Russie
2S7 Pion obr.1975
Page Précédente

Dès décembre 1967, le besoin pour une pièce d’artillerie d’un gros calibre a été émis par l’armée soviétique même si à l’époque ni le type de châssis ni même le calibre n’avaient été sélectionnés. Le besoin premier était pour une portée maximale de 2 ...

2S7 Pion obr.1975

Dès décembre 1967, le besoin pour une pièce d’artillerie d’un gros calibre a été émis par l’armée soviétique même si à l’époque ni le type de châssis ni même le calibre n’avaient été sélectionnés. Le besoin premier était pour une portée maximale de 25km. Plusieurs calibres ont alors été étudiés allant du 180mm au 210mm mais en 1969 c’est finalement le 203mm qui est sélectionné.

A la fin de l’année 1969, l’usine Kirov de Leningrad propose le châssis du T-64 avec une pièce de 203mm à ciel ouvert alors que l’usine Barricade propose le châssis de l’Objekt 429 avec une pièce de 203mm à ciel ouvert.

Finalement le châssis du Pion a été développé par l’usine Kirov sous la désignation Objekt 216, alors que le canon et son affût sont développés par l’usine Barricade. Suite aux essais et aux diverses modifications apportées aux prototypes l’engin est accepté pour le service sous la désignation 203mm 2S7 Pion. Dans la terminologie occidentale il est référence comme M-1975, cette année là étant celle ou il a été aperçu pour la première fois.

Les forces soviétiques commencent à recevoir l’engin en 1975 et il est estimé à a peu près mille 2S7 Pionexemplaires le nombre d’engins produits même si aucune donnée officielle n’a été communiquée.

Un régiment d’artillerie sur 2S7 contient vingt quatre pièces en trois batteries de huit pièces, chaque batterie peut alors être divisée en deux groupes de quatre pièces chacun.

La production s’est terminée il y a quelques années, et pendant la période soviétique aucun engin n’a été exporté. A partir de 1999, la Russie a proposé une version améliorée qui augmente la portée de l’engin.

Pays utilisateurs

Azerbaïdjan, douze engins en service, trois achetés en 2008 et les neuf autres en 2009, livrés par l’Ukraine

Biélorussie, trente six  à quarante huit engins mis en service après la dissolution de la CEI

Géorgie, un engin en service

Ouzbékistan, quarante huit engins mis en service après la dissolution de la CEI

Pologne : huit véhicules utilisés, retirés en 2006

Russie, trente sept à cent trente engins encore en service sur les huit cents engins au total mis en service

Slovaquie, un certain nombre reste en service et au moins un est utilisé pour des tests

Tchécoslovaquie, les engins livrés ont été retirés en 1990

Ukraine, quatre vingt huit à cent engins mis en service après la dissolution de la CEI

Description

Le châssis du 2S7 est en acier entièrement soudé et apporte à ses occupants une protection contre les tirs d’armes légères et les éclats d’artillerie. Il est divisé en quatre compartiments, chauffeur, groupe motopropulseur, compartiment d’équipage et compartiment arrière.

Lors des déplacements, le chef de char, le tireur et le chauffeur/mécanicien sont assis dans le compartiment de conduite à l’avant du véhicule qui est assez spacieux pour contenir aussi un système SAM Strela-2 Grail. Le chef de char et le chauffeur disposent chacun d’une trappe de toit circulaire sur l’avant de laquelle il y a un périscope diurne pour l’observation vers l’avant. Sur l’avant de leur position, ils disposent d’un pare-brise qui est recouvert d’un bouclier blindé, avec charnière au dessus, en zone de combat. D’autres parts, il y a un périscope diurne sur la partie avant du toit entre le chauffeur et le chef de char. Sur le côté gauche de la cabine, vers l’arrière, il y a une trappe qui ouvre vers l’avant alors que sur le côté droit, la trappe ouvre vers l’arrière. Il est probable que ces deux trappes donnent d’avantage accès aux sous-systèmes du 2S7 plutôt qu’au compartiment d’équipage.

Une lame dozer est montée sous le nez du véhicule et permet de dégager des obstacles et de préparer des positions de tir.

Le moteur diesel Model V-46-I V-12 est installé à l’arrière de la cabine avant et il est couplé avec une boîte manuelle à huit vitesses. Les sorties d’échappement sont installées de chaque côté du dessus de caisse.

Après le compartiment moteur, il y a un autre compartiment d’équipage pour loger les quatre autres membres d’équipage. L’accès s’effectue par deux trappes circulaires de toit. Sur le toit de ce compartiment il y a une embase d’antenne pour une radio R-123M. Les plus récents 2S7M sont équipés d’une radio R-173. Un système de communication interne 1V116 est installé de façon standard.

De chaque côté de la caisse, il y a une série de grands coffres de rangement et la pièce de 203mm, qui n’est équipé ni de frein de bouche ni d’extracteur de fumée est installée à l’arrière.

2S7 PionLa pièce de 203mm est désignée 2A44 avec un tube composite et une culasse à double pas de vis dont le bloc ouvre sur la droite automatiquement à l’aide d’un bras mécanique. En cas d’urgence, il peut être manipulé à la main.

Le tube a une longueur de 56.2 calibres pour un poids de 7800kg avec une durée de vie de 450 coups. Le frein de recul est hydraulique et le récupérateur pneumatique. La longueur maximale du recul est de 1.4m et pour offrir une plate-forme de tir la plus stable possible, la poulie de tension arrière est bloquée ainsi que les amortisseurs hydrauliques.

Une grande lame de recul est installée à l’extrémité arrière du véhicule, et lorsqu’elle est en terre, elle fournit une grande stabilité quelque soit l’angle ou la charge du tir. Si besoin le 2S7 peut tirer une charge réduite sous une faible élévation alors qu’il est en mode transport sans avoir déplié de bêches d’ancrage.

En déplacement le tube est maintenu en place par une chaise de caisse manuelle montée sur le toit de la cabine. Les mouvements d’élévation et de rotation du canon, de chargement de la pièce et de mise en place de la bêche d’ancrage sont tous hydrauliques et débrayables en manuel si besoin.

L’opérateur du canon est assis à l’arrière de la pièce sur le côté gauche et il dispose d’un périscope diurne panoramique standard PG-1M  pour les engagements de cibles qui est utilisé en conjonction avec un collimateur K-1. Pour engager les cibles en tir direct il utilise un télescope OP4M-87.2S7 Pion

Les munitions sont à projectiles et charges séparées avec une vitesse initiale de 960 m/sec et une portée sans projectile assisté de 37.500m. La munition HE standard est désignée ZOF43 et pèse 110kg. Un total de quatre projectiles est embarqué sur l’engin pour une utilisation immédiate. Les autres munitions sont emportées sur un deuxième véhicule, généralement un camion. Il existe un projectile assisté par roquette qui pèse 103kg et offre une portée maximale de 47500m. Malgré une portée supérieure il dispose d’une quantité de charge explosive moindre. Les détails des projectiles tirés sont visibles ci-dessous :

Type

Poids du projectile

Poids du produit détonant

Poids de la charge

Vitesse initiale

Portée maximale

HE-FRAG

110kg

17.8kg

44kg

960 m/sec

37.500m

RAP

103kg

13.8kg

44kg

-

47.500m

Il est possible que d’autres types de munitions ont été développées dont des anti-bétons, du nucléaire tactique et du chimique même si les deux dernières ne sont plus en production ni en première ligne.

Les munitions sont acheminées à l’engin sur des chariots à main à deux roues qui consiste en un cadre, deux roues et un support. Si le chariot à main n’est pas utilisé alors il faut un équipage supplémentaire de six hommes pour transporter les munitions. Le 2S7 est équipé d’un système de levage des munitions qui permet d’atteindre une cadence de tir de 2 coups/min. Une cadence de tir standard peut être présentée comme huit coups en 5 minutes, quinze coups en 10 minutes, vingt quatre coups en 20 minutes, trente coups en 30 minutes et quarante coups en 60 minutes. Des sacs de charge combustibles sont utilisés avec des poids oscillants entre 45kg jusqu’à 24.9kg et 11.8kg.

La suspension à barre de torsion comprend sept roues de route jumelées enveloppées de gomme avec barbotin à l’avant et poulie de tension à l’arrière. Il y a six galets presseurs qui supportent l’intérieur de la chenille seulement. Des amortisseurs sont installés au niveau des première, seconde, troisième, sixième et septième roues de route. Lorsque l’engin est en position de tir le châssis est abaissé à l’arrière pour aider à l’obtention d’une plate-forme de tir plus stable.2S7 Pion

Il faut 5 à 6 minutes au 2S7 pour entrer en action et  3 à 5 minutes pour en sortir.

L’équipement standard comprend un système de protection NBC par surpression, un chauffage et un équipement de vision nocturne. Un moteur auxiliaire 9R4-6U2 de 24cv est installé qui permet de couper le moteur principal pendant les tirs.

Variantes

2S7M Malka, cette variante est mise en service à partir de 1982, elle est équipée d’un système de communication plus perfectionné de type R-173 et peut transporter un total de huit projectiles et charges sur son châssis. La cadence de tir est renforcée de 1.5 coups/min à 2.5 coups/min, la durée de vie du système est allongée et les données de tir peuvent être transmises directement à la pièce

BTM-4M Tundra, engin excavateur

2S7 Pion

Dimensions

Poids en ordre de combat : 46.500kg

Longueur : 13.12m, largeur  3.38m, hauteur 3m

Garde au sol : 400mm

 

Motorisation : un moteur Model V-46-1 V-12 diesel de 840cv

Puissance spécifique : 18.06 cv/t

 

Performances :

Vitesse maximale  51 km/h sur route et 5 km/h sur eau, autonomie 650km, passage à gué 1.2m, obstacle vertical 0.7m, tranchée 2.6m, pente 40°, dévers 20%

 

Armement :     Un canon de 203.2mm 2A44 avec 4 munitions

                               Munitions HE ZOF-43 de 110kg, vitesse initiale : 960 m/sec

                               Portée  37.5 km, 55 km avec propulsion additionnelle

                               Elévation de 0° à +60°, azimut 15° à droite et à gauche

                                Cadence de tir  2 coups/mn, 8 coups en 5 minutes, 15 coups en 10 minutes, 24 coups en 20 minutes, 30 coups en 30 minutes, 40 coups en une heure

 

Blindage  10mm maximum, protection NBC par surpression

 

Equipage : sept hommes plus sept hommes transportés par véhicule d’accompagnement

Mise en service : 1975

Constructeur : châssis réalisé par l’usine de Kirov comme Ob’jekt-216 et la pièce d’artillerie par l’usine Barikady