désigné Gaz-72 est construit entre novembre et décembre 1942.

La caisse reprend celle du Gaz-71 sur laquelle une légère tourelle rotative est montée, équipée d’un canon de 37mm 61-K.

Si l’idée semble bonne, elle se révèle finalement un échec pour deux raisons principales. D’abord le châssis du Gaz-71 ne supporte pas les tests et son développement est rapidement abandonné au profit de l’adoption du SU-76 à l’usine No.38

La seconde raison est qu’au cours de l’intégralité de la guerre, la disponibilité des pièces moyennes de 37mm est faible et qu’en petites quantités un tel système n’est pas utile

Gaz-72