Russie
Br-215
Page Précédente

Le succès des lance-roquettes multiples pendant la Seconde Guerre Mondiale donne envie aux militaires de pouvoir tirer des roquettes plus loin et plus puissantes. D’autres parts, ces tirs doivent être massifs et les roquettes peu onéreuses. A l’ép ...

Br-215

Le succès des lance-roquettes multiples pendant la Seconde Guerre Mondiale donne envie aux militaires de pouvoir tirer des roquettes plus loin et plus puissantes. D’autres parts, ces tirs doivent être massifs et les roquettes peu onéreuses.

A l’époque les moteurs à propulsif solide disponibles pour les développeurs ne sont pas capables de réaliser ces fonctions alors que le 2K5 Korshun avec moteur roquette à propulsif liquide à deux composants se révèle trop cher et capricieux.

La solution vient en équipant la roquette d’un moteur diesel à injection directe qui permet d’acheminer une roquette de 450kg jusqu’à 70km avec une tête militaire de 100kg pour 45kg d’explosif.

La question de régulation de la portée se révèle rapidement résolue avec un compteur qui coupe l’arrivée de carburant à la portée désirée. Le missile peut alors atteindre des portées comprises entre 30 et 75km.

Les travaux sur la roquette désignée Vikhr débutent en février 1958. La roquette a pour principales cibles les réserves ennemies ainsi que les concentrations de troupes ou de matériels, les zones d’assemblage d’armes nucléaires, les grands états-majors ainsi que les centres de communication et les aérodromes.

La roquette n’est pas guidée, le pointage est réalisé par le tube de lancement et la portée par la minuterie, la précision du tir est largement dépendante des conditions météorologiques rencontrées sur la trajectoire.

Si toutes les données sont bien connues, le rayon d’erreur pour une roquette Type 036 est de 700m et de 750m pour une roquette type 036A.

Les données de durée de fonctionnement sont introduites avant le tir sur la minuterie. L’angle d’élévation est constant. Sous la pression des gaz de combustion la valve d’entrée de carburant s’ouvre progressivement. Lorsque la minuterie stoppe l’arrivée de carburant B-70, le moteur se coupe et la roquette poursuit son vol par inertie sur sa trajectoire balistique.

Les travaux sont menés de 1958 à 1959 et se révèlent fructueux avec possibilité de réduction de la taille des empennages de façon à pouvoir obtenir des lanceurs à quatre tubes plutôt qu’à deux.

Pourtant, l’intérêt pour le projet décroit vers 1960 date à laquelle les travaux sont stoppés.

Les principaux facteurs qui ont contribué à l’arrêt du projet sont la longueur excessive du rechargement de l’engin et que le prix d’une attaque avec ce type de roquette est supérieur à celui d’une attaque avec une petite bombe nucléaire avec des résultats équivalents. D’autres parts l’utilisation de combustible liquide pour des roquettes se révèle à terme une erreur.

Le lanceur Br-215 est développé par l’OKB-221 et un prototype est construit entre 1957 et 1958.

Il dispose de quatre cadres cylindriques de lancement et il est monté sur un châssis 6x6 de YaAZ-214.

Br-215
Dimensions
Poids : 18-tonnes à pleine charge
Longueur : 8.6m, largeur : 2.7m, hauteur : 3.0m
Garde au sol : 360mm
 
Motorisation : un diesel YaAZ-206B de 205cv
 
Mobilité
Vitesse : 55 km/h, autonomie : 530km, pente : 30°

Br-215