Russie
F-23, Данные 76-мм гаубицы Ф-23
Page Précédente

Au début du XXe siècle l’artillerie légère russe est quasiment inexistante. Depuis le Tsar Paul 1er, l’artilelrie régimentaire est abolie et jusqu’en 1915, le fusil et le sabre sont les seules armes en service dans les divisions d’infanterie et de ca ...

F-23, Данные 76-мм гаубицы Ф-23

Au début du XXe siècle l’artillerie légère russe est quasiment inexistante. Depuis le Tsar Paul 1er, l’artilelrie régimentaire est abolie et jusqu’en 1915, le fusil et le sabre sont les seules armes en service dans les divisions d’infanterie et de cavalerie russes.

Pendant la Première Guerre Mondiale, chacune des armées apprend rapidement que des colonnes d’infanterie à ciel ouvert font une cible facile pour l’ennemi. L’infanterie s’enterre dans des tranchées et priviligie les terrains cahotiques pour l’attaque. Pourtant, la troupe continue de subir des pertes importantes du fait des mitrailleuses et la suppression de ces nids de mitrailleuses par de l’artillerie prêtée par les unités de la Brigade d’Artillerie est difficile sinon impossible. Des pièces d’artillerie plus légères sont devenues indispensables pour suivre l’infanterie au plus près, dans les tranchées et facilement tractable par des équipes de trois à quatre soldats.F-23, Данные 76-мм гаубицы Ф-23

Le premier canon d’infanterie introduit dans l’armée russe est le Rosenberg d e37mm. L’effet de son obus à fragmentation se révélant rapidement trop faible, le GAU RKKA , Administration Principale de l’Artillerie de l’Armée Rouge des Travailleurs et Paysans, lance le développement de systèmes d’artillerie au niveau du bataillon de canon de 45mm, obusier de 65mm et mortier de 76mm.

Jusqu’au milieu des années vingt deux douzaines de prototypes de canons d’infanterie sont développées. Parmi elles, six prototypes de mortiers de 76mm sont construits entre 1926 et 1930.

Dans la seconde moitié des années trente, deux petits obusiers de 76mm sont présentés sous la forme du 35-K de Sidorenko et du F-23 de V.G. Grabin dans le Bureau d'études d el'usine N°.92

Ce dernier système est très léger, seulement 350kg et peut se replier ou être décomposé pour être transporté sur un cheval de bât ou à dos d’homme

Le F-23 se déplie litéralement avec les roues placées à l’arrière lorsqu’il est en position de tir.

Selon le projet, le F-23-1 est prévu pour être un système universel, canon obusier dans lequel un tube d'obusier de 76mm à puissance réduite ou un canon d e45mm de 19-K peuvent prendre place sur le même affût.

L'obusier a un canon monobloc sans frein de bouche avec une culasse à piston identique à celle du canon régimentaire de 76mm obr.1927. Deux systèmes de chargement ont été développés, avec une cartouche unitaire identique à celle du canon de montagne obr.1909 et avec une charge séparée.

Une des particularités du système F-23 est que lorsque le système se déplie, en transition entre la position de route et la position de tir, la plate-forme ainsi que l'ensemble du système sont à terre.En se repliant en position de route, le système sélectionne automatiquement la garde au sol. L'affût est de type coffre avec des plaques rivetées, il peut être raccourci pour tirer depuis une tranchée.

Il est équipé d'un système de frein hydraulique et d'une ressort récupérateur hydropneumatique avec une longueur de recul variable.

Les mécanismes de levage et d'équilibrage sont connectés à un cylindre à vis installé au-dessus du berceau. Le système de rotation mécanique est à secteur denté attaché à la partie inférieure du châssis.

Le châssis repose sur un train avec roues métalliques enveloppées de gomme. l'ensemble du système peut être décomposé pour être emporté sur animal de bât.

Le prototype F-23-I sort de l’usine No.92 en janvier 1937 et montre de grandes défaillances pendant ses essais. Il retourne en usine ou il est reconstruit sous une forme plus simple entre septembre et novembre 1936 sous la forme du F-23-II.

F-23, Данные 76-мм гаубицы Ф-23Le système de recul est plaxé dans leberceau sous le canon avec un frein hydraulique de type Schneider et un ressort récupérateur hydropneumatique. Le mécanisme d'équilibrage à ressort est placé sur la droite. le mécanisme d'élévation a deux secteurs.

Le tir s'effectue depuis une plate-forme ronde et rivetée qui repose au sol et elle possède une très grande bêche d'ancrage. Le déplacement en azimut s'effectue en déplaçant l'axe de roue avec le centre de la plate-forme pour centre. lors du tir, les roues se trouvent à l'arrière et pour retourner en ordre d emarche le canon est replié sur 180°

Il est testé en janvier 1937 et son système de freinage montre rapidement des défauts.

D’autres essais sont poursuivis juqu’au milieu de 1938, puis le projet est abandonné en septembre 1939.

 

Calibre : 76.2mm
 
Dimensions
Longueur du canon : 956mm, 12.5 calibres, 24 rayures
Profondeur d’une rayure : 0.76mm, largeur d’une rayure : 6.94mm
Longueur du recul : de 0° à +40° : 530mm, de 40° à 65° : 350mm
Hauteur de la ligne de mire : 238mm
Longueur du cadre : 2.30m, largeur : 965mm
Garde au sol : 260mm, diamètre des roues : 650mm
Poids en position de tir : 350kg
Poids d’un projectile : 4.7kg
 
Performances
Elevation : de 0° à +65°, azimut : 10°
Vitesse initiale : 305 m/sec
 
Vitesse de traction : 10 km/h