Russie
ASU-57P
Page Précédente

L’automoteur amphibie légèrement blindé K-73 a été développé par l’OKB IC en parallèle avec le transport de troupes blindé K-75. En 1949, le premier prototype a été construit par l’usine de réparation militaire No.2 de Moscou. Le second prototyp ...

ASU-57P

L’automoteur amphibie légèrement blindé K-73 a été développé par l’OKB IC en parallèle avec le transport de troupes blindé K-75.

En 1949, le premier prototype a été construit par l’usine de réparation militaire No.2 de Moscou. Le second prototype subit des tests au GNIAP GAU et doit servir à la traction des pièces antichars de 85mm sous la désignation ASU-57PT.

ASU-57PLes tests sur l’engin ont lieu à partir de février 1950 et l’engin se révèle supérieur à l’ASU-57 construit par l’usine No.40 et testé en 1949. Les points positifs relevés en sa faveur sont le fait qu’il puisse effectuer des déplacements amphibies, qu’il dispose d’une arme coaxiale au canon, que l’emport des munitions est plus aisé, qu’il offre une mobilité supérieure avec 48 km/h au lieu de 26.3 km/h pour l’ASU-57 avec une meilleure autonomie avec 234km au lieu de 162km.

Son moteur de GAZ-51 se révèle plus fiable que le moteur spécifique M-20 qui équipe l’ASU-57 et sa transmission est un modèle de série alors que celle de l’ASU-57 est un modèle spécifique. D’autres parts tous les galets de route, les barres de torsion et les balanciers sont interchangeables et le canon peut être libéré de sa chaise de route depuis le compartiment de combat.

En revanche l’engin présente quelques défauts, dont l’insuffisance de son blindage et la faiblesse ajoutée par la présence de nombreuses trappes. Le canon se révèle peu puissant et le chef de char ne dispose pas d’équipement d’observation.

Le moteur présente des problèmes d’entraînement, son système de préchauffage est défectueux, l’engin ne peut pas avancer de manière rectiligne sur l’eau et les réceptions radios sont mauvaises.

L’engin n’est finalement pas retenu pour une production en série

 

Description

La version automoteur d’artillerie K-73/ ASU-57P comporte le groupe motopropulseur à l’avant et le compartiment de combat à l’arrière selon les plans de son concepteur A.F. Kravtsev.

La caisse rivetée qui entoure le compartiment de combat est ouverte sur le dessus et dispose d’une toile, installable pour la protection contre les intempéries.

La partie avant de la superstructure peut être relevée pour offrir une meilleure vue sur le terrain.

A l’avant de la caisse les plaques d’acier sont inclinées avec une épaisseur de 8mm et une inclinaison de 42° pour la plaque supérieure, une épaisseur de 6mm sous une inclinaison de 25° pour la partie médiane et une plaque inférieure de 4mm d’épaisseur sous 45° d’inclinaison.

Les plaques d’acier latérales sont disposées verticalement et épaisse de 4mm. Le bas de caisse est en duralumin épais de 3mm. La plaque d’acier verticale arrière est épaisse de 1.5mm et les garde-boues sont en duralumin épais de 1.5mm.

Pour rendre l’engin étanche, toutes les trappes d’accès disposent d’une protection en gomme.

Sur la partie frontale de la caisse se trouve un brise-lame pour les passages amphibies qui est en duralumin. Ce volet est plaqué contre la caisse lorsque l’engin se déplace sur terre. Pour réduire l’entrée d’air dans les logements des propulseurs aquatiques, il y a un volet en duralumin sur les logements des propulseurs à l’arrière, qui se retire lorsque l’engin pénètre dans l’eau.

L’engin est propulsé par un moteur standard de camion Gaz-51N à carburateur avec 6-cylindres ainsi que son système d’alimentation, de démarrage, de refroidissement  et de lubrification. Une paroi sépare le groupe motopropulseur du compartiment de combat.

Le réservoir de carburant est placé à la gauche du moteur, il est également en duralumin avec un revêtement spécial en gomme de 8mm d’épaisseur qui empêche l’essence de fuiter si un projectile traverse le réservoir.

Le moteur de 70cv propulse l’engin à la vitesse maximale sur route de 54km/h et sur l’eau de 7.8km/h. Le moteur est équipé d’un démarreur électrique alimenté par batterie. Pour faciliter le démarrage par temps froid, un système de préchauffage de GAZ-51 est utilisé. De même la transmission est reprise du GAZ-51

L’autonomie de l’engin sur route est de 234km, en tout-terrain de 134km et sur l’eau de 46km.ASU-57P

Lorsque l’engin se déplace sur terre, l’air de refroidissement du radiateur est capté au travers d’une entrée d’air sur l’avant du toit de la caisse au-dessus du radiateur et s’échappe du compartiment moteur par la droite et la gauche. En cours de franchissement amphibie, les entrées d’air sont hermétiquement closes, les sorties d’échappements sont remontées, pour empêcher l’eau d’y pénétrer et l’entrée d’air pour refroidir le moteur est placée à l’intérieur du compartiment de combat avec un ventilateur.

Lorsqu’il est à flot, l’engin se conduit grâce au volant, un propulseur à trois pales est installé sur la plaque arrière de la caisse et le mouvement de ce propulseur assure la direction de l’engin. Lorsqu’il est à terre, les parties externes de ce propulseur sont repliées dans une niche spéciale placée sur la gauche dans la paroi arrière de la caisse.

La suspension est individuelle, à barre de torsion avec des amortisseurs hydrauliques. Ces amortisseurs sont identiques à ceux de la voiture de tourisme Zis-110. Chaque train est composé de trois disques de roues, un barbotin et une poulie de tension à l’arrière avec une chenille fine.

Le K-73 peut franchir un obstacle vertical de 0.54m et une tranchée de 1.4m. La pente maximale est de 28°

L’équipage du K-73 est de trois hommes, le chauffeur s’installe à la droite du canon, derrière lui le chargeur prend place et sur la gauche du canon se trouve le chef de char qui fait également fonction de tireur.

Le compartiment de combat est protégé des intempéries par une bâche amovible. Le chauffeur voit l’extérieur grâce à une trappe sur la plaque frontale ainsi qu’une autre sur le côté gauche de la caisse.

ASU-57PEn situation de combat, le chef de char observe le terrain grâce aux fentes d’observation sur l’avant de la caisse et sur les côtés.

L’armement principal est un canon de 57mm Ch-51 qui est équipé d’un frein de bouche efficace pour réduire le recul, ce qui est particulièrement important lorsque le tir s’effectue dans l’eau.

Le canon est placé à l’intérieur d’un cadre spécial soudé sur les parois de la caisse. Afin de s’adapter à l’engin, le canon est légèrement décalé de 10cm sur la gauche par rapport à l’axe longitudinal de l’engin.

La hauteur de la ligne de tir est de 1.16m et l’armement auxiliaire est composé d’une mitrailleuse SG-43 coaxiale au canon.

L’engin embarque également un pistolet mitrailleur PPS, des grenades F-1 et un pistolet de signalisation SSh.

L’équipement de visée est un viseur télescopique OP2-8. L’élévation du tube est comprise entre -4°30’ jusqu’à +15° et le débattement en site est de 16° au total.

Les mouvements d’élévation et de rotation sont manuels et la cadence de tir est de 7 coups/min. Une chaise de route sur le glacis permet de fixer le long tube du canon en position fixe lors des déplacements. Le canon est libéré à partir de la position du chef de char à l’aide d’un câble.

L’engin embarque trente munitions, dont des munitions perforantes sous-calibrées, des munitions perforantes et à fragmentation. La mitrailleuse est alimentée par 400 munitions alors que le pistolet mitrailleur dispose de 315 coups et le pistolet de signalisation, huit fusées. Huit grenades à main sont emportées dans deux logements distincts.

Le K-73 est équipé pour son parachutage d’une plate-forme séparée de l’équipage et il peut également être embarqué à l’intérieur d’un planeur Yak-14.

Pour ses communications, l’engin reçoit une radio 10-RT-12 ainsi qu’un système de communication interne TPU-47.

L’équipement électrique interne est en 12V, alimenté par deux batteries ZSTE-100 ainsi qu’un générateur GT-1500.

Un extincteur OU-2 est installé sur chaque engin.