Russie
1-K, obr.1930g, 52-P-162, 52-П-162 ,1-К
Page Précédente

Suite à l’accord secret germano-soviétique, les documents de construction du canon antichar de37mm allemand sont transmis aux soviétiques et un prototype est construit par Rheinmetall en août 1930. Dans le cadre de cet accord, douze prototypes son ...

1-K, obr.1930g, 52-P-162, 52-П-162 ,1-К

Suite à l’accord secret germano-soviétique, les documents de construction du canon antichar de37mm allemand sont transmis aux soviétiques et un prototype est construit par Rheinmetall en août 1930.

Dans le cadre de cet accord, douze prototypes sont vendus aux soviétiques qui seront plus tard intégré dans l’arsenal allemand sous la désignation PaK-35/36.

Ces canons sont testés en URSS en février 1931 et il est décidé de les incorporer dans l’arsenal soviétique avec le début d’une construction en série d’un modèle aux caractéristiques virtuellement identiques, à l’exception des roues avec pneumatique sur le modèle allemand qui permet une vitesse de traction de 40 km/h. Les modèles soviétiques ont des roues traditionnelles pour l’époque en bois avec bâtons.

1-K, obr.1930g, 52-P-162, 52-П-162 ,1-КLes premiers tests sont réalisés en mars 1931 à l’usine No.8 et à la fin de la même année deux cent cinquante cinq canons sont construits. En 1932 l’armée rouge réceptionne quatre cent quatre canons de ce type et en 1932 la production de ce modèle stoppe après que le cinq cent neuvième canon ait été construit, avec livraisons des cent cinq derniers exemplaires en 1933.

En janvier 1936, l’Armée Rouge aligne quatre cent vingt deux canons opérationnels, vingt huit à l’entraînement, cinquante huit en réparation et trois endommagés de façon irrémédiable.

Dans les premières semaines de combat de 1941, la plupart de ces canons servent à l’entraînement et les autres sont majoritairement rangés en entrepôts. Suite aux énormes pertes des premiers jours du conflit, tous les canons en réserve sont introduits sur le front même si leur emploi est limité pat le manque de munitions. Tous les canons employés sont détruits ou capturés à la fin de l’année 1941.

Les exemplaires capturés par les allemands prennent la désignation 3.7cm Pak 158 (r)

Description

Le canon  a des roues en bois à bâtons, il est équipé d'une cale à glissement horizontal avec un frein de recul hydraulique et un ressort récupérateur. La visée s'effectue avec un simple équipement qui offre un champ de vision de 12°

Variantes

Sur la base du canon obr.1930, un canon chambré en 45mm est développé entre 1931 et 1932 sous la désignation obr.1932/19-K. Ce canon doit être plus puissant et plus versatile en étant capable de tirer des grenades à fragmentation. Ce canon consiste en un nouveau tube de 45mm sur un affût d’obr.1930.

Sur la base des douze premiers canons livrés par Rheinmetall, il a aussi été développé le canon de char B-3/5-K

1-K, obr.1930g, 52-P-162, 52-П-162 ,1-К

Calibre : 37mm x 257R
 
Dimensions
Poids : 313 kg en ordre de combat comme en position de route
Poids d’un obus : 0.66 kg
Largeur : 1.125m en position de route et 2.72m en position de tir
Hauteur : 702mm en position de tir
Longueur du tube : 45 calibres, 1.665m
 
Munitions :
B-160 APHE de 0.66kg pour 820 m/sec
O-160 FRAG de 0.645 kg pour 825 m/sec
Sch-160 shrapnel de 0.928 kg
 
Performances 
Vitesse initiale : 820 m/sec (B-160), 825 m/sec (O-160)
Cadence de tir : 10 à 15 coups/min
Portée : 5600m (B-160) et 2500m en tir direct, 5750m (O-160)
Pénétration : 50mm à 100m, 30mm à 500m
Elévation de –8° à +25°, azimut : 60° au total
 
Equipe de pièces : quatre hommes
Vitesse de traction : 20 km/h